• Vos droits

Des problèmes avec la drogue ? Parlez-en !

  • Drogue
  • Infractions
Des problèmes avec la drogue ? Parlez-en !

Vous avez des questions sur la drogue ? Votre rapport aux drogues vous inquiète ? Ne restez pas seul avec vos interrogations. Il existe des structures d’aide et d’écoute que vous pouvez solliciter en tout anonymat.

Il suffit de décrocher votre téléphone pour être mis en relation, en toute confidentialité et anonymement, avec un conseiller qui répondra à toutes vos questions au sujet de la drogue. Pour un soutien plus approfondi, il existe des consultations d’accueil des jeunes consommateurs de drogues et des structures spécialisées pour la prise en charge des toxicomanes.

À votre écoute

Trouver une réponse, c’est parfois simple comme un coup de fil ! Pour toutes vos interrogations, doutes ou inquiétudes face à la drogue, n’hésitez pas à appeler un “écoutant” spécialisé.

Drogues Info Service : 0 800 23 13 13
de 8h à 2h, 7 jours sur 7. Votre appel est totalement anonyme et gratuit.

Quelque soit votre problème de drogue et votre degré d'addiction, n’hésitez pas à les appeler :

  • Des professionnels formés aux problèmes d’usage et de dépendance aux drogues
  • Une écoute sans jugement et confidentielle
  • Des renseignements clairs et précis pour une aide personnalisée 
  • Des orientations adaptées à votre situation

Écoute Cannabis : 0 980 980 940
(prix d’un appel local)

Ces deux lignes téléphoniques vous proposent 7j/7, de 8h à 2h du matin, de façon confidentielle et anonyme :

  • une aide et un soutien adaptés à vos besoins ;
  • des informations précises sur les effets, les risques, la loi, les lieux d’accueil ;
  • des conseils de prévention ;
  • une orientation vers des professionnels compétents.

Consultations pour jeunes consommateurs (addiction alcool, problème de drogue...)

Si vous désirez rencontrer quelqu’un, vous pouvez vous tourner vers des consultations, gratuites et anonymes, destinées aux jeunes consommateurs de substances psychoactives (cannabis, alcool, drogues de synthèse, cocaïne, polyconsommation).

Ces consultations sont rattachées à des structures médico-sociales appelées CSAPA (centres de soins, d’accompagnement et de prévention en addictologie) et sont composées de professionnels formés aux spécificités de l’approche des jeunes, qui peuvent :

  • effectuer un bilan des consommations ;
  • apporter une information et un conseil personnalisés aux consommateurs et à leurs familles ;
  • aider, si possible en quelques consultations, à arrêter la consommation ;
  • proposer, quand la situation le justifie, une prise en charge à long terme ;
  • orienter vers d’autres services spécialisés si nécessaire.

Les centres de prévention en addictologie

Les CSAPA ont pour missions l’accueil, l’écoute, l’évaluation médicale, psychologique et sociale du patient afin de proposer la prise en charge et l’accompagnement les plus adaptés à ses besoins.

Toute personne accueillie dans un CSAPA bénéficie d’une proposition d’organisation de prise en charge ou d’une orientation vers une structure plus adaptée à ses besoins : psychiatrie, hôpital, autre dispositif médico-social…

On distingue deux types de CSAPA :

  • les centres de soins sans hébergement ;
  • les centres thérapeutiques résidentiels ou “post-cure” (hébergements collectifs de moyen séjour, adaptés à des personnes dépendantes à une ou plusieurs substances psychoactives qui nécessitent, pour un temps donné, un suivi médico-social intensif dans un environnement protecteur).

Bon à savoir. Il existe dans certains hôpitaux des consultations d’addictologie sans hébergement qui regroupent notamment les consultations de tabacologie, d’alcoologie, de toxicomanie… En complément de la consultation, il peut être proposé un suivi en hôpital de jour, des hospitalisations complètes pour sevrage simple (séjour de 7 jours environ) ou complexe (séjour prolongé).

Problème de drogue ou addiction avec l'alcool : en un clic, trouvez de l’aide près de chez vous !
- Consultations pour jeunes consommateurs
- Structures spécialisées dans la prise en charge de la toxicomanie
 

Anaïs Coignac © CIDJ
Article mis à jour le 30/08/2019 / créé le 08-01-2013