https://www.cidj.com/

Moniteur / Monitrice d'auto-école

  • Enseignement - Formation - Insertion
  • Transport - Logistique
Le moniteur ou la monitrice d’auto-école assure la formation théorique et pratique des conducteurs des différentes catégories de véhicules : cyclo, moto, auto, poids lourd. Il ou elle prépare ses élèves au permis de conduire et fait d'eux des conducteurs responsables.

Description métier

Le moniteur ou la monitrice d’auto-école dispense des cours théoriques et pratiques, individuels et collectifs. Son rôle éducatif est très important.

Grâce à lui, le futur conducteur acquiert à la fois des connaissances et des compétences qui lui permettront de circuler sans mettre en danger sa vie ni celle d'autrui. Le moniteur respecte pour cela un programme organisé en plusieurs étapes.

En pratique, le moniteur d'auto-école donne ses cours dans un véhicule équipé de doubles commandes (sauf pour les deux-roues). Il travaille la plupart du temps en situation réelle, c'est-à-dire au milieu de la circulation.

Il apprend à ses élèves à acquérir les bons réflexes, la maîtrise de soi et la maîtrise du véhicule. Prudence, vigilance et sécurité sont ses maîtres mots.

L'enseignement théorique du code de la route fait l’objet de leçons collectives et audiovisuelles au siège de l'auto-école. Cet enseignement est centré sur l’apprentissage des règles de conduite et des panneaux de signalisation. Il aborde aussi la responsabilité des conducteurs et le respect de la sécurité routière.

La majorité des cours a lieu le soir en semaine ou le samedi. Outre des horaires irréguliers et chargés (de 9 à 10h par jour), les embouteillages rendent les conditions de travail assez difficiles.

Comme tout enseignant, le moniteur d'auto-école doit faire preuve d’une grande patience et savoir mettre ses élèves en confiance. Une bonne résistance physique et nerveuse est donc nécessaire.

Études / Formation pour devenir Moniteur / Monitrice d'auto-école

La profession d'enseignant de la conduite et de la sécurité routière est une activité réglementée. Pour devenir moniteur d'auto-école, il faut détenir obligatoirement  le TP ECSR : titre professionnel d'enseignant de la conduite et de la sécurité routière (diplôme qui remplace le Bepecaser depuis 2016). 

Le TP ECSR ne nécessite aucun niveau de diplôme. C'est un titre professionnel homologué de niveau bac + 2 (coût de la formation : entre 8 000 à 10 000 € en fonction du mode de financement choisi). 
Pour accéder à la formation, il faut remplir les conditions suivantes : 

  • être âgé de 20 ans
  • être titulaire du permis B 
  • être apte à la visite médicale préfectorale
  • avoir un casier judiciaire vierge

La formation s'organise autour de 2 certificats de compétences professionnelles (CCP) :

  • CCP  1 : apprentissage de la formation à la conduite
  • CCP 2 : sensibilisation des usagers à la sécurité routière

Pour obtenir ce titre professionnel, le candidat doit réussir l'examen de ces 2 CCP après 910 heures de cours dans un centre de formation agrée et 280 heures de stage au sein d'une auto-école. Il est possible de commencer par l'un ou par l'autre des CCP. En attendant de passer le CCP manquant, le candidat pourra travailler sous couvert de l'A.T.R.E. (Autorisation Temporaire Restrictive d'Exercer).

Ce titre n'est donc pas accessible en candidat libre. Le coût de ces formations est très variable mais possibilité d'obtenir un financement partiel ou total selon sa situation (demandeur d'emploi, salarié...). 

Les épreuves (très pratiques) comportent une mise en situation professionnelle, un entretien technique avec contrôle des connaissances et un entretien final. 

Le TP ECSR est complété par 2 certificats complémentaires de spécialisation : 2 roues et poids lourds. 

L'autorisation d'enseigner la conduite doit être renouvelée tous les 5 ans (visite médicale obligatoire). 

 

Salaires

Environ 1 878 € brut par mois pour un moniteur d'auto-école débutant.

Evolutions de carrière

Après 2 ans d’expérience (ou 3 800h), un moniteur d'auto-école peut s'installer comme exploitant d'auto-école (un agrément préfectoral est exigé).

Pour devenir formateur d'enseignants de la conduite ou animer des stages destinés aux conducteurs responsables d’infractions qui doivent récupérer des points sur leur permis, il faut préparer le titre de formateur aux métiers de l'éducation et de la sécurité routière (FMSER). 

Il peut enfin se présenter au concours de recrutement d'inspecteur du permis de conduire (concours de catégorie B)


Crédit photo : Jackin - Fotolia