DUT après un bac pro : un challenge

  • Après un bac pro
DUT après un bac pro : un challenge

Vous avez envie de poursuivre vos études en DUT après votre bac pro ? Pourquoi pas ! Mais il faut savoir que peu d'étudiants issus de la filière professionnelle ont accès à ce type de diplôme. Pour y arriver, peaufinez votre dossier d'inscription et, si vous êtes accepté, accrochez-vous pour suivre le rythme de travail.

En IUT, les bacs pro sont largement minoritaires. "Peu de bacheliers professionnels se présentent à l'entrée en DUT mais également peu d'entre eux réussissent, constate Guillaume Bordry, directeur de l’IUT de Paris-Descartes et président de l’Assemblée des directeurs d’IUT. Mais ce n'est pas impossible ! Il faut juste bien choisir le DUT. Par exemple, en gestion logistique et transport, il y a un peu plus de bacheliers professionnels."

Selon le ministère de l'Éducation nationale, ils ne représentaient que 3,4 % des étudiants de DUT en 2012-2013. Parmi eux, un tiers (37 %) a obtenu son diplôme en deux ans.

Pour permettre aux bacs pro d'accéder à cette filière, l'Eneps (École nationale de l'enseignement professionnel supérieur) propose un DUT en deux ans délivré par l'IUT1 de Grenoble. Quatre filières existent : génie civil construction durable, génie électrique et informatique industrielle, réseaux et télécommunications, et génie mécanique et productique. "Nous proposons ces DUT car les entreprises manquent de techniciens qualifiés ou supérieurs dans l'industrie et la production", explique Audrey Baum, chargée de projets et communication de l'Eneps.

Se démarquer avec son dossier d'inscription

Les inscriptions en DUT passent toutes par la procédure Parcoursup. Vous pouvez compléter votre dossier avec une lettre de motivation.

"Les étudiants qui possèdent un bac général ou technologique ont toutes leurs chances en DUT s'ils ont des notes correctes dans toutes les matières. Pour les élèves de bac pro, le choix d'accepter ou pas leur candidature se fait au cas par cas, car ils font moins partie de notre public, affirme Guillaume Bordry. Ils ne doivent pas envoyer un dossier lambda mais montrer une motivation particulière pour que l'IUT les remarque. Dans leur lettre de motivation, il faut qu'ils expliquent pourquoi ils font le choix du DUT plutôt que du BTS, qui leur est plus destiné. Nous avons besoin de comprendre pourquoi ils veulent prendre ce risque."

Se déplacer aux journées portes ouvertes est également important pour montrer sa volonté d'intégrer l'IUT.

"Nous accueillons une vingtaine d'étudiants par filière, chaque année, avec un très bon dossier scolaire, explique Audrey Baum. Nous n'exigeons pas un 18 de moyenne mais que l'élève soit dans les premiers de sa classe. Nous regardons aussi l'avis du lycée qui doit être très favorable. Nous ne voulons pas être élitiste, mais il faut avoir un niveau suffisant et être motivé pour pouvoir suivre les cours de DUT." 
La loi sur l'enseignement supérieur et la recherche (loi ESR) prévoit qu'à partir de la rentrée 2014 des places seront réservées en DUT aux bacs technologiques, mais pas aux bacs professionnels (qui en bénéficient, en revanche, en BTS).

S'adapter au rythme de travail soutenu du DUT

Pour Guillaume Bordry, "les étudiants en DUT qui sortent de bac pro doivent s'accrocher car le rythme de travail est plus intense. Ils doivent également rattraper le niveau des autres étudiants (bacs généraux et technologiques) dans les enseignements théoriques comme les maths, le français, ou les langues. D'ailleurs, pour surmonter leurs difficultés, il faut qu'ils utilisent au maximum la proximité qui existe avec les enseignants. Les deux années de DUT seront sportives, mais cela peut donner de bons résultats."

Pour les aider, l'Eneps a mis en place une pédagogie différente des autres IUT. "Pendant un an, nos élèves issus de bac pro sont dans des classes spécifiques pour leur permettre de progresser dans les matières générales (maths, anglais…). Ils ont des tuteurs qui les accompagnent, ont des cours de soutien et trois heures d'études par semaine. Ensuite, ils sont intégrés aux autres DUT. Cela leur permet de légitimer leur diplôme", avance Audrey Baum. 

Se réorienter en BTS en cas de difficulté…

Si vous vous apercevez pendant votre scolarité que vous n'arrivez pas à suivre, ou que vous n'avez pas choisi la bonne filière, vous pouvez vous réorienter. "Au bout d'un an complet, si vous ne souhaitez pas continuer en deuxième année, nous pouvons vous recommander à un lycée pour qu'il vous intégre en deuxième année de BTS, indique Audrey Baum. Si l'arrêt des études se situe avant la fin du premier trimestre, il est possible d'entrer en première année de BTS."

… ou continuer en licence ou école d'ingénieur

 

Après le DUT, l'Eneps propose des passerelles pour continuer vos études supérieures en licence, licence pro, école d'ingénieurs ou école d'architecture. En 2013, à l'Eneps, environ 40 % des étudiants ont poursuivi leurs études après le DUT. Depuis 2009, sur les trois promotions, 99 % des diplômés de DUT ou de licence pro ont trouvé un emploi en CDI.

Si vous n'avez pas réussi à entrer en IUT après votre bac pro, il vous reste une autre solution. Selon Guillaume Bordry, "les bacheliers pro qui font un BTS et qui postulent ensuite en IUT pour une licence professionnelle y arrivent beaucoup mieux, car ils ont acquis une méthode de travail qui leur est utile. Dans le domaine industriel, des services ou de la banque, il existe des licences professionnelles qui sont en connexion directe avec des BTS."

CIDJ © CIDJ
Article mis à jour le 14/03/2018 / créé le 28-11-2013