Et s’il vous manquait une formation complémentaire pour entrer sur le marché de l’emploi ?

  • Etre conseillé
Et s’il vous manquait une formation complémentaire pour entrer sur le marché de l’emploi ?

Au moment d'entrer sur le marché de l'emploi, vous pouvez vous apercevoir qu’il manque quelque chose à votre formation initiale. Un vide qu’il est possible de combler par un stage court et professionnel ou par un cursus long et qualifiant.

Vous cherchez depuis quelque temps et ne voyez rien venir ? Au vu des tensions actuelles sur le marché de l’emploi, vous pourriez être tenté de reprendre des études. 

Une formation pour entrer sur le marché de l'emploi

Trouvez ce qui manque à votre CV. Rappelez les recruteurs que vous avez démarchés, rendez-vous aux salons de l’emploi, contactez les fédérations professionnelles… 

Posez-vous les bonnes questions. Vous avez raté votre bac pro ? Vous avez un profil trop universitaire ? Vous ne connaissez pas tel logiciel ? Pour attirer l’œil, il suffit parfois de compléter sa formation initiale en boostant son anglais, en détenant le permis de conduire ou en décrochant le diplôme d’une école.

La formation que vous choisirez doit dépendre de votre objectif sur le marché de l'emploi. Cela peut être le moyen de terminer un cursus inachevé.

Pour trouver un emploi
Consultez notre rubrique Offres de jobs et d'emploi.
Des entreprises y déposent quotidiennement leurs offres !

Se spécialiser avec une licence ou un titre professionnel

Une formation courte permet d’acquérir une expertise dans un domaine. Pensez aux licences pro si vous avez un BTS ou un DUT.

Se réorienter pour intégrer un secteur qui recrute

Une formation permet aussi de changer d’activité, voire d’intégrer un secteur qui recrute (santé, informatique…). 

Rattraper un échec scolaire

Vous avez arrêté vos études trop tôt ? Les écoles de la seconde chance proposent des remises à niveau en 12 mois maximum qui permettent d'entrer plus facilement sur le marché du travail. Pensez aussi aux lycées autogérés ou aux Maisons familiales rurales dotées d’un internat.

S’engager dans l’armée 

L’armée recrute 20 000 jeunes chaque année, dans tous les corps de métiers. Avantage : acquérir une formation et une expérience professionnelle à moindre coût (engagement de 3 à 5 ans).

Les solutions pour financer une formation

Vous pouvez choisir une formation "rentable", c'est-à-dire débouchant sur une profession ou un secteur d’activité "en demande" (secteur qui recrute). C’est le cas du paramédical : si vous devenez infirmier (après 3 ans d’études en Institut de formation en soins infirmiers), vous serez assuré de décrocher un emploi. 

Vous êtes trop "juste" financièrement ? Il existe des formations peu onéreuses. Si vous voulez améliorer votre anglais professionnel, pensez aux cours municipaux, aux associations (Association Philotechnique…) ou au troc (Sel-Systèmes d’échanges locaux). Pour le multimédia, renseignez-vous auprès des centres socioculturels ou des maisons de quartier.

Pour compléter votre formation initiale, pensez aux contrats de professionnalisation ou d’apprentissage. Vous pouvez en trouver pour tous les niveaux d'études.

Si vous avez déjà travaillé, vous pouvez bénéficier de la formation continue : Dif (droit individuel à la formation) pour un stage court ou Cif-CDD (congé individuel de formation) pour une formation longue.

Si vous êtes inscrit comme demandeur d’emploi, vous pourrez conserver vos allocations à condition que la formation corresponde à votre projet personnel ("projet personnalisé d’accès à l’emploi"). 

Autres financeurs possibles : la région ou le département.

Où s’informer ?

Les chambres de commerce et d’industrie, le Conservatoire national des arts et métiers, le Conseil régional proposent tout un éventail de formations professionnelles. Pensez aussi à l’Afpa (Association nationale pour la formation professionnelle des adultes).

Vous pouvez rencontrer un professionnel à la Cité des métiers, au sein du réseau Information Jeunesse, de la Mission locale ou de Pôle emploi qui propose désormais une "prestation d’orientation professionnelle spécialisée". 

Agnès Morel © CIDJ
Article mis à jour le 15/03/2018 / créé le 09-11-2011