• Témoignage

Être bénévole : mon engagement lycéen m'a permis de trouver mon futur métier

  • Lycée
  • Citoyenneté & Volontariat
  • Bénévolat et volontariat
  • Engagement
Être bénévole : mon engagement lycéen m'a permis de trouver mon futur métier

Une enquête publiée en 2018 révèle que 44 % des lycéens en terminale sont engagés bénévolement dans des associations humanitaires et/ou de défense de l'environnement ("Engagement citoyen des lycéens" Cnesco). Saviez-vous que faire du bénévolat peut vous aider à trouver une orientation professionnelle ? 4 lycéens témoignent : être bénévole est un atout pour leur avenir.

Des lycéens prennent la parole sur Cidj.com et racontent comment l'engagement bénévole les a aidés dans la construction de leur projet professionnel. Ivan, Maxime, Prune et Mathias sont tous les quatre en terminale, ils vont passer le bac à la fin de l'année. Mais ça ne les empêchent pas de consacrer du temps bénévolement dans des associations à l'intérieur ou l'extérieur de leur lycée.
Pour Ivan, secouriste à la Croix-Rouge et Maxime, président de la maison des lycéens de son établissement, le bénévolat a permis de trouver une orientation après le bac. Pour Prune, rédactrice au journal de son lycée et Mathias, membre du Parlement régional de la jeunesse, le bénévolat leur permet de développer des compétences utiles pour le métier qu'ils ont choisi.

Je veux devenir médecin

Être bénévole à la Croix-Rouge : Ivan, 17 ans, secouriste

Ivan est secouriste bénévole à la Croix-Rouge

« Je suis bénévole à la Croix-Rouge depuis l’âge de 15 ans. Devenu secouriste cette année au sein de l’unité Paris 7, j’effectue des gardes pour le Samu, un samedi par mois jusqu’à 1h du matin. Il faut une certaine dose d’empathie pour passer 12 heures dans une ambulance, certains de mes copains ne comprennent pas.

Je suis encadré par des adultes qui me protègent des situations les plus dangereuses ou éprouvantes. Mais je suis quand même au contact des difficultés des gens. Porter l’uniforme de la Croix-Rouge, c’est à la fois une responsabilité et une fierté. Je gagne en maturité et je développe des compétences psychologiques.

Mon engagement a changé ma manière d’appréhender la vie de tous les jours, car je sais faire face à une urgence. J’ai proposé d’organiser des sessions d’apprentissage des gestes de premier secours au sein de mon lycée. Je suis plus en alerte sur le monde qui m’entoure. C’est pour ça que j’envisage de m’orienter en médecine. » Ivan est en terminale S au lycée Victor Duruy à Paris

Je veux devenir manager

Être bénévole à la maison des lycéens : Maxime, 18 ans, président de la MDL

« L’année dernière, j’ai croisé la conseillère principale d’éducation qui mettait en place le balisage pour le bal du lycée, je lui ai proposé mon aide. C'est comme ça que je me suis investi à la maison des lycéens. Cette année, j’ai proposé ma candidature pour être président de la MDL.

La maison des lycéens fonctionne avec les adhésions des lycéens ; elle gère aussi la photo de classe, ce qui lui rapporte des fonds. On mène des actions avec la Banque alimentaire, l’Unicef ou encore le Don du sang. Dernièrement, nous avons organisé une collecte de sang au sein du lycée. Avec cet engagement bénévole, j’ai la satisfaction de monter un projet de bout en bout, je gère un budget et la comptabilité, c’est très formateur.

J’apprends à travailler en équipe, à prendre des décisions impliquant plusieurs personnes... Humainement, c’est très bénéfique. Je me suis rendu compte que je voulais faire du management et de l’évènementiel plus tard. Je souhaite m’orienter en fac de gestion puis en IAE (Institut d’administration des entreprises). Maxime est en terminale S au lycée Paul Cézanne à Aix-en-Provence

Je veux devenir journaliste

Être bénévole au journal de son lycée : Prune, 17 ans, rédactrice à La Lucarne

Être bénévole : mon engagement lycéen m'a permis de trouver mon futur métier

« J’aime découvrir des choses et m’engager dans des projets dans lesquels les jeunes peuvent s’exprimer. En 3e j’étais déléguée de classe, j’ai organisé le bal de fin d’année. Depuis la 2nde, je participe au journal du lycée La Lucarne. Je veux devenir journaliste, donc je m’investis beaucoup. Il y a un dossier principal par numéro, dernièrement, c’est le thème du cinéma qui était à la Une. On discute des sujets à l’avance, tous les 15 jours, on a une réunion pendant laquelle les rédacteurs proposent des idées à la rédactrice en chef qui est élève comme nous.

En parallèle cette année, je siège au Parlement régional de la jeunesse de la Région Sud qui compte 105 élèves membres et 4 « fabriques » (groupes de travail) [ndlr. après une sélection sur motivation, les lycéens, apprentis et étudiants membres proposent des mesures pour les jeunes]. Comme je me destine au journalisme, j'ai intégré la « fabrique communication ». Celle-ci fait en quelque sorte le lien entre les fabriques. Lors de notre première assemblée, nous avons travaillé sur l’idée d’une application qui rassemblerait tous les évènements destinés aux jeunes et informerait sur les initiatives du PRJ. » Prune est en terminale ES au lycée Chevreul Blancarde à Marseille

Je veux devenir homme politique

Être bénévole au Parlement régional de la jeunesse : Mathias, 17 ans, jeune parlementaire

Être bénévole : mon engagement lycéen m'a permis de trouver mon futur métier

« Je pratique le judo depuis tout petit et je suis très investi dans le sport associatif local : je donne des cours à des jeunes, je suis arbitre départemental. C'est la professeure-documentaliste de mon lycée qui m'a encouragé à présenter ma candidature au Parlement régional de la jeunesse. Je fais partie de la "fabrique Citoyenneté".

Il y a une assemblée par mois, la première vient d’avoir lieu en novembre. On se retrouve d'abord tous dans l’hémicycle, puis chaque fabrique (groupe de travail) se réunit pour débattre des sujets et projets à venir. Le PRJ dispose d’un budget propre d’un montant de 100 000 €.

J’ai présenté un projet autour du sport qui me tient à cœur : la création d’un forum régional où les associations sportives présenteraient leurs activités et les jeunes pourraient s’initier à des sports. L’idée a plutôt été bien reçue. Je me destine à faire de la politique, être membre du parlement régional de la jeunesse me permet de mettre un pied dans ce milieu. » Mathias est en terminale S au lycée Chevreul Blancarde à Marseille

Odile Gnanapregassame © CIDJ
Article créé le 04-12-2018 / mis à jour le 04-12-2018