• actualité

Tabagisme : la cigarette n’a plus la cote chez les jeunes

  • Dépendances
Tabagisme : la cigarette n’a plus la cote chez les jeunes

La ministre de la santé, Agnès Buzyn, a annoncé la baisse record du nombre de fumeurs en France, avec un million de fumeurs en moins en 2017 par rapport à 2016

Chaque année à l’occasion de la journée sans tabac, l’OMS met en avant les risques liés au tabagisme avec, cette année, l’accent mis sur les risques cardiovasculaires liés au tabac (AVC, cardiopathie coronarienne, maladie vasculaire périphérique, …) avec pour slogan, « le tabac vous brise le cœur ». Cette année, la journée sans tabac est marquée par la baisse historique du nombre de fumeurs en France, annoncée par Agnès Buzyn, ministre de la santé. Une étude menée par l’agence Santé publique France révèle qu’un million de personnes a fait le choix d’arrêter de fumer.

D’après le baromètre de l’agence, cette baisse record est davantage marquée chez les garçons âgés de 18 à 24 ans dont la proportion de fumeurs est passée de 44% en 2016 à 35% en 2017. Dans un communiqué, la ministre précise que « la part des fumeurs quotidiens chez les jeunes de 17 ans a diminué de 23% entre 2014 et 2017, pour atteindre son niveau le plus bas mesuré depuis deux décennies ».

Le paquet neutre : peu d’incidence sur la consommation des jeunes

L’observatoire français des drogues et toxicomanies (OFDT) vient de rendre publique, le jeudi 31 mai, sa première enquête sur le paquet neutre. Cette enquête rassemble les opinions des jeunes de 17 ans sur le tabagisme et les emballages de cigarettes.

Il ressort de cette étude que les jeunes fumeurs (filles ou garçons) trouvent moins d’effet dissuasif au paquet neutre que les jeunes non-fumeurs. En effet, parmi les jeunes non-fumeurs, près d’un jeune sur deux pense que l’introduction de ces paquets neutres en France peut aider les plus jeunes à ne pas fumer, contre 28 % des fumeurs quotidiens.

D’après l’OFDT, cette « divergence parfois marquée des perceptions entre fumeurs et non-fumeurs laisse entendre que cette mesure pourrait, chez les adolescents, contribuer davantage à prévenir l’initiation au tabagisme qu’à favoriser l’abandon du tabac ».

Les premiers effets du plan tabac ?

Cette baisse record du nombre de fumeurs s’inscrit dans un contexte fort de lutte contre le tabagisme, responsable de 73 000 décès par an. Il semble que la mise en place du plan national de réduction du tabagisme (PNRT) en 2016, du lancement du mois sans tabac, de la création de l’application Tabac info service et plus récemment du remboursement de certains produits anti-tabac ont participé à ces résultats.

Le ministère a annoncé, sur son site, « la poursuite et l’amplification d’une politique offensive contre le tabac, qui s’adresse à tous les âges et à tous les milieux » ainsi que le lancement d’un nouveau programme national de lutte contre le tabac 2018-2022, qui devrait être lancé dans les prochains jours.

Marine Ilario © CIDJ
Actu créée le 31-05-2018 / mise à jour le 06/06/2018

Crédit photo : Thong Vo - Unsplash