https://www.cidj.com/

Administratrice / Administrateur judiciaire

  • Droit - Justice
L’administrateur ou l'administratrice judiciaire intervient lorsqu’une entreprise rencontre des difficultés. Il ou elle établit un diagnostic et préserve les droits de l'entreprise. Il étudie des solutions de continuation ou de cession de l'entreprise.

Description métier

L'administrateur judiciaire est un mandataire de justice. Ce n'est ni un fonctionnaire, ni un agent de l'État, mais un professionnel indépendant exerçant soit individuellement soit en société. Il est contrôlé en permanence par les tribunaux qui le désignent et le ministère public.

Lorsque les entreprises sont en difficulté ou en situation de crise, l'administrateur judiciaire établit une analyse fine de la situation de l'entreprise, de son activité et de son mode de fonctionnement. Il peut intervenir à différents stades de ses difficultés. 

Il peut intervenir en qualité de conseil en amont des procédures judiciaires. Dans ce cadre ses missions peuvent être très diverses : suivi et surveillance des opérations de gestion, contrôle de la trésorerie, assistance au chef d'entreprise, assistance aux relations avec les tiers (fournisseurs impayés, salariés) mesures de restructuration de l'activité et de réduction des coûts, recherche de solutions de redressement, prise en charge de l'administration totale de l'entreprise.

Dans les procédures amiables de prévention, il aide le dirigeant à renégocier sa dette, à trouver de l'argent ou de nouveaux partenaires.

Dans le cadre des procédures judiciaires, il est mandaté par le tribunal pour assister le dirigeant à construire un plan de sauvegarde ou de redressement ou un plan de cession. 

L’administrateur judiciaire est généralement rattaché à un Tribunal de commerce mais sa compétence est nationale. Il peut intervenir ainsi partout en France pour traiter une procédure de redressement judiciaire, de sauvegarder ou un mandat ad hoc et être amené à se déplacer fréquemment.  

L'administrateur judiciaire engageant sa responsabilité civile et pénale, il est tenu de souscrire une assurance spécifique à la caisse nationale de garantie des AJMJ. 

Métier voisin : mandataire judiciaire (ou liquidateur). Il apparaît en temps de crise, lorsque toutes les solutions pour sauver l’entreprise ont échoué. Il est désigné par le tribunal pour procéder à la liquidation et vendre aux meilleures conditions le patrimoine de l’entreprise afin de rembourser au mieux les créanciers.

Études / Formation pour devenir Administratrice / Administrateur judiciaire

Conditions d’accès à la profession :

  • avoir un diplôme de niveau bac + 4 minimum (M1) en droit, sciences économiques ou gestion, ou un DESCG (diplôme d’études supérieures comptables et de gestion), ou encore un DEC (diplôme d’expertise comptable) ;
  • réussir l’examen d’accès au stage professionnel (cet examen peut être présenté 3 fois maximum) ;
  • accomplir un stage professionnel (3 ans minimum, 6 ans maximum) obligatoirement rémunéré, en étude auprès d’un maître de stage exerçant la profession ;
  • après le stage, réussir l’examen professionnel d’aptitude aux fonctions d’administrateur judiciaire ou de mandataire judiciaire (cet examen ne peut être présenté que 2 fois). Une dizaine de candidats sont reçus chaque année. 

Salaires

L’administrateur est rémunéré par l'entreprise en redressement judiciaire sur la base d'un barème réglementaire. Seules les interventions de conseil font l'objet d'une rémunération libre. 

Evolutions de carrière

L’administrateur judiciaire peut, après plusieurs années, ouvrir son propre cabinet.


Crédit photo : Gina Sanders - Fotolia