• Enquête

Le boom des ciné-concerts offre de nouvelles perspectives d’emploi

  • Spectacle
Le boom des cinés concerts offre de nouvelles perspectives d’emploi

Aller voir un film pour lequel la musique est jouée en direct par un orchestre philharmonique, tel est le concept du ciné-concert. Ces nouveaux spectacles se sont multipliés ces dernières années et aujourd’hui, ils offrent de vraies opportunités professionnelles pour les instrumentistes et les chefs d’orchestre.

Imaginez-vous devant un écran de cinéma. Vous êtes venu voir "Les dents de la mer", "Jurassic park" ou encore "Star Wars". Mais pour accompagner l’image, vous avez devant vous des violonistes, flûtistes, pianiste, percussionnistes… Au total, une soixantaine de musiciens forment l’orchestre philharmonique qui va jouer la bande originale en direct sous la direction d’un chef d’orchestre. Chaque année des dizaines de ciné-concerts ont lieu en France. Depuis 5 ans, ces spectacles connaissent un véritable engouement. Pour les professionnels, ils ont imposé l'acquisition de nouvelles compétences et ont ouvert de nouvelles perspectives d'emploi.

Le boom des ciné-concerts : un phénomène récent

« Les premiers ciné-concerts sont nés il y a une trentaine d’années. Mais en France, ils se sont développés principalement il y a 10 ans et un véritable engouement existe depuis environ 5 ans » explique Nicolas Simon, chef d’orchestre au Yellow Socks Orchestra. Au départ plutôt parisien, le phénomène gagne petit à petit l’ensemble du territoire français, si bien qu’aujourd’hui, des cinés concerts sont proposés aussi bien à Paris qu’à Aix-en-Provence, Mulhouse, Lyon ou encore Bordeaux.

Emmanuel Hondré, directeur du département concerts et spectacles de la Philharmonie de Paris, voit trois raisons à cet engouement. « La première tient à l’intérêt du public pour la musique de film, indépendamment du film lui-même. La seconde, tient de la force de l’orchestre. Même si vous vous rendez dans une salle de cinéma dernier cri, vous n’aurez jamais la même puissance de son que celle d’un orchestre. Enfin la troisième raison c’est l’envie qu’a le public d’être ensemble et de vibrer autour d’une musique ».

« Le succès des ciné-concerts tient aussi du fait qu’ils concernent souvent des films au succès multi-générationnel » explique Emmanuel Hondré. « Les parents emmènent leurs enfants qui, eux-mêmes, emmèneront leurs enfants ». Ce sont souvent des films qui ont marqué et qui marquent encore toutes les générations. Les ciné-concerts permettent de rendre l’orchestre philharmonique accessible et populaire. Pour Nicolas Simon, « ils tendent à vulgariser l’orchestre philharmonique et à le rendre moins élitiste, moins effrayant ».

De nouvelles compétences à acquérir

L’apparition des cinés concert s’est accompagné de nouvelles façons de diriger un orchestre. « Pour les chefs d’orchestre, il y a des nouvelles techniques à apprendre » révèle Emmanuel Hondré. Pour que l’orchestre soit en parfaite synchronisation avec le film, les chefs d’orchestre s’appuient sur le tempo donné soit par des clics dans une oreillette, soit par des bandes lumineuses qui apparaissent sur un écran devant eux.

Des nouvelles compétences qui commencent à être enseignées dans les conservatoires. « A Lausanne par exemple, les élèves apprennent les codes du clic et travaillent avec des bandes lumineuses sur écran » explique Nicolas Simon.

Dans la théorie, le tempo ainsi donné permet à l’orchestre d’être synchronisé avec l’image. Mais la réalité est parfois plus compliquée à gérer. Nicolas Simon a dû composer avec ces nouvelles techniques. « Ma première expérience de ciné-concert c’était il y a 5 ans avec le film "Pirates des Caraïbes". L’inertie de l’orchestre faisait que je n’arrivais pas à le caler parfaitement à l’image ».

L’orchestre n’est pas figé, mécanique contrairement aux nouveaux outils qui le sont. « Lorsque j’ai participé au ciné-concert du film "La La Land", j’avais une oreillette tout comme le batteur et les bassistes. A un moment, l’orchestre s’est retrouvé en contretemps alors que le batteur, lui, était toujours dans les temps ».

Les ciné-concerts s'accompagnent de nouvelles perspectives d'emploi

Certains orchestres sont spécialisés dans les ciné-concerts comme le London Symphony Orchestra ou encore le Yellow Socks Orchestra. « Pour la plupart, il s’agit d’orchestres intermittents qui se montent spécialement pour les ciné-concerts » explique Emmanuel Hondré.

Les ciné-concerts offrent des opportunités professionnelles dans tous les corps de métiers : instrumentistes (personnes qui jouent d'un instrument), chefs d’orchestre mais aussi pour les techniciens son et lumière, les producteurs… « Pour le ciné-concert du "Seigneur des anneaux", l’orchestre était en tournée dans plusieurs villes en France avec 500 personnes » explique Nicolas Simon. Même si le phénomène n’était au départ que parisien, aujourd’hui, de nombreux orchestres intermittents font des tournées partout en France.

Dans ces orchestres, pas de profils types. Les jeunes instrumentistes, tout juste sortis du conservatoire, côtoient des artistes plus confirmés. « Les ciné-concerts offrent une expérience très importante aux instrumentistes et notamment aux plus jeunes qui travaillent, apprennent et s'améliorent au côté d'instrumentistes expérimentés » confirme Nicolas Simon.

Marine Ilario © CIDJ
Article mis à jour le 25-02-2020 / créé le 25-02-2020