Langues vivantes : rencontrez des étrangers pour parler

  • Langues étrangères
Langues vivantes : rencontrez des étrangers pour parler

Une langue étrangère ne se parle pas seul ! Elle se parle avec des "natifs", c’est-à-dire des personnes dont l’anglais, l’allemand ou l’espagnol est la langue maternelle, ou encore avec des francophones qui, comme vous, apprennent une langue étrangère et veulent progresser à l’oral.

Comment trouver des natifs ou des étudiants qui apprennent la même langue étrangère que vous ? Où les rencontrer ? Comment oser leur parler ? Nos experts du British Council et du Goethe-Institut vous donnent quelques pistes.

Parlez avec des étudiants étrangers

Pour progresser en langues, l’idéal est de parler avec des étudiants étrangers. "Un étranger n’est pas un prof, il n’est pas là pour juger de la qualité ou de la précision de votre anglais, fait remarquer Andrew Burlton, responsable du département d’anglais au British Council. Même si vous faites des fautes, il pourra vous comprendre et appréciera vos efforts."

"Vous pouvez faire un échange avec un étudiant anglophone qui veut progresser en français, suggère M. Burlton. Une heure de conversation en français pour une heure de conversation en anglais : ça aide à prendre de l’assurance à loral."

"Travailler en binôme avec un natif, hors cadre scolaire, est très bénéfique, considère également Stefanie Settele, professeur d’allemand. À Paris, le Goethe-Institut organise des speak dating, où vous pouvez rencontrer un binôme pour parler allemand. L’association franco-allemande AFASP organise aussi pour les étudiants des stammtisch ("tables d’habitués" où l'on parle allemand)."

Sites à consulter pour trouver des binômes étrangers : Franglish (français-anglais) et Polyglot (toutes les langues).

N’ayez pas peur, lancez-vous !

"À l’oral, le blocage vient souvent de la peur de se tromper, de l’impression qu’on est nul, de la honte de passer pour un idiot en faisant une erreur, constate Andrew Burlton. Et il est vrai qu’on a beaucoup moins d’assurance dans une langue étrangère : on se sent très vite limité et handicapé, mais il faut dépasser cette sensation désagréable."

D'après Stefanie Settele, "les fautes sont nécessaires pour apprendre, vous ne devez pas avoir peur d’en faire ! On fait tous des fautes, même dans sa langue maternelle, et ce n’est pas grave."

CIDJ © CIDJ - 21/05/2018