https://www.cidj.com/

Restaurateur du patrimoine / Restauratrice du patrimoine

  • Culture – Spectacle- Patrimoine
Le restaurateur du patrimoine examine un objet d’art et pose un diagnostic. Il procède à l’expertise technique de l’œuvre. Il ou elle sait identifier les altérations, pronostiquer leur évolution et préconise un traitement un traitement adapté.

Description métier

Le restaurateur du patrimoine est chargé de créer autour des œuvres l'environnement idéal à leur conservation (lumière, température, taux d’humidité...), de préserver et de restaurer les oeuvres d'art. Ses interventions atténuent les altérations du temps sur les œuvres et participent à leur remise en état. 

Après étude de l'oeuvre, le restaurateur du patrimoine établit un constat d'état de conservation, pose un diagnostic puis met en oeuvre un traitement et des techniques adaptées. 

Il est toujours spécialisé. Quelques exemples de spécialisation : mobilier ancien, peinture, livres, céramiques, sculptures, tapisseries, textiles, photos, vitraux, etc.

Les opérations de conservation s'exercent sur l’ensemble ou sur l’une ou l’autre partie de l’œuvre d’art : bois, céramique, peinture, toile, cadre. Le restaurateur du patrimoine intervient directement sur la pièce tout en prévenant les risques de détérioration que peut comporter son travail.

Les techniques et les gestes professionnels sont différents et fonction des objets à remettre en état. Sa bonne connaissance des œuvres tant sur le plan historique que technique lui permet d’utiliser les méthodes de restauration les plus adaptées à l’époque où elles ont été créées.

Mais le processus de travail présente toujours un certain nombre de points communs. Avant d’entreprendre son projet, le restaurateur étudie en profondeur l’objet ou le monument à restaurer : l’époque de sa création, sa destination première (décoration, défense, équipement domestique…), la technique initiale mise en œuvre et les matériaux et outils utilisés.

Ainsi, pour un tableau, il est nécessaire de connaître les caractéristiques du support (bois, toile…) et des colorants anciens ; pour une tapisserie, les techniques et les ingrédients tinctoriaux ; pour un meuble, la nature du bois, etc. Autant de données essentielles qui conditionnent la méthode à suivre, donc la qualité de la restauration.

Le métier s’exerce le plus souvent en atelier ou sur site, parfois en plein air, notamment s’il s’agit d’un monument. Le marché étant soumis à des appels d’offres, l’activité n’est pas toujours régulière, mais les travaux de restauration sur textiles, céramiques anciennes et bijoux demeurent les plus demandés.

Le restaurateur du patrimoine opère souvent en concertation avec un historien d’art ou des techniques, un conservateur de musée, voire un scientifique.

A chaque étape de son travail, le restaurateur respecte la déontologie de la profession, qui prévoit, entre autre, de constituer un dossier technique et photographique pour chaque pièce restaurée où il décrit les procédés qu’il a employés.

En parallèle aux travaux de restauration, le restaurateur du patrimoine mène des recherches, contribue aux programmes d'éducation et participe à diverses actions et manifestations en relation avec son niveau d'expertise. 

Études / Formation pour devenir Restaurateur du patrimoine / Restauratrice du patrimoine

Le restaurateur du patrimoine  doit avoir une bonne formation artistique, associée à de solides connaissances en physique-chimie. Il doit également avoir une bonne culture historique et désormais être ouvert aux nouvelles technologies.

Plusieurs diplômes permettent de se former aux techniques de restauration (assistant de préservation du patrimoine), d'encadrement et de coordination d'équipe. 

Exemples de formations : 

niveau bac

  • MC entretien des collections du patrimoine 

niveau bac + 2

  • DMA arts de l'habitat option décors et mobilier

niveau bac + 3

  • DN MADE - diplôme national des métiers d'art et du design (14 mentions proposées)
  • DNA - diplôme national d'Art mention Conservation-restauration des biens culturels spécialité oeuvres sculptées (Esad Tours)
  • Diplôme (type bachelor) d'école spécialisée (Ecole de Condé)

niveau bac + 5

Seules quatre formations publiques forment à la restauration de biens culturels : 

  • Diplôme de restaurateur du patrimoine (grade de master) de l'INP (Institut du patrimoine) dans 7 sections : arts du feu, arts graphiques et livres, mobilier, peinture, photographie, sculpture, textile,
  • Master CRBC - conservation-restauration des biens culturels (Panthéon Sorbonne).
    Différents parcours en M2 :
    Méthodologie et pratique de la conservation-restauration (MPCR)
    Conservation préventive du patrimoine (C2P)
    Valeurs et matérialité des biens culturels (VMBC)
  • DNSEP - Diplôme national supérieur d'expression plastique  mention Conservation-restauration des biens culturels spécialité oeuvres sculptées (Esad Tours),
  • Master mention conservation-restauration (Ecole supérieure d’arts d’Avignon/ESAA) 
  • Diplôme (type mastère) d'école spécialisée : mastère conservation-restauration du  patrimoine (Ecole de Condé) 

Plus de détails sur les masters : www.trouvermonmaster.gouv.fr

 

 

  

Salaires

Le salaire du restaurateur du patrimoine varie en fonction de son statut : fonctionnaire ou salarié d’un atelier privé.

S’il travaille dans le privé, son salaire est fonction de son expérience, de son savoir faire et de l'employeur (environ 1 600 € brut pour un restaurateur débutant).

Dans le secteur public, son salaire évolue selon une grille mêlant ancienneté et expérience. Au fil des années, il gagne entre 1 700 € et 4 400 € brut mensuels selon l’évolution de sa carrière.

Evolutions de carrière

Un restaurateur expérimenté peut être amené à des fonctions d'encadrement et de coordination d'équipe.
Après avoir travaillé dans un atelier le restaurateur du patrimoine peut s’installer à son compte. 


Crédit photo : Misterden - Fotolia

Vous pourriez être intéressé(e) par...