http://www.cidj.com/

Juriste d’entreprise

Synonymes : juriste d’affaires, chargé des affaires juridiques, juriste

  • Droit
Le ou la juriste d’entreprise, généraliste ou spécialisé·e, conseille et assiste une entreprise dans ses activités. Il·elle veille aussi à la bonne application de la réglementation dans son domaine de spécialité.

Description métier

Chargé de défendre les intérêts de son employeur, le juriste d’entreprise prévient les risques, veille à l’application des lois et réglementation. De plus en plus, il est associé aux processus décisionnels de son entreprise.

En effet, fini le temps où le juriste d’entreprise était cantonné aux seuls règlements des contentieux et n’apparaissait que comme un simple technicien du droit. Désormais, face à la complexité et l’internationalisation du droit, à la multiplication des réglementations, à la mondialisation des échanges, le juriste d’entreprise s’impose comme un professionnel incontournable notamment dans le domaine de la gestion des contrats (rédaction et suivi des contrats, élaboration de contrats type, gestion des contentieux…). 

Le juriste d’entreprise apporte assistance et conseil grâce une veille juridique permanente. Il alerte, rédige des notes et rapports et propose des solutions concrètes et précises en adéquation avec les objectifs de l’entreprise.

Dans les entreprises de petite taille, le juriste d’entreprise est le plus souvent généraliste (droit du travail, droit des marques, droit économique, droit des sociétés). En cas de problèmes complexes, il peut se faire aider par des conseils extérieurs (avocats conseil, fiscaliste…). Néanmoins, certaines PME peuvent faire le choix à contrario de recruter des juristes spécialisés dans leur domaine d’activité. Toutes les options sont possibles.

Dans les groupes et les grandes entreprises, le juriste d’entreprise est en revanche la plupart du temps spécialisé dans un domaine particulier : droit de la propriété intellectuelle, droit des transports, droit de la consommation, droit communautaire, droit bancaire, droit des assurances, droit fiscal, droit immobilier, droit de la construction, droit de l’énergie, droit financier, droit de la concurrence, droit des sociétés, droit sur la protection des données… 

Le juriste d’entreprise travaille en étroite relation avec les services financiers et commerciaux à qui il apporte expertise et appui.

Dans les structures importantes, le juriste d’entreprise exerce sous la direction d’un responsable juridique ou d’un directeur juridique
 

Études / Formation pour devenir Juriste d’entreprise

Pour être juriste d’entreprise, il faut disposer d’un excellent bagage juridique (bac + 5). 
Un double cursus, une spécialisation en droit, une formation complémentaire en comptabilité ou en gestion (DJCE) ou le CAPA (certificat d’aptitude à la profession d’avocat) sont souvent considérés comme des plus par les recruteurs.
Exemples de formations : 

Bac + 5

  • Master en droit (droit des affaires…)
  • Master professionnel en droit des affaires
  • M2/MBA droit des affaires et management gestion (Panthéon Assas Sorbonne universités)
  • Diplôme d’école de commerce 
  • Diplôme de sciences politiques
  • Diplôme de juriste conseil d’entreprise

Bac + 6

  • MS (mastère spécialisé) juriste manager international

Salaires

Les salaires sont extrêmement variables selon la taille de la structure, le secteur, la spécialité et l’expérience. 
Entre 2000 € et 3 000 € pour un juriste d’entreprise junior

Evolutions de carrière

Le juriste d’entreprise peut évoluer vers des missions de plus en plus complexes ou choisir de se spécialiser. Possibilité de briguer aussi à terme à des postes de responsable juridique, de directeur juridique, de secrétaire général, de DRH (s’il est spécialisé en droit du travail notamment).
Sous réserve d’obtenir le CAPA (certificat d’aptitude à la profession d’avocat), le juriste d’entreprise peut aussi faire le choix de plaider.


Crédit photo : Fotolia