• actualité

Transports en commun gratuits : quelles sont les villes concernées ?

  • Bons plans
  • Rentrée
  • Gérer son budget
  • Transports en commun
Les transports en commun gratuits, totalement ou partiellement, dans certaines villes

Depuis la rentrée, les transports en commun de la capitale sont devenus gratuits pour les parisiens de moins de 18 ans. Avant elle, d’autres villes ont déjà passé le cap ou s’apprêtent à le franchir en proposant une gratuité totale ou partielle. On fait le point.

Une mesure écologique, puisqu’elle permet de désengorger le trafic routier, mais aussi sociale. Les transports représentent, en effet, une part importante du budget des ménages (18,5% en moyenne, selon l’Insee). Pour soulager les familles, plus d’une trentaine de villes en France propose d’ores et déjà la gratuité des transports en commun.

Montpellier, Paris, Rouen… une gratuité partielle

C’est l’une des nouvelles de la rentrée pour les mineurs parisiens. Jusque-là, les transports en commun parisiens étaient remboursés à 50% aux élèves du secondaires et gratuits pour les enfants de moins de 11 ans domiciliés à Paris. Depuis la rentrée 2020, la gratuité est étendue aux collégiens, lycéens et jeunes apprentis. 

Les moins de 18 ans résidant à Paris peuvent donc voyager gratuitement à bord des bus, métros et RER parisiens, grâce au remboursement de leur pass Imagine’R dont le coût s’élève à 350 euros. La mesure s’étend même jusqu’à 20 ans pour les jeunes en situation de handicap. Dans tous les cas, le remboursement du pass n’est pas automatique et se fait via un formulaire en ligne.

En parallèle, certaines villes ont fait le choix d’instaurer la gratuité des transports en commun à l’ensemble des usagers, mais uniquement sur certains jours. C’est le cas à Montpellier (34) où les habitants de la métropole peuvent circuler gratuitement sur le réseau de bus et tramways, tous les week-ends.

En Seine-Maritime, la ville de Rouen (76) teste, depuis le 5 septembre, la gratuité des transports dans l’agglomération tous les samedi. L’expérimentation a commencée en septembre et durera un an.

À Strasbourg, c’est jusqu’au 3 octobre que les bus et tram seront gratuits les samedis.

Bon à savoir : malgré la gratuité, un titre de transport reste le plus souvent nécessaire. Plus d’information sur le réseau de transport en commun de votre ville.

Des transports 100% gratuits dans 35 villes

D’autres villes, plus petites, sont déjà passées à la vitesse supérieure en rendant leurs transports totalement gratuits pour tous leurs usagers, sans distinction. 

C’est le cas des villes comme Dunkerque mais aussi Calais, Libourne, Niort, Aubagne, Gap, Porto Vecchio, Puteaux ou encore Aubagne, pour ne citer qu’elles.

En tout, ce sont 35 villes françaises qui sont concernées, d’après l’Observatoire des villes du transport gratuit.

Des critiques

Dans certains cas, la gratuité partielle, seulement les week-end ou lors des pics de pollution, est un premier pas vers la gratuité totale mais ne profite, dans l’immédiat, qu’aux usagers occasionnels et pas aux abonnés.

Pour autant, la mise en place de la gratuité totale ne fait pas l'unanimité et doit essuyer quelques critiques. Certains craignent, par exemple, une saturation des lignes. 

À l'inverse, à Paris, plusieurs élus d’Ile-de-France ne dénoncent pas la gratuité mais défendent son élargissement à tous les franciliens de moins de 18 ans au risque sinon d’« accentuer les inégalités pour les jeunes de banlieue ». En effet, les jeunes habitant dans le Val-de-Marne (94), l'Essonne (91) ou les Hautes-de-Seine (92) ne peuvent pas prétendre au remboursement de leur pass Imagine'R puisque la mesure adoptée au Conseil de Paris ne s’adresse qu’aux jeunes qui y résident.


 

Laura El Feky © CIDJ
Actu mise à jour le 09/09/2020 / créée le 09-09-2020

Crédit photo : Ant Rozetsky/ Unsplash