Notez !
Aucun vote pour l'instant.

Devenir famille d'accueil, c'est transmettre ses connaissances aux wwoofers

Devenir famille d'accueil, c'est transmettre ses connaissances aux wwoofers
© B.L.

Installé dans le Gard, Bruno s'intéresse beaucoup à l'écologie. Depuis 8 ans, cet agriculteur accueille des wwoofers qui partagent le quotidien de sa famille. En échange du gîte et du couvert, il leur demande de participer à des activités variées pendant environ 4h, 5 jours par semaine. Interview.

Adhérer à l'association Wwoof France permet d'obtenir les coordonnées des 750 hôtes accueillant des wwoofers en France. Bruno et sa famille en font partie. Leur objectif ? Partager avec les personnes qui séjournent chez eux des moments conviviaux et riches en apprentissages, même pour les hôtes.

Dico du wwoofer

Wwoof :
World Wide Opportunities on Organic Farm.
Wwoofing : Vous êtes nourri et logé par des familles vivant à la campagne et plutôt intéressées par l'écologie, en échange de votre participation à différentes tâches 4 à 6h par jour jusqu'à 6 jours par semaine. 
Hôtes
:
ce sont ceux qui vous accueillent (tandis que le wwoofer est celui qui est reçu par la famille).

Comment se passent les journées des wwoofers que vous recevez ?

Nous avons une grande maison avec un dortoir et les gens que nous accueillons sont totalement intégrés à notre vie familiale. Nous mangeons ensemble, nous discutons, ils participent à nos activités quotidiennes, que ce soit avec moi, ma femme ou nos enfants. En été, nous recevons jusqu'à 6 wwoofers qui nous ont fait leur demande 3 à 4 mois plus tôt.

Leur séjour dure au minimum 10 jours et peut se prolonger jusqu'à 6 semaines. Nous demandons une aide de 4h environ 5 jours par semaine, mais ils organisent leur temps comme ils le veulent. C'est plus motivant de ne pas suivre un rythme trop contraignant.

Quels types d'activités peuvent-ils effectuer chez vous ?

C'est très varié. Si la personne est motivée, nous trouverons toujours une activité dans laquelle elle peut s'épanouir, même si elle ne connaît pas du tout le monde rural. J'élève des poulets bio en plein air, donc ils peuvent voir comment ça se passe. Nous avons une association écologique, Alter'Eco 30, et je leur propose de participer à des ateliers sur des thématiques comme l'écoconstruction.

Le but est de leur faire découvrir des techniques qu'ils ignorent : nous avons par exemple isolé notre maison avec de la laine de mouton ! Les wwoofers récoltent aussi nos fruits et légumes.

Pourquoi avez-vous décidé de devenir famille d'accueil ?

Par hasard ! Une femme de notre coopérative de produits bio nous a parlé du wwoofing car elle accueillait régulièrement des gens, et nous avons voulu à notre tour devenir famille d'accueil. Finalement, l'expérience est enrichissante pour tout le monde : les wwoofers et nous. Pour nos trois fils de 2, 6 et 9 ans, ce contact est aussi très stimulant. Grâce à lui, ils apprennent beaucoup sur les autres cultures, les langues étrangères.

Que conseillez-vous aux jeunes qui seraient tentés par le wwoofing ?

Pour passer un bon moment, il faut s'intéresser à la nature, à l'écologie, et faire preuve d'une réelle motivation pour enrichir ses connaissances dans ces domaines. Nous avons parfois reçu des personnes qui n'avaient pas très envie de toucher à la terre ou de travailler à l'extérieur : dans ce cas, il est plus difficile d'apprécier son séjour et de s'intégrer, même si nous essayons de nous adapter aux profils de nos wwoofers.

Si vous voulez tenter l'expérience, faites aussi attention au travail déguisé ! Il peut y avoir des dérives et il est important de poser des questions sur l'organisation des semaines, ou encore sur les conditions d'hébergement, avant de s'engager.

750 hôtes en France
"Nous recensons actuellement 750 hôtes un peu partout en France. Ils sont bien sûr plus nombreux dans certains départements tels que l'Ardèche ou l'Ariège, mais peuvent aussi être installés dans des départements plus citadins. Dans les Hauts-de-Seine (92), par exemple, un hôte initie ceux qu'il accueille à l'agriculture urbaine", explique Cécile, de Wwoof France. 
En adhérant à l'association Wwoof France, vous avez accès aux coordonnées actualisées des hôtes pour 15 à 30 € selon les formules. Attention, vous devez avoir au moins 18 ans pour pouvoir wwoofer en France.

Nathalie et Nicolas sont partis 18 mois au Canada, en Nouvelle-Zélande et au Japon en tant que wwoofers.
Chez leurs hôtes Helen et Rick en Colombie-Britannique, Nathalie et son mari ont aidé à la construction d'une maison.
Pendant deux semaines, ils ont travaillé sur les panneaux de bois du dernier étage.

Virginie Gruenenberger

Besoin de rencontrer un conseiller ?

Infos et conseils prés de chez vous dans tout le réseau Information Jeunesse...

Plus de 1 500 centres d'information Jeunesse vous accueillent à travers toute la France.

 

FAQ
Comment dois-je me présenter aux hôtes chez qui j'aimerais wwoofer?

Le mieux est de personnaliser vos échanges par mail. Présentez-vous de façon détaillée et expliquez les raisons de votre intérêt pour leur annonce. Certains préfèrent même un contact plus direct par téléphone. Dans tous les cas, cela doit vous permettre de vous faire une idée de ce qui vous attend :  posez vos questions avant de vous engager !

Vie pratique
Dois-je m'intéresser à l'écologie pour wwoofer?

Oui. Même si vous n'êtes pas obligé d'être un expert en la matière, puisque l'objectif est d'apprendre. Le wwoofing ne consiste pas seulement à passer des vacances à la ferme : il permet de s'investir dans des activités variées, généralement liées aux problématiques écologiques et environnementales (écoconstruction, permaculture...).

Vie pratique
Dois-je payer pour devenir wwoofer?

Oui. Vous devrez verser une cotisation à l'association Wwoof du pays dans lequel vous voulez faire du wwoofing (environ 15 à 30 €) pour obtenir les coordonnées des hôtes susceptibles de vous recevoir. Tapez "Wwoof" et le nom du pays dans Google pour trouver le site sur lequel faire votre demande.

Vie pratique
Dois-je m'y prendre à l'avance pour programmer mes wwoofs?

C'est mieux, surtout si vous avez des activités spécifiques en tête ou si un hôte vous a été particulièrement recommandé. Si vous êtes plusieurs, les places peuvent être aussi plus difficiles à obtenir chez une même famille. Mais si vous voyagez seul et que vous êtes ouvert à tous types d'activités, vos demandes peuvent être plus tardives.

Vie pratique
Ai-je besoin d'un visa vacances travail pour faire du wwoofing?

A ce jour, non. En effet, le wwoofing n'est pas considéré comme un job puisque vous n'êtes pas payé. Il vous faut cependant adhérer à l'association Wwoof du pays dans lequel vous voulez en faire (15 à 30 €) pour avoir accès aux coordonnées des hôtes locaux.

Vie pratique