Au pair : faire face aux difficultés quotidiennes

  • Au pair
Au pair : faire face aux difficultés quotidiennes

Fatigue, mal du pays, tensions avec la famille d’accueil ou découragement devant la garde des enfants ? Tous les problèmes ont leur solution !

Vous vous réjouissiez de partir, votre famille d’accueil vous semblait sympathique, mais au bout de quelque jours ou de quelques mois, vous avez le moral à zéro et envie de rentrer ? Pas de panique, ces difficultés se surmontent facilement.

Prévenir et éviter les conflits

Définissez bien les temps libres. S’il y a des enfants en bas âge qui ne vont ni à l’école ni à la crèche, voyez avec la famille de quel temps libre vous disposez pour suivre vos cours de langue. Vous ne devez pas rester à la maison toute la journée à garder bébé !

Listez les tâches ménagères. Les tâches ménagères varient d’une famille à l’autre, mais, si vous trouvez que vous avez trop à faire, demandez conseil à votre agence sur place. Nettoyez régulièrement la salle de bains, la chambre des enfants et la cuisine. Si la poubelle déborde, sortez-la. Bref, faites preuve de bon sens.

Échangez avec la famille d’accueil. Prévoyez des moments avec la famille où vous pourrez bavarder avec elle, en profiter pour mieux la connaître et lui demander conseil sur les choses à voir et à faire en ville.

Respectez les consignes d’éducation données par la famille (heure du coucher, heures des repas, sorties…).

Tenez la famille informée de votre emploi du temps. Vous avez besoin d’un quartier libre dans l’après-midi ? Vous avez prévu de passer le week-end avec des amis ? Prévenez toujours votre famille à l’avance, pour qu’elle puisse s’organiser ou qu’elle ne s’inquiète pas pour vous.

Attention à Facebook et autres réseaux sociaux : sur votre page, ne parlez jamais de la maison où vous faites votre pair, des enfants, etc., sans l’accord préalable des parents qui vous accueillent.

Trouver des solutions

Vous vous sentez fatigué(e) et triste ? Après quelques jours ou semaines, vous êtes complètement épuisé(e), démoralisé(e) ? Vous avez du mal à vous exprimer et à comprendre ce qu’on vous dit ? Une grosse envie de rentrer en France vous tenaille ? Pas de panique, c’est normal ! Vous souffrez simplement du homesick, le mal du pays.
 

Pour vous sentir mieux, inscrivez-vous d’abord à un cours de langue : vous y rencontrerez des jeunes étrangers comme vous. Demandez à votre agence de placement les coordonnées d’autres jeunes au pair dans la ville, et n’hésitez jamais à faire part de vos difficultés à votre famille. Prenez le temps d’échanger avec elle !

Les enfants vous accueillent froidement ? Ils ne vous parlent pas, sont sur leurs gardes ou, pire, sont carrément agressifs ? C’est compréhensible : à leurs yeux, vous êtes une personne étrangère, totalement inconnue, chargée de s’occuper d’eux quand maman et papa ne sont pas là.

Pour « réchauffer l’ambiance », soyez gai(e), proposez-leur des jeux, des lectures… Demandez-leur s’ils ont déjà accueilli une personne au pair (ce qui est souvent le cas), et s’ils sont tristes d’en changer. Rassurez-les : oui, vous êtes différent(e), mais vous êtes très sympa !

Les enfants ne vous écoutent pas ? Vous avez l’impression de ne plus contrôler la situation ? Rien d’étonnant : les premiers temps, ils testeront souvent votre patience et vos réactions pour chercher à connaître vos limites.

Pour vous faire respecter, ne criez pas, mais montrez-vous ferme sur ce qui est interdit, tout en expliquant pourquoi. Ne laissez jamais les enfants décider, rappelez-leur que c’est vous l’adulte. Vous pouvez mettre en place des rituels, au goûter ou au coucher par exemple, pour installer de la complicité entre vous. Si, malgré cela, vous sentez que vous n’avez aucune autorité, parlez-en aux parents pour qu’ils interviennent.

Isabelle Fagotat © CIDJ
Article créé le 26-07-2011 / mis à jour le 26/02/2018