• actualité

Tabac : Et si vous tentiez d'arrêter de fumer en novembre ?

  • Se faire aider
  • Dépendances
cigarettes dans un cendrier à l'occasion du Mois sans tabac

Pour la 4eme année, l’opération du "Mois sans tabac", organisée par le ministère de la Santé avec Santé publique France et l'Assurance maladie propose aux fumeurs et fumeuses d’arrêter de fumer pendant le mois de novembre. Ce défi collectif peut même être un premier pas vers un arrêt total de la cigarette selon Olivier Smadja, tabacologue à Santé publique France.

C’est quoi la dépendance au tabac ?

Olivier Smadja, tabacologue à Santé publique France : "On est dépendant d’une substance à partir du moment où on ne peut plus s’en passer. Il y a plusieurs types de dépendance vis-à-vis de la cigarette. Il y a la dépendance physique, due à la nicotine, mais on parle aussi de dépendance psychologique et comportementale. Certains vont plus volontiers fumer quand ils ont besoin de se concentrer, pour d’autres ce sera dans un contexte de fête ou s’ils sont de mauvaise humeur. La dépendance au tabac peut s’installer rapidement, dès les premières cigarettes, c’est pourquoi on essaie de retarder au maximum l’âge des premières cigarettes. Plus on commence jeune, plus le risque de dépendance est élevé."

De moins en moins de fumeurs
Les collégiens et lycéens fumeraient moins de cigarettes que les générations précédentes selon une enquête de l’Observatoire français des drogues et toximanies (OFDT). Même constat sur l’ensemble de la population : le tabagisme a continué à reculer ces dernières années, tandis que les mesures antitabac se sont multipliées (remboursement des substituts nicotiques, augmentation régulière des prix, mise en place du paquet neutre, lancement de l’opération Mois sans tabac…).

Pourquoi arrêter de fumer pendant un mois?

Olivier Smadja : "Arrêter de fumer n’est pas une décision facile à prendre, c’est un changement de vie très important. C’est pourquoi l'opération du "Mois sans tabac" propose d'arrêter collectivement. Ce défi dure un mois parce qu’on estime qu’après trente jours d’arrêt, le plus difficile est passé et que l’essentiel des signes de manque ont disparu. Et puis, arrêter de fumer pendant quatre semaines, c’est déjà un premier pas vers un arrêt total. En arrêtant pendant 30 jours, on multiplie par cinq les chances d’arrêter définitivement."

Comment se préparer à arrêter de fumer ?

Olivier Smadja : "Le mois sans tabac s’adresse à tous les fumeurs et fumeuses mais aussi à leur entourage. Quand on arrête de fumer, le soutien de ses proches est très important. Pour éviter les tentations, on prévient ses amis. On conseille aussi de retirer de son environnement tout ce qui peut nous faire penser à la cigarette : briquer, paquets, cendrier…

Par ailleurs, le test de Fagerström permet, en six questions, de mesurer l’intensité de sa dépendance. Selon son degré de dépendance, les conseils ne sont pas les mêmes. Pour ceux et celles qui ne fument pas depuis longtemps, ce sera plus facile d’arrêter. Il faut savoir qu’une envie de fumer ne dure que quelques minutes. Pour y faire face, je conseille de changer d’activité, de manger un fruit, boire un verre d’eau…

Quant aux plus dépendants, ils peuvent se faire accompagner par un professionnel de santé avec éventuellement un traitement de substitution (patch, chewing-gum…). Ces substituts nicotiniques sont vendus en pharmacie, sans ordonnance, et ils sont remboursés par la sécurité sociale s’ils sont prescrits par un professionnel de santé, un médecin, une sage-femme, un kiné, un infirmier…"

Mois sans tabac : près de 130 000 personnes se sont inscrites au défi
Pour participer au mois sans tabac vous pouvez vous inscrire sur le site mis en place par tabac info service. Plus de 127 000 personnes se sont déjà inscrites au défi.



 

CIDJ © CIDJ
Actu mise à jour le 05/11/2019 / créée le 28-10-2019

Crédit photo : Julia Engel/ Unsplash