• actualité

Crise sanitaire : quelle valeur pour les diplômes obtenus en 2020 ?

  • Bac
  • Diplômes
Crise sanitaire : quelle valeur pour les diplômes obtenus en 2020 ?

Avec la pandémie de Covid-19, les modalités de passage des examens ont été adaptées : passage à distance, contrôle continu… Une situation particulière qui a fait naître des inquiétudes sur la valeur des diplômes obtenus en 2020. Qu'en est-il réellement ? Syndicats lycéens et étudiants réagissent.

« Diplôme en chocolat ». Voilà comment, sur son site, l'UNI (Union nationale inter-universitaire) qualifie le baccalauréat 2020 au sein d'un communiqué de presse daté de juillet. Face à plus de 95% de réussite, le syndicat dénonce des chiffres « gonflés sans vergogne pour palier des cours à distance n’ayant pas été à la hauteur durant le confinement ». Alors que les conditions de passage des examens de fin d’année ont dû être repensées en raison de la crise sanitaire, la valeur des diplômes va-t-elle réellement être revue à la baisse ?

Une vision qui n'est pas celle de l'Unef (Union nationale des étudiants de France). Pour Maajdi Chaarana, vice président du syndicat, « ce n'est pas parce que plus d'étudiants obtiennent leur diplôme que ce dernier n'a plus de valeur. Nous observons que les taux de réussite sont bons et que le phénomène d'échec de masse à cause du confinement a été évité ».

A l'UNL (Union nationale lycéenne), on ne croit pas à une dévaluation du bac en 2020. « Selon nous la valeur du diplôme n’est pas mise à mal par le confinement puisque tous les élèves ont été soumis au même régime du contrôle continu » explique Mathieu Devlaminck, président du syndicat lycéen. « En revanche, nous pensons que c'est la réforme du bac qui crée des inégalités entre les lycéens qui n’ont pas accès aux mêmes enseignements de spécialité selon leur lycée d’origine. Et pour nous, c’est ça qui peut influer sur la valeur du diplôme. Un bac obtenu dans un lycée privé très côté n’aura pas la même valeur qu’un bac obtenu dans un lycée de banlieue ou de province. ».

« Un diplôme ce n'est pas une année, un semestre ou une évaluation »

Une question qui a de quoi inquiéter. Les lycéens se questionnent principalement sur leur poursuite d'études. « Ils se demandent surtout s'ils vont pouvoir accéder à la filière de leur choix » indique Mathieu Devlaminck. Dans son communiqué, l'Uni craint que la dévaluation du bac 2020 entraîne une vague d'échecs en début d'études supérieures.

Pour les étudiants aussi la valeur des diplômes est source d’inquiétude quant à leur insertion professionnelle. Est-ce que les entreprises vont bouder les titulaires d'un diplôme obtenu en 2020 ? Pour Maajdi Chaarana « les recruteurs s'attardent rarement sur l'année d'obtention d'un diplôme. Ce qui est important, ce sont les compétences et l'expérience acquise par les étudiants ».

Selon le vice président, la valeur du diplôme ne doit pas se baser uniquement sur l'évaluation. « Un diplôme ce n'est pas une année, un semestre ou une évaluation. C'est un ensemble d'années. Les étudiants suivent des cours et acquièrent des compétences. Quelles que soient les modalités de passage d'un examen, ce n'est pas ça qui détermine la valeur d'un diplôme ».

Marine Ilario © CIDJ
Actu mise à jour le 22-10-2020 / créée le 22-10-2020

Crédit photo : Neonbrand - Unsplash

Vous pourriez être intéressé(e) par...