https://www.cidj.com/

Ingénieur / Ingénieure du contrôle de la navigation aérienne - ICNA

Synonymes : aiguilleur du ciel, contrôleur aérien, contrôleur de la navigation aérienne, Icna

  • Transport - Logistique
L’ingénieur du contrôle de la navigation aérienne (également surnommé aiguilleur du ciel ou contrôleur aérien) guide les avions, contrôle et assure la sécurité et la fluidité de l'espace aérien.

Description métier

Les ingénieurs du contrôle de la navigation aérienne sont les opérateurs de première ligne de la sécurité du transport aérien. Ils font tous partie de la direction générale de l’aviation civile et travaillent dans les grands aéroports ou les centres de contrôle en route en France métropolitaine et en outre-mer.

Depuis la tour de contrôle, le contrôleur aérien ou aiguilleur du ciel gère et surveille les décollages et les atterrissages des avions, les survols de l’aéroport et des espaces limitrophes. Il donne des instructions très précises à chaque pilote pour rouler, décoller, atterrir. C’est lui qui indique l’altitude à prendre et contrôle les avions pendant toutes les phases de mouvement au sol et en vol. Il fournit aux pilotes toutes les indications nécessaires.

Répartis en équipe de deux, sur une position de contrôle, les contrôleurs suivent chaque appareil sur leur écran et communiquent par radio avec les pilotes. Importance du trafic, conditions météo, plans de vol et trajectoires des avions, l'aiguilleur du ciel gère de nombreuses informations simultanément. Il analyse et anticipe les situations. Il doit toujours être en mesure de réagir et de prendre des décisions avec une extrême rapidité.

Lorsque des avions quittent son espace aérien, le contrôleur aérien de l’aéroport procède au transfert de contrôle des avions vers les contrôleurs des « centres en route ». Ces derniers assurent le relais et donnent des instructions et des autorisations aux pilotes pendant la phase « en route » du vol : trajectoire, altitude, vitesse.

Le champ d’action des contrôleurs aériens recouvre l'ensemble de l’espace aérien national et ils sont en liaison avec les contrôleurs des pays voisins.

Le métier est exigeant et nécessité un bon sens des responsabilités. Comme le pilote, le contrôleur aérien doit assurer la sécurité de tous les occupants des avions ainsi que des populations survolées. Il doit être en parfaite santé mentale et physique. Le métier nécessite un esprit d'analyse, de la mémoire, de la réactivité et une bonne maîtrise de soi. L'ingénieur de contrôle aérien communique en anglais avec les pilotes dans la plupart des cas. Il travaille en horaires décalés. Le service fonctionne sept jours sur sept et, dans certains cas, 24 heures sur 24.

En France, les aiguilleurs du ciel ont la particularité d'être tous fonctionnaires (1/3 sont des femmes). Ils travaillent soit dans un aéroport ou dans l'un des 5 centres de contrôle régionaux (Aix-en-Provence, Athis-Mons, Bordeaux, Brest et Reims).

A noter : il existe également des techniciens supérieurs des études et de l’exploitation de l’aviation civile (TSEEAC) qui font du contrôle aérien sur des aérodromes avec moins de trafic commercial et des contrôleurs aériens militaires assurant des missions spécifiques, au sein de l'armée (armée de terre, marine nationale, armée de l’air et de l'espace).

 

Études / Formation pour devenir Ingénieur / Ingénieure du contrôle de la navigation aérienne - ICNA

La formation professionnelle pour exercer ce métier est dispensée à l’ENAC. Elle est gratuite et rémunérée.

Accès au concours d'admission via la banque d'épreuve CCINP (http://www.concours-commun-inp.fr/fr/index.html). 
Pour candidater, il faut être âgé de 26 ans au plus au 1er janvier de l'année du concours, être passé par une classe prépa ou être titulaire d'un bac + 2 dans le domaine technique et scientifique. 

Le concours est très sélectif (environ une centaine de places par an). 

La formation des ingénieurs du contrôle de la navigation aérienne (ICNA) dure trois ans. L’enseignement est théorique et pratique sur 3 ans. Les stages s’étendent sur 18 mois et comprennent une formation au brevet de pilote privé, un séjour de 8 semaines dans un pays anglophone et un stage dans une compagnie aérienne. En cours de formation, le futur ingénieur choisit son affectation en fonction de son classement : les centres de contrôle ou les aéroports. 

Les élèves sont rémunérés dès leur entrée en formation :

  • 1ère année : environ 1 500 €
  • 2ème année : environ 1 800 €
  • 3ème année : environ 2 200 €

La formation confère le grade de master en management et contrôle du trafic aérien (MCTA).

Après sa formation, l'ICNA intègre la DGAC (Direction générale de l'aviation civile) et "doit" 7 ans à l'administration. 

 

Salaires

Civil

La rémunération brute mensuelle des contrôleurs aériens en début de carrière est de l’ordre de 4916 € brut.

 

Evolutions de carrière

L’ingénieur du contrôle de la navigation aérienne peut évoluer (suivant son ancienneté) vers des fonctions d'études, d’instruction, d’encadrement ou de management dans les services de l'aviation civile.Il peut également postuler pour travailler à l’ÉNAC ou dans l’une des autres structures de la direction générale de l’aviation civile. Il peut aussi demander à changer de poste pour aller contrôler sur un autre aérodrome ou centre de contrôle.

Par voie de concours internes, il peut aussi accéder à d’autres métiers au sein de l’aviation civile ou de la fonction publique.

 


Crédit photo : Chuttersnap - Unsplash

Vous pourriez être intéressé(e) par...