https://www.cidj.com/

Cordiste

Synonymes : nacelliste, spécialiste des travaux d'accès difficile, travailleur acrobatique, laveur de vitre avec moyens spécifique, spécialiste des travaux d'accès difficile

  • Environnement - Nature - Nettoyage
Le·la cordiste est un·e professionnel·le du BTP ou d’une entreprise de nettoyage. Il·elle travaille en hauteur, à l’aide de cordes, pour exécuter des travaux d’accès difficile, hors d’atteinte des échafaudages. Dans son genre c'est un·e alpiniste.

Description métier

Le ou la cordiste accompli son travail suspendu dans les airs. Il·elle intervient sur toutes les constructions et ouvrage d’art en hauteur inaccessibles par les moyens traditionnels (échafaudage, nacelle) : viaducs, ponts suspendus, grues, téléphériques, flèches de cathédrales, barrages, tours ou monuments (Tour Eiffel, pyramide du Louvre, Notre-Dame.).

Professionnel du bâtiment, de la maintenance ou du nettoyage, il·elle peut intervenir dans de multiples activités : restauration de monuments et bâtiments, peinture, maçonnerie, nettoyage de surfaces ou matériels (vitres, silos..),  montage et maintenance de pylônes, confortement de falaise, travaux électriques…Cordes, baudrier, sellette, poignée autoblocante, descendeur et mousquetons sont les accessoires indispensables de son métier acrobatique.

Le·la cordiste possède d’abord les savoir-faire de son secteur d’activité d’origine (génie civil, entretien…).Nécessité en sus d'avoir une très bonne condition physique et de respecter des consignes de sécurité sont évidemment très strictes car le métier est dangereux. 

Le·la cordiste opère en équipe sur des chantiers, toujours à l’air libre, harnaché, sanglé et assuré comme un alpiniste sur une paroi. Les réglages sont de mises avant chaque intervention et le plus souvent avant chaque étape. Le·la cordiste tient le plus grand compte des bulletins météo : pluie, vent et froid peuvent empêcher l’accès même au chantier. Il·elle se déplace beaucoup en fonction de ses interventions ce qui rend le permis de conduire quasi obligatoire pour ces professionnel·le·s.

Dans le domaine de l’emploi ce métier ne cesse de croître. On compte aujourd'hui quelques 8 500 cordistes (2% sont des femmes).  La demande de cordistes s’étend à d’autres secteurs comme les spectacles et l’organisation d’événements. Dans le BTP, on compte ainsi quelque 250 entreprises spécialisées  dans ce domaine dont le chiffre d’affaires augmente régulièrement.

Études / Formation pour devenir Cordiste

Généralement les cordistes ont une formation en BTP complétée par une spécialisation de cordiste obligatoire (CQP) pour exercer.

Ce certificat de qualification professionnelle (CQP) comprend 3 niveaux  : 

  • Le CQP cordiste niveau 1 : niveau minimum pour entrer dans la profession.
  • Le CQP cordiste niveau 2 : professionnel confirmé.
  • Le CQP cordiste niveau 3 ou CQP technicien organisation de travaux sur cordages : professionnel expert. 
  • un certificat agent technique cordiste (CATC) est assuré par le GRETA de Die (Drôme) : http://greta-viva5.org

Chaque Cordiste doit également être Sauveteur Secouriste du Travail (SST).

Les professionnels des activités sportives alpinisme, escalade et spéléologie disposent de conditions aménagées pour accéder au CQP cordiste niveau 2. 

Salaires

Métier à risque, le cordiste est un salarié plutôt mieux payé que les techniciens et ouvriers non cordistes. Un débutant cordiste gagne selon les entreprises entre 1 700 et 3 000 € brut par mois.

Evolutions de carrière

On n’exerce pas ce métier très physique jusqu’à la retraite. Vient le moment de la reconversion sous forme de prise de responsabilité en tant que conducteur de travaux, chef d’équipe ou de chantier.

Les cordistes peuvent également choisir de se spécialiser dans le domaine de l'élagage, de la maintenance éolienne... 


Crédit photo : Riccardo Arata - Fotolia

Vous pourriez être intéressé(e) par...