https://www.cidj.com/

Conseiller / Conseillère en développement local

Synonymes : agent de développement local

  • Hôtellerie - Restauration - Tourisme
  • Gestion - Audit - Ressources humaines
Le conseiller ou la conseillère en développement doit valoriser la politique d’aménagement touristique d’un secteur géographique donné : une région, un département. Il/elle est tour à tour gestionnaire, aménageur, animateur et conseiller juridique.

Description métier

Le conseiller en développement local intervient dans la mise en œuvre d’une politique d’accueil, d’information et d’animation touristiques ou dans la réalisation d’équipements collectifs : parcs à thèmes, musées, installations sportives, ports de plaisance, équipements culturels, etc.

Il apporte des analyses et des conseils en amont des décisions à prendre, qu’il contribue ensuite à mettre en place. Il sert d’interface entre les élus, les associations et les partenaires professionnels, qu’il doit informer et convaincre.

Pour mener à bien la création et la commercialisation de produits touristiques, il recherche des partenariats. 

Autre volet important de ses missions : la communication. C’est au conseiller, en effet, de faire connaître les nouvelles opérations menées, en menant des campagnes dans la presse ou les médias.

Le conseiller en développement peut travailler chez divers employeurs : agences de développement, syndicats intercommunaux ou collectivités locales, offices de tourisme, ports de plaisance, associations.

Pour exercer cet emploi de terrain, il doit posséder de bonnes connaissances du contexte économique, historique, culturel et touristique de la zone géographique concernée et être compétent en matière de gestion, de montage et de suivi de projets.

Il doit adapter son rythme de travail à celui de ces partenaires : les réunions ont souvent lieu le soir ou le week-end.

Le statut du conseiller en développement est souvent précaire et les emplois sont rarement stables. Ils ne sont créés la plupart du temps que pour la durée d’une mission précise.

Études / Formation pour devenir Conseiller / Conseillère en développement local

Exemples de formations : 

niveau bac + 3

  • Licence droit, AES, économie/gestion,
  • Licence professionnelle intervention sociale : accompagnement social
    Différents parcours : coordinateur de projets de développement d'économie sociale et solidaire,
  • Licence professionnelle métiers de l'aménagement du territoire et de l'urbanisme.
    Différents parcours : coordination de projets, services de proximité, métiers de la cohésion sociale,
  • Licence professionnelle développement de projets de territoires
    Différents parcours : valorisation des produits et espaces montagnards (Université Savoie Mont Blanc)
  • Licence professionnelle métiers du tourisme : communication et valorisation des territoires

niveau bac + 5 

  • Master urbanisme et aménagement
  • Master gestion des territoires et développement local
    Différents parcours : chargé de développement local entreprises et territoires (université d'Angers), développement rural (Université de Lyon 2), aménagement durable des territoires (Université de Lyon 2)
  • Master études du développement,
    Master sciences sociales
  • Différents parcours  : valorisation du patrimoine et développement territorial (université de Limoges)
  • Master géopolitique
    Différents parcours : géopolitique locale et gouvernance territoriale (Université Paris 8)
  • Master gouvernance territoriale
    Différents parcours : management des territoires et urbanisme (Tours)

Plus de détails sur les masters : www.trouvermonmaster.gouv.fr

A savoir : les diplômés en tourisme, mais aussi en géographie, économie ou urbanisme ont la faveur des employeurs.

Salaires

Le salaire varie en fonction de l’expérience, des diplômes et des employeurs. En début de carrière un agent gagne environ 1 500 € brut par mois. Avec expérience un conseiller peut gagner 2 500 € brut par mois.

Evolutions de carrière

Après quelques années d’expérience professionnelle, le conseiller en développement peut prendre la responsabilité d’une structure de tourisme (office de tourisme, association, village de vacances…).

Il peut aussi devenir directeur d’un comité départemental ou régional de tourisme ou bien évoluer vers des fonctions de conseil auprès de cabinets de consultants privés.


Crédit photo : Jeanette Dietl - Fotolia

Vous pourriez être intéressé(e) par...