https://www.cidj.com/

Ostéopathe

Synonymes : Ostéo

  • Santé - Paramédical
L’ostéopathe soigne toutes sortes de dysfonctionnements : rhumatismes, mal de dos, troubles ORL, problèmes digestif, urinaire… Et cela grâce à ses mains. L’ostéopathe diagnostique et traite par manipulation, palpation et massage.

Description métier

L'ostéopathe prévient ou traite les troubles fonctionnels du corps à l'aide de ses mains. Il est surtout consulté pour des problèmes d’origine vertébrale (lombalgie), des entorses, des tendinites, de l'arthrose ou une sciatique. Il peut être également sollicité pour des troubles psychologiques (stress anxiété, angoisse, dépression, troubles du sommeil), des troubles digestifs, ORL ou urinaires. L'ostéopathie étant considérée comme une médecine alternative, les ostéopathes ne sont pas assimilés à des professionnels de santé et ne disposent donc pas du droit de prescription. 

La grande majorité des ostéopathes opèrent en cabinet privé. Chaque consultation débute par une série de questions au patient. L’ostéopathe recueille le maximum d’informations sur les troubles ou douleurs décrites et fait le bilan des antécédents et traitements médicaux du patient (maladies, accidents, opérations, traumatismes…).

Il incite ce dernier à fournir une description précise des symptômes ressentis.

Le praticien passe ensuite à la phase active de son acte thérapeutique en pratiquant des palpations et massages lents et minutieux sur le corps du patient. Il recherche les points de blocage ou douloureux sur des membres, des articulations, des viscères, sur la colonne vertébrale.

L'ostéopathe n’utilise que ses mains et le toucher pour diagnostiquer et traiter un mal occasionnel ou récurrent, détecter les tensions. Dans certains cas, il a recours à des rotations, des tractions, des poussées ou des étirements sans aucune violence gestuelle.

L'activité des ostéopathes est aujourd'hui très concurrentielle dans la mesure ou le nombre de praticiens a considérablement augmenté (+ 218% depuis 2010). 

 

Études / Formation pour devenir Ostéopathe

Le métier d'ostéopathe est un métier réglementé depuis 2007. Pour exercer, il faut être titulaire du DO (diplôme d'ostéopathe). Ce diplôme se prépare sur 5 ans au sein d'un établissement agrée par le ministère de la Santé. Tous sont privés. 

Connaître la liste des écoles agréées.

La formation alterne cours magistraux, TD et formation pratique clinique. Si les premières années d'études sont orientées vers l'acquisition de connaissances théoriques et de savoirs-faire pratiques, les deux dernières années  sont entièrement consacrées à la pratique. 

Les étudiants ayant validé une première année scientifique dans le domaine de la biologie ou de la médecine ou le premier cycle des études médicales et souhaitant se réorienter peuvent accéder à la formation d’ostéopathe (se renseigner auprès des écoles).

Les infirmiers, les pédicures podologues, les sages femmes, les masseurs kinésithérapeutes bénéficient de dispenses de formation. 

Les docteurs en médecine qui souhaitent s'orienter vers l'osthéopathie ont la possibilité de passer des DU (diplôme universitaire) ou des DIU (diplôme interuniversitaire) de médecine manuelle-osthéopthie.

Salaires

Le tarif moyen d’une consultation d’ostéopathie tourne autour de 50-70€ (jusqu'à 90€ à Paris). 

Les revenus dégagés par un ostéopathe en libéral sont très variables (localisation, densité de population, expérience). Selon l'Unasa (Union nationale des associations agrées), les revenus moyens d'un ostéopathe en libéral avoisinaient 2 090 € par mois en 2021. Mais cette moyenne cache de grandes disparités : 1/4 des ostéopathes gagnaient 834 € par mois et la moitié d'entre eux touchaient 1 645 € par mois. 

Un jeune diplômé gagne environ 1.300 euros par mois au début de sa carrière alors qu’un ostéopathe expérimenté peut gagner jusqu’à 10.000 euros par mois (source : Capital)

Evolutions de carrière

Pour un ostéopathe salarié d’un cabinet l’évolution la plus courante est de reprendre un cabinet pré-existant ou de créer son propre cabinet. Certains exercent aussi en hôpital.

Se spécialiser en ostéopathie équine ou du sport par exemple après une formation complémentaire (DU ostéopathie du sport). 


Crédit photo : DURIS Guillaume - Fotolia