http://www.cidj.com/

Astronome

Synonymes : astrophysicien

  • Sciences - Maths - Physique
Soleil, planètes, galaxies… L’astronome observe et étudie l’origine et l'évolution de l'univers, fait de la recherche fondamentale et peut enseigner. Les travaux de recherche s’effectuent dans les observatoires, les laboratoires universitaires ou ceux du CNRS, mais il y a très peu de postes.

Description métier

L’astronome étudie le système céleste, l'origine et l'évolution de l'Univers. Il peut faire le choix de se spécialiser dans l'astrométrie (position et mouvement des astres),la mécanique céleste (lois régissant le mouvement des astres) ou l'astrophysique (physique appliquée à l'astronomie). 

Chercheur ou enseignant chercheur, l'astronome analyse des observations souvent réalisées sur place par des équipes spécialisées ou centralisées sur des bases de données, élabore et vérifie des théories nouvelles. Il publie ses travaux et résultats dans des revues professionnelles (en français mais aussi en anglais) communique au cours de colloques universitaires symposiums et regroupements de spécialistes, donne des conférences pour le grand public, conçoit de nouveaux instruments de mesure, recherche des financements pour la poursuite de ses travaux..

S'il est maître de conférences à l'université, l'enseignant chercheur partage son temps entre enseignement et recherche. 

À savoir : les débouchés sont très faibles (de 5 à 10 postes par an pour toute la France) et la compétition est très forte entre jeunes chercheurs pour décrocher un poste permanent (chargé de recherche au CNRS, astronome adjoint du corps des astronomes et physiciens du globe, maître de conférences)

Aussi, après leur doctorat en astronomie, les postdoctorants vont très souvent étudier et travailler à l’étranger avant de trouver un poste en France.

Études / Formation pour devenir Astronome

Pour devenir astronome, il faut compter 11 ans d'études au total (cursus de 5 ans minimum, puis 3 ans de doctorat et 3 ans de postdoctorat). Deux voies sont possibles : l'université ou les grandes écoles.

Université
Première étape : un master complet de recherche en physique ou en physique-chimie, éventuellement en mathématiques. Un master de physique théorique peut être utile à ceux qui se destinent à la cosmologie (recherche sur les origines de l’univers et de la matière).

Masters professionnels : astronomie, astrophysique et ingénierie spatiale (Paris 6, 7 et 11), astrophysique (Strasbourg), planètes et environnement (Nantes)…

Masters de recherche : astrophysique, plasmas et planètes (Grenoble 1), planétologie (Paris 11), physique et chimie de la Terre et des planètes (Lyon 1)…

À noter : l’Observatoire de Paris propose des DU (diplômes d'université), masters et doctorats.

Seconde étape : la préparation d’un doctorat sous la responsabilité d’un directeur de thèse dans un observatoire ou un laboratoire d'astronomie.

Grandes écoles et écoles d’ingénieurs
Il n’existe pas d’écoles d’ingénieurs spécialisées en astronomie, mais les jeunes diplômés sortant des grandes écoles (Polytechnique, ENS…) sont bien armés pour effectuer une carrière en tant que chercheur dans ce domaine.

Les écoles d’ingénieurs en électronique, informatique, mécanique, optique, physique, l’École nationale des sciences géographiques et l'École normale supérieure peuvent aussi, après une thèse, déboucher sur la recherche en astronomie (on parle dans ce cas d'ingénieur docteur). Accès : classe prépa scientifique + concours d’entrée. Généralement les ingénieurs travaillent plutôt à la conception ou à l'amélioration des instruments qui seront utilisés en laboratoire, installés dans les observatoires ou sur des missions spatiales. 

À noter : les universitaires et les ingénieurs font généralement un postdoctorat.

Salaires

Malgré une sélection sévère, les salaires ne sont pas… astronomiques !

Environ 2 100 € brut par mois pour un astronome maître de conférences en début de carrière en observatoire ou à l'université.

Environ 4 000 € pour un astronome au CNRS en fin de carrière.

Environ 1 700 € pour un ingénieur débutant (mais la progression peut être rapide).

Les revenus varient également en fonction des publications scientifiques réalisées.

Evolutions de carrière

Un maître de conférences (enseignant-chercheur) peut, sur concours, devenir professeur ou par élection président de son université. 

Un chercheur peut être conduit à diriger ou animer une équipe de recherche ou un laboratoire, contribuer à l'administration de la recherche en siégeant dans les instances nationales ou internationales. 


Crédit photo : Ingolf Sauer - Fotolia

Vous pourriez être intéressé(e) par...