Entreprises de l'ESS : lever des fonds chez INCO

  • Financement
  • Conseils pour créer son entreprise
  • ESS
Un homme discute devant un ordinateur. Une femme est en arrière plan.

À travers 4 fonds d’investissement, INCO finance les entreprises socialement responsables, éthiques, solidaires, respectueuses de l’environnement et de leurs salariés. Parmi elles la « fabrique numérique » Simplon, le fournisseur d’énergie verte Enercoop, la marque Ethiquable, la boutique en ligne Label Emmaüs…
Comment réussir sa levée de fonds chez INCO ? Comment sont étudiés les projets ? Les réponses de Nicolas Hazard, Président fondateur d'INCO. 

Acteur de premier plan de la finance responsable, INCO investit dans des entreprises et des startups à fort impact social et environnemental.  Ses secteurs de prédilection sont l’énergie et la transition écologique, l’économie digitale et l’éducation, le développement local et l’emploi, la santé et l’accès aux services.
Comment lever des fonds auprès d’INCO ? Comment convaincre ? Quels sont les pièges à éviter ? Les conseils de Nicolas Hazard, président fondateur de la société.

Nicolas Hazard

Quels types de projets financez-vous ?

"Nous apportons notre soutien aux structures ayant déjà réalisé leur preuve de concept et présentant un modèle économique pérenne sur le long-terme, avec une perspective de croissance suffisante pour assurer des résultats économiques et sociaux. L’impact social et environnemental est un critère déterminant dans notre investissement.

Comment évaluez-vous les projets ?

Une fois l’intérêt réciproque validé, nous rentrons dans une phase d’échanges plus approfondis avec l’entrepreneur (appelées « due diligence »). C’est un passage clé de la levée de fonds, qui consiste à mieux comprendre le modèle économique de l’entreprise, ses enjeux de développement et nos possibilités d’accompagnement sur le long-terme.

Un point crucial réside pour nous dans l’évaluation de l’impact social et environnemental de l’entreprise, au cœur de nos enjeux en tant qu’investisseur à impact. Nous utilisons pour cela une méthodologie spécifique et éprouvée depuis plusieurs années, INCO Ratings, composée de 600 critères d’analyse. Cette étape de due diligence, comprise entre 1 et 3 mois, permet de bien appréhender le projet de développement l’entreprise.

Ce projet est ensuite soumis à l’avis de nos investisseurs lors d’un comité d’investissement.

Enfin, une fois le dossier d’investissement validé, la dernière étape consiste en la rédaction de la documentation juridique nécessaire. Elle est un point essentiel pour les entrepreneurs et les investisseurs afin de s’accorder sur les conditions de l’entrée en capital. 

Quelles sont les erreurs à éviter ?

Anticiper

Une levée de fonds représente un enjeu important pour les entrepreneurs et doit se préparer à l’avance. Les entrepreneurs doivent avoir un maximum d’éléments crédibilisant le projet à montrer aux investisseurs (preuve du concept et étude de marché). Lors des premières rencontres avec les investisseurs, il est important de bien montrer ses ambitions tout en restant réaliste.

La levée de fonds est un processus chronophage et sur la durée, il est nécessaire pour l’entrepreneur de s’y prendre en amont, en prenant contact avec les investisseurs en avance pour mieux les connaitre et en s’organisant d’un point de vue opérationnel.

Être réaliste

Il est également important de bien calibrer sa levée et de rechercher un montant correspondant aux réels besoins de l’entreprise. INCO accompagne les entreprises dans leur réflexion lors d’échanges approfondies pour s’assurer d’un équilibre entre les ambitions souhaitées par les entrepreneurs et la réalité opérationnelle de leur développement.

Se faire accompagner

Le plus important, c’est aussi de bien choisir son investisseur, qui pourra accompagner l’entreprise sur ces différents enjeux et mobiliser son réseau. Chez INCO, nous proposons aux entrepreneurs un accompagnement sur mesure par nos équipes, à la fois sur la stratégie de leurs projets et la mesure de l’impact social, mais aussi sur des sujets spécifiques pour lesquels nous mobilisons des experts et mentors de notre réseau.

À partir de quel stade de développement du projet vous engagez-vous ?

INCO investit en capital dans des entreprises européennes et les accompagne tout au long de leur croissance, de l’amorçage jusqu’au changement d’échelle, afin de maximiser leur impact social. Que ce soit la start-up en création jusqu’à la PME, nous développons des outils adaptés pour financer ces entreprises à impact.

Quel type de projets soutenez-vous ou avez-vous soutenu ?

Nous avons des fonds qui interviennent dans des entreprises à fort potentiel dans tous les secteurs d’activités. Nos entreprises reflètent donc une pluralité de problématiques sociales et environnementales !

Nous avons ainsi financé des entreprises de grande taille comme Ethiquable (entreprise qui produit et commercialise des produits alimentaires biologiques et issus du commerce équitable dans le monde entier, comme du chocolat, du café, des céréales, etc.), Le Relais (coopérative leader dans la valorisation des textiles en France, qui emploie plus de 700 personnes en insertion chaque année) ou encore Enercoop (fournisseur d’électricité 100% verte).

Nous avons des startups à fort potentiel comme Phénix, qui travaille à la revalorisation et à la réduction des déchets afin de lutter contre le gaspillage et de préserver l’environnement, ou encore Simplon, une entreprise qui forme les personnes éloignées de l’emploi aux métiers du numérique de demain. 
Les montants investis varient entre 100 000 euros et 5 millions d’euros selon les besoins des levées de fonds.

Pourquoi soutenez-vous les entreprises ayant une portée sociale et/ou environnementale ?

Face aux pressions sur les ressources naturelles et aux inégalités grandissantes, nous pensons qu'il est impératif de construire une nouvelle économie, inclusive et durable. Le monde de demain passe par la création et le développement d'entreprises qui répondent à nos grandes problématiques sociales et environnementales.

À travers nos activités dans 22 pays, nous constatons tous les jours l'énorme potentiel de croissance de ces start-ups et PME qui fait la pertinence de leur business model. Notre but est de les accompagner à tous les stades de développement. Nous sommes persuadés que les licornes (start-ups prometteuses NDLR) de demain sont des entreprises à fort impact environnemental et durable."

Isabelle Fagotat © CIDJ
Article créé le 21-03-2018 / mis à jour le 16/05/2018