http://www.cidj.com/

Chargé / Chargée de programmation

  • Numérique - Multimédia - Audiovisuel
Le ou la chargé / chargée de programmation travaille pour une chaîne de télé. Avec la direction de la production, il/elle fait l’inventaire des programmes que la chaîne a en stock et élabore des grilles de diffusion. Il/elle propose aussi achats et créations de productions.

Description métier

Rattaché(e) à la direction des programmes d’une chaîne de télé, le chargé de programmation / la chargée de programmation a un degré d’autonomie, de décision et de responsabilité qui varie en fonction de l’importance de la chaîne. Dans tous les cas, il travaille très en amont de la diffusion.

Dans une grande structure, il fait des propositions de programmation aux administrateurs de production après avoir analysé le stock d’inédits et de rediffusions disponibles.

Il dresse le bilan des fictions (téléfilms, séries…) qui passeront en “prime time” et des inédits ou rediffusions utilisables en dehors des heures de large audience (après-midi et fins de soirée).

Le chargé de programmation bâtit des projets de grilles par genre d’émission (cinéma, fiction, jeux…), en tenant compte de ce que proposent les chaînes concurrentes aux mêmes créneaux horaires.

Il procède aussi à des simulations de programmes exceptionnels, notamment pour les jours fériés et les périodes de fêtes. Il fournit ses éléments de décision (tableaux, synthèses…) aux administrateurs de production, y compris pour l’achat d’émissions ou de documentaires à des sociétés de production.

Dans une structure plus modeste, le chargé de programmation a davantage d’autonomie et de pouvoir de décision. En tenant compte des objectifs d’audience et de la ligne éditoriale (surtout dans le cas d’une chaîne spécialisée), c’est lui qui fixe le créneau horaire de chaque émission.

Avec toujours un impératif : la meilleure correspondance possible entre le stock d’émissions disponibles et le public visé.

Si la chaîne dispose d’un spécialiste (sport, jeunesse, fiction, spectacle vivant…), le chargé de programmation travaille avec lui à l’élaboration de contenus nouveaux. Dans ce cas, il intervient directement dans les projets de coproduction : validation, casting, résumés (pitchs), montage, ambiance sonore…

Pour exercer ce métier, le respect absolu de la confidentialité et une excellente capacité à travailler en équipe sont indispensables.

Études / Formation pour devenir Chargé / Chargée de programmation

Les formations de base pour exercer ce métier vont de bac + 3 à + 5.

Le BTS métiers de l’audiovisuel est donc insuffisant, mais il permet la poursuite d’études en école spécialisée en gestion de médias et de production. Exemples :

- La Fémis (Ensmis),
- Ensad (Arts décoratifs),
- Esra (École supérieure de réalisation audiovisuelle),
- Esec (École supérieure d’études cinématographiques),
- ISCPA Paris...
 

Le BTS métiers de l’audiovisuel permet aussi de préparer un master professionnel à l’université. Exemples :

- cinéma, TV, nouveaux médias (Paris 1),
- didactique de l’image, production d’outils, art de la transmission (Paris 3),
- image et multimédia (Toulouse 3),
- image, son, multimédia (Bordeaux 3),
- création pour le film, la vidéo et le multimédia (Aix-Marseille 1),
- production audiovisuelle et multimédia (Lyon 3).

Les diplômes d'écoles de commerce ou d'ingénieurs sont aussi intéressants.

Par ailleurs, une expérience en développement ou des stages effectués dans une boîte de production sont quasi indispensables pour devenir chargé de programmation.

Salaires

Entre 2 300 € et 2 500 € brut par mois pour un chargé de programmation débutant.

Ces chiffres indicatifs varient beaucoup d’une chaîne à l’autre.

Evolutions de carrière

Avec la multiplication des chaînes de télévision, les évolutions de carrière sont fréquentes dans ce secteur où les frontières entre les métiers ne sont pas étanches. Par exemple, un chargé de programmation peut passer d’une chaîne hyperspécialisée ou thématique à une chaîne généraliste, ou l’inverse.

Certains se lancent dans la production, voire la réalisation.


Crédit photo : Gilles Parnalland - Fotolia