Jobs sur un bateau : les compagnies de croisière recrutent !

  • Artisanat
Jobs sur un bateau : les compagnies de croisière recrutent !

Un job d'une semaine à plusieurs mois dans un cadre magnifique, ça vous tente ? Nous avons suivi Eva et Thomas, deux jeunes saisonniers. Contrôleur embarquement ou guide-matelot... Les débutants sont acceptés !

 

En mer ou en eau douce, décrochez un job sur les bateaux !

Jobs qui recrutent

Sur des bateaux de croisière d'eau douce, à la journée ou à la demi-journée, des postes de contrôle embarquement (renseignements, vente et contrôle des tickets) et de matelot sont recherchés. Certaines compagnies proposent des postes polyvalents qui permettent aux saisonniers d'alterner selon les plannings : un jour à quai, le lendemain à bord. 

Vous vivez près d'un fleuve ou d'un canal ? Renseignez-vous. Des promenades en bateau sont peut-être organisées. Pour la période estivale, envoyez votre candidature dès le mois de mars. Pour les petites vacances scolaires, contactez les compagnies 2 mois avant. 

Sur des bateaux de croisière maritime d'une semaine ou plus, des animateurs sont régulièrement recrutés pendant les vacances d’été. 

Débutants acceptés !

Pour un job de contrôle embarquement, l'expérience sur un même poste n'est pas exigée.
"Il y a une formation de quelques jours donnée par un billettiste référent. L’objectif pour le saisonnier est d’apprendre à utiliser le logiciel de réservation et de connaître les différents produits que la compagnie met en vente", informe Claudine Moreau, assistante de direction pour la compagnie Vedettes de Paris.

Quand postuler ?
La haute saison commence au mois de mai et s’étend jusqu'à fin octobre. Hors période estivale, il est plus difficile de trouver un job. Mais ce n'est pas impossible ! Certaines compagnies voient leur carnet de réservation se remplir pendant les petites vacances scolaires (automne, noël...).

ASP et Bafa : les diplômes qui peuvent aider

Des postes de guide-matelot sont accessibles, mais il faut posséder l’ASP (attestation spéciale passagers). La plupart des compagnies font passer cette attestation en interne.

Le matelot peut aussi s'occuper du guidage. Mais pas de panique ! Votre employeur vous donnera le contenu de base ; c'est à vous de l’enrichir au fur et à mesure de vos recherches.

Thomas, guide-matelot saisonnier chez Canauxrama, reconnaît avoir eu peur que les passagers lui posent des questions trop pointues. "Mais les touristes s’intéressent plus aux anecdotes historiques qu’aux dates précises", remarque-t-il. Pour ce jeune titulaire d'un BTS tourisme, ce job est une aubaine car il lui permet d’ajouter une expérience guidage sur son CV. 

Pour des postes d'animateur jeunesse, le Bafa est un vrai plus pour certaines compagnies, pour d'autres c'est même une condition sine qua non. Renseignez-vous directement auprès des entreprises.

Attestation spéciale passagers (ASP)
L'ASP permet aux matelots d'exercer sur les bateaux de croisière. Cette formation dure 2 jours : une journée de cours théorique et une journée de cours pratique. Les questions relatives à la sécurité, la réglementation et la prévention des accidents sont abordées. Le candidat apprend notamment à utiliser une radio VHF marine, afin de communiquer et d'être localisé par les secours en cas de problème à bord. Elle coûte 300 € environ, mais beaucoup de compagnies proposent à leurs salariés de la financer.

Une bonne maîtrise de l'anglais

Eva a décroché son job de contrôle embarquement chez Canauxrama, après plusieurs expériences dans la vente. Elle entame sa 3e saison sur les bateaux. "Ma maîtrise des langues à été un plus pour ma candidature. Petite, j’ai été scolarisée dans une école bilingue français/allemand. Puis, j’ai continué à progresser en langues étrangères grâce aux voyages."

Les saisonniers sont en contact direct avec les touristes. Mais "le niveau de langue demandé ne doit pas les effrayer plus que ça", précise Claudine Moreau. On ne demande pas un niveau d’excellence, mais d’être à l’aise en anglais et idéalement dans une autre langue. On fait passer un petit test en entretien, une mise en situation où l'on demande au candidat de donner des renseignements en anglais, mais rien de très compliqué", rassure-t-elle. 

Un bon relationnel avec les clients

Les métiers saisonniers sur les bateaux de croisière exigent une bonne adaptation au travail d'équipe et un bon relationnel avec les clients. "Si les clients sont en général plutôt agréables, certains sont moins sympas. Il faut passer outre et rester accueillant en toutes circonstances", conseille Claudine Moreau.

"Pour un poste d'animateur, mieux vaut ne pas être trop timide", confie Brigitte Kammere, responsable du service animation de la compagnie CroisiEurope. "Les jobs que nous proposons consistent à s'occuper des enfants de 4 à 12 ans lors de croisières à la semaine. L'animateur doit être capable d'encadrer les activités la journée. Le soir, il peut être amené à monter sur scène et présenter un spectacle avec les enfants de son groupe."

Un rythme intense et des horaires contraignants

Les métiers autour des promenades fluviales dépendent de la convention du tourisme. Le travail le soir et le weekend sont fréquents. Si vous souhaitez faire une saison, sachez à quoi vous attendre : amplitude horaire de 10h par jour, travail le weekend et en soirée, jusqu’à 23h30/minuit parfois. Il faut y réfléchir avant de postuler. "En entretien, on s'assure que les candidats sont bien conscients des horaires. On leur demande, par exemple, s'ils ont un moyen de transport pour rentrer chez eux le soir", informe Claudine Moreau.

Sur les bateaux de croisière qui partent à la semaine, vous êtes nourri et logé. Par contre, vous ne sortez jamais de votre environnement de travail. Mais, "même si le rythme est intense, l'ambiance entre les saisonniers est bonne. Ils demandent souvent de revenir l'année suivante", remarque Brigitte Kammere.

Avec le CDD saisonnier, pas de prime de précarité !
Lors d'un CDD saisonnier, vous ne toucherez pas d'indemnité de fin de contrat, ou "indemnité de précarité", versée en principe à la fin d'un CDD.

Laura El Feky © CIDJ
Article mis à jour le 27/02/2018 / créé le 31-10-2014