• actualité

L’OMS reconnaît l’addiction aux jeux vidéo

  • Jeux vidéos
  • Dépendances
L’OMS reconnaît l’addiction aux jeux vidéo

C’est officiel ! L’addiction aux jeux vidéo vient d’être reconnue comme maladie par l’Organisation mondiale de la santé

Malgré les protestations des grands éditeurs de jeux vidéo, l’OMS a reconnu dans sa nouvelle classification mondiale des maladies, le "gaming disorder", comprenez, le trouble lié aux jeux vidéo. En d’autres termes, l’addiction aux jeux vidéo devient officiellement une maladie reconnue par l’OMS.

Qu’est-ce que le trouble lié aux jeux vidéo ?

Dans sa classification mondiale, l’OMS donne une définition assez précise de ce qu’elle appelle le "gaming disorder". Il s’agit d’un trouble lié au jeu et caractérisé par un comportement addictif, qu’il s’agisse de jeux numériques ou de jeux vidéo, en ligne ou hors ligne. Ce trouble doit être lié à une perte de contrôle. C’est-à-dire que les personnes qui en souffrent doivent faire passer le jeu avant les actions vitales de la vie quotidienne (se nourrir, se laver, sortir, …). Pour qu’il y ait addiction l’OMS précise que la personne doit continuer de jouer même si elle commence à ressentir les effets néfastes d’un tel mode de vie.

Une meilleure prise en charge des patients ?

Avant la reconnaissance de la maladie par l’OMS, l’addiction aux jeux vidéo était déjà une réalité en France et de nombreux services en addictologie accueillent des patients présentant ce trouble. Pour les médecins, cette reconnaissance est tout de même importante parce qu’elle pourrait permettre une meilleure prise en charge des patients en proposant un suivi à la fois uniformisé (avec des procédures médicales à suivre) et individualisé (chaque patient a une pathologie qui lui est propre.

Pour en savoir plus, retrouvez le témoignage de Geneviève Lafaye, addictologue à l’hôpital Paul Brousse (AP-HP) à Villejuif dans notre article « Addiction aux jeux vidéo : la maladie bientôt reconnue par l’OMS ».

Marine Ilario © CIDJ - 20/06/2018

Laisser un commentaire

Crédit photo : Pixabay