Accompagnatrice de personnes en situation de handicap, Nathalie témoigne

  • Handicap
Accompagnatrice de personnes en situation de handicap, Nathalie témoigne

Nathalie accompagne depuis 20 ans les personnes en situation de handicap pendant leurs vacances. Vous aussi vous aimeriez vivre cette aventure humaine forte ? Ecoutez ses conseils.

Comment avez-vous commencé à accompagner des personnes handicapées ?

J’avais 22 ans et du temps pendant mes vacances. J’ai vu la petite annonce d’une association qui cherchait des accompagnateurs pour un voyage. J’étais sensibilisée au handicap par mon grand-père handicapé mais surtout par un cousin du même âge que moi qui, après un accident à 18 ans, est devenu tétraplégique. J’ai eu envie de tenter l’expérience pour voir si ça me plaisait. C’est comme ça que je suis partie la première fois. L’expérience a été si convaincante que je suis repartie ensuite, pendant 20 ans, une à deux fois par an.

Etes-vous payée pour être accompagnatrice ?

Non, les accompagnateurs sont bénévoles. Mais nous ne dépensons rien. Tout est payé par la personne handicapée que nous accompagnons. C’est un coût financier important pour elle.

Comment devient-on accompagnateur ?

Il suffit de postuler auprès d’associations. Elles vous feront remplir un dossier complet pour connaître vos motivations et essayer de percevoir si vous êtes vraiment fait pour vivre cette expérience. Certaines personnes recherchent aussi un accompagnateur pour partir de manière indépendante. Elles passent des annonces sur les sites d’associations d’handi-voyageurs comme l'association Handi-voyage.

Faut-il être du secteur médical ?

Certaines associations préfèrent recruter des bénévoles qui sont du secteur médical mais ce n’est pas une obligation. En ce qui me concerne, je ne travaille pas dans ce secteur. L’important est surtout d’avoir envie d’aider.

Quels conseils donneriez-vous à un jeune qui veut devenir accompagnateur ?

Rencontrez la personne que vous allez accompagner et renseignez-vous sur son handicap. Il ne faut pas hésiter à lui poser des questions sur ce qu’elle attend de vous. L’idéal, c’est de passer du temps ensemble avant le départ pour apprendre à se connaître. S’il y a des soins à réaliser, il faut les connaître et bien se poser la question : vais-je être capable de les faire ? Des soins mal faits ou pas faits peuvent avoir des conséquences lourdes pour la personne handicapée.
Pour une première expérience, je conseille plutôt de partir en groupe avec une association et sur un voyage court. C’est plus rassurant et cela vous permettra de vite vous rendre compte si vous êtes fait ou non pour ce type de voyage.

Quelles sont les qualités nécessaires ?

D’abord, il faut avoir envie d’aller vers l’autre et de l’aider. Ensuite, il faut être à l’écoute et accepter de se plier aux envies de la personne qu’on accompagne. C’est pour elle que l’on est là. Il faut être débrouillard, aimer bouger, voyager, découvrir. Les imprévus et la fatigue peuvent créer des tensions. Il faut donc être en forme physiquement et ne pas être trop susceptible.

Que vous a apporté cette expérience ?

C’est une expérience humaine formidable et une grande école de la vie. On apprend à relativiser nos petits problèmes quotidiens face à des gens qui ont dû faire face à des choses tellement plus dures. J’ai aussi beaucoup appris sur l’amitié au cours de ces voyages. Beaucoup des personnes que j’ai accompagnées sont devenues des amies. Je continue à les voir dès que je le peux.  Lorsque l’on vit des moments forts, on oublie le handicap pour ne plus voir que le moment partagé.

Valérie François © CIDJ
Article mis à jour le 02/12/2017 / créé le 18-07-2014