• Vos droits

Les points à ne pas négliger avant de signer un prêt étudiant

  • Prêts étudiants
Les points à ne pas négliger avant de signer un prêt étudiant

Même si le prêt étudiant vous permet une certaine flexibilité dans vos remboursement et de faibles taux d'intérêt, il ne doit pas être pris à la légère. Voici les principaux éléments à avoir en tête avant de frapper à la porte de votre banquier.

 

 

Quelques éléments sont à prendre en compte avant de se lancer dans un prêt étduiant.

 

Identifiez vos besoins et votre future capacité d'emprunt

"Le prêt doit correspondre aux besoins que vous avez par rapport à vos études et à votre possibilité de remboursement. Nous essayons d'anticiper les futurs revenus de l'étudiant une fois qu'il sera dans le monde du travail, explique Olivier Thuin, responsable de l'offre jeune à Banque populaire. Par exemple, une élève d'IFSI [Institut de formation en soins infirmiers] ne pourra pas s'engager à rembourser 600 € par mois quand on sait que le salaire débutant d'une infirmière est de 1 300 €."

Un endettement sur plusieurs années

Vous commencerez à rembourser votre prêt lorsque vous aurez terminé vos études. Ce sera peut-être la période où vous aurez de nombreux frais comme la location d'un appartement, l'achat d'une voiture..., et vous n'aurez pas obligatoirement un emploi tout de suite. De nombreux jeunes diplômés passent par une période de chômage avant l'accès au premier emploi.

Olivier Thuin avertit : "Il ne faut pas faire n'importe quoi avec un prêt étudiant. Il ne doit pas être un boulet que vous allez traîner dans votre vie future. N'hésitez pas à vous faire conseiller par votre banquier."

Plus de prêts pour les étudiants de grandes écoles

En théorie, ce type de prêt peut être signé par tous les étudiants jusqu'à 28 ou 30 ans selon les banques. En pratique, les élèves de grandes écoles (type commerce) et de filières réputées obtiennent souvent plus de prêts, et bénéficient de meilleurs taux d'intérêt, et de sommes plus importantes, que ceux des facs. D'ailleurs, certaines grandes écoles, ainsi que des mutuelles, ont conclu des partenariats avec des banques pour que leurs étudiants bénéficient de conditions spécifiques.

Mais tout le monde a quand même ses chances. "A la Caisse d'épargne, nous prêtons à tous les étudiants et aux apprentis au même taux de 1,90 % (jusqu'en octobre), explique Romy Lecoq-Champeau, directrice adjointe marché des particuliers. Nous signons le prêt avec les apprentis majeurs, si l'apprenti est mineur, le prêt est contracté par les parents."

Pensez à la caution

Si vous n'avez pas de revenus suffisants, une caution vous sera demandée par la banque. Les revenus de la personne qui se portera caution seront analysés et compteront dans le taux d'emprunt puisque, si jamais vous ne payez pas votre prêt, c'est elle qui devra le rembourser.

Si vous souhaitez emprunter moins de 15 000 €, vous pouvez vous tourner vers le prêt étudiant garanti par l'Etat (aucune caution n'est demandée). 

CIDJ © CIDJ
Article créé le 04-07-2014 / mis à jour le 21/03/2018