• actualité

Emploi : les jeunes cadres recherchés

  • Recrutement
Un homme et une femme face à un ordinateur.

Bonne nouvelle sur le front de l’emploi ! 6 entreprises sur 10 ont recruté au moins un cadre au premier trimestre 2018. Les jeunes cadres sont des profils particulièrement recherchés. Le taux d’emploi progresse chez les jeunes diplômés de niveau bac +4/5 et plus. La situation devrait perdurer.

Selon les derniers chiffres de l’Apec (Association pour l’emploi des cadres), au premier trimestre 2018, 6 entreprises sur 10 ont embauché au moins un cadre. Pour Jean-Marie Marx, directeur général de l’Apec, « ces bons résultats reflètent un niveau de confiance des entreprises jamais atteint. Ce climat optimiste devrait perdurer puisqu’au 2e trimestre 2018, près de 6 entreprises sur 10 envisagent d’embaucher au moins un cadre, soit 4 points de plus par rapport à la même période un an auparavant ». Dans ce contexte positif pour le recrutement des cadres, les jeunes diplômés de niveau bac +5 tirent leur épingle du jeu.

Les jeunes cadres ont la cote

Les jeunes cadres (entre 1 et 5 ans d’expérience) sont des profils recherchés par les employeurs. Selon l’Apec, 81 % d’entre eux souhaitent en embaucher. Les jeunes diplômés avec 2 à 3 ans d’expérience sont par exemple le cœur de cible d’Airbus qui prévoit de recruter 1500 personnes en France en 2018.
38 % des employeurs envisagent par ailleurs de recruter des jeunes diplômés.  Pour ces derniers, les perspectives d’embauche sont à la hausse : « En 2016, 45 000 jeunes diplômés ont été recrutés à un poste cadre, en 2017, ils étaient 47 000. En 2018, ils devraient être entre 48 000 et 53 000 », souligne Pierre Lamblin, directeur des études à l’Apec.

Progression des taux d’emploi et des conditions d’emploi

« Les jeunes diplômé.e.s bénéficient d’un taux d’emploi en progression, poursuit Pierre Lamblin. En ce qui concerne la promotion 2016, 83 % d’entre eux étaient en emploi (soit 2 points de plus que pour la promotion précédente) et 94 % avaient déjà occupé un premier emploi 12 mois après l’obtention du diplôme. Leurs conditions d’emploi ont par ailleurs progressé : 62 % d’entre eux étaient en CDI, contre 55 % il y a 1 an. »

Les diplômés en sciences s’insèrent bien

Si l’ensemble des jeunes diplômés profitent de cette embellie, ce sont les diplômés en sciences technologiques et en sciences humaines et sociales qui tirent le mieux leur épingle du jeu avec des taux d’emploi respectifs de 86 et 88 %. « Les diplômés en lettres, langues et arts s’en sortent moins bien avec un taux d’emploi de 72 %, à l’inverse des diplômés dans le domaine de l’informatique et du numérique qui n’ont par exemple, pas de mal à trouver un poste au terme de leurs études. C’est vraiment la discipline de formation qui fait la différence », analyse Pierre Lamblin.

Industrie, construction, ingénierie…

Les niveaux de recrutement les plus spectaculaires concernent l’industrie. Au premier trimestre, 73 % des entreprises du secteur ont intégré au moins un cadre, soit 11 points de plus en un an. Côté construction, les prévisions d’embauche de cadres au deuxième trimestre sont au beau fixe et progressent de 11 points en un an. Dans l’ingénierie et la R&D (Recherche et développement), le recrutement a progressé de 7 points entre les premiers trimestres 2018 et 2017. Quant aux entreprises de l’informatique, neuf sur dix ont embauché au moins un cadre au deuxième trimestre 2018.

Les commerciaux en tête

42 % des entreprises qui envisagent de recruter des cadres au deuxième trimestre recherchent des profils dans le commerce et la vente. L’administration, la gestion et la finance arrivent en deuxième position avec 36 % des prévisions de recrutements, suivies de près par les services techniques (35 %), les services informatiques (32 %) et la partie études et R&D (32 %). 27 % des entreprises envisagent de recruter des cadres en production industrielle, 19 % en ressources humaines et 15 % à des postes de direction.

De belles perspectives à moyen terme

« Les recrutements de cadres devraient être au plus haut niveau en 2018, dans un contexte où tous les indicateurs économiques sont au vert (…) le nombre d’embauches devrait se situer entre 248 000 et 271 000. La progression par rapport à 2017 pourrait aller jusqu’à +13 % (…) », affirme Jean-Marie Marx. Une tendance qui devrait perdurer : tablant sur une croissance pérenne, ce sont plus de 276 000 cadres qui devraient être recrutés à l’horizon 2020 en France selon l’Apec.

Isabelle Fagotat © CIDJ
Actu mise à jour le 18/06/2018 / créée le 18-06-2018

Crédit photo : Raw pixel

Vous pourriez être intéressé(e) par...