Voyage et handicap : tentez l'aventure !

  • Handicap
Voyage et handicap : tentez l'aventure !

Partir entre potes dans une maison de vacances, faire le tour de la Corse en voiture, barouder au Mexique et pourquoi pas partir en tour du monde ! Difficile à imaginer lorsque l’on est malentendant, malvoyant ou encore en fauteuil roulant. Faux ! Rien n’est impossible. Il suffit d’un peu d’organisation et de bonnes volontés.

"Prévoir, c’est le maître-mot" affirme Isabelle, jeune voyageuse tétraplégique de 28 ans. Train, avion, logement… tout est accessible, pour peu que l’on se soit organisé à l’avance.

Prendre le train, c’est facile !

Le train est sans doute l'un des moyens les plus simples de voyager lorsqu’on est en situation de handicap. La SNCF, a mis en place le service Accès plus. Ce service est gratuit et vous permet d’être aidé dès votre arrivée en gare jusqu'à votre installation dans le train. Il suffit d’appeler 48 heures à l’avance.
Mais attention, vous ne pouvez emporter qu’un seul bagage de 15 kilos maximum et ce service n’est pas accessible dans toutes les gares. Heureusement, il y en a beaucoup !
Si vous avez beaucoup de bagages, vous pouvez demander le service bagage à domicile. Mais cil est payant (35 euros pour le premier bagage, 17 euros pour les suivants).
Cependant, en réservant votre prestation Accès Plus par téléphone ou en gare, vous bénéficiez d’une réduction de 25% sur le 2eme bagage et les suivants.

Sachez que si vous possédez la carte d'invalidité avec la mention "tierce-personne", votre accompagnateur voyagera gratuitement. Il  bénéficiera d’une réduction de 50% si votre carte d’invalidité (taux supérieur ou égal à 80 %) est sans mention ou comporte l’une des mentions suivantes : "station debout pénible" et/ou "canne blanche".

Vous pouvez faire la réservation sur Internet.
 

Et si vous partez en avion ?

Les compagnies proposent généralement une assistance aux personnes en situation de handicap y compris les compagnies low cost. Appelez la compagnie  afin qu’elle vous précise bien les conditions de votre prise en charge à l’aéroport. Elle vous fera remplir un formulaire d’information médicale à faire signer par votre médecin. La compagnie a alors 72h pour vous répondre et vous donner son accord pour prendre l’avion. Si vous prenez Air France, vous n’aurez pas à remplir ce formulaire. Tout passe par leur service Saphir.

Quelques compagnies exigent parfois aux personnes à mobilité réduite la présence d’un accompagnateur dans l’avion. Renseignez-vous donc bien car certains en ont fait les frais et n’ont pu prendre leur avion !

Si vous êtes en fauteuil, vous le garderez jusqu'à la salle d’embarquement où l’on vous transportera dans l’avion sur un fauteuil de transfert. Le vôtre ira en soute avec les bagages. Pour éviter qu’il  ne parte à New York si vous allez à Madrid, n’oubliez pas de demander une étiquette au moment de l’enregistrement.  Il ne fait normalement pas partie des bagages et ne peut donner lieu au paiement d'un excédent de poids. Cependant certaines compagnies font payer un excédent de bagage pour les fauteuils à partir de 60 kg.
Pour les non-voyants, un chien guide d'aveugle est autorisé à voyager en cabine avec une muselière.

ADP (Aéroport de Paris) met à votre disposition un guide d'aéroport pour le passager à mobilité réduite. Il existe un Guide pour Orly et un autre pour Roissy CDG. Il n’est malheureusement pas téléchargeable sur Internet. Vous pourrez vous le procurer aux comptoirs "Information" d'ADP, dans les aérogares, ainsi qu'auprès des sociétés d'assistance aux passagers handicapés. Vous pouvez aussi en faire la demande par mail : DCCMP3@adp.fr

Prévoyez votre logement les premières nuits

Une fois sur place, "prévoyez quand même l’hébergement des premières nuits" conseille Nathalie Barbier, accompagnatrice de personnes en situation de handicap depuis 20 ans. Hôtels, gites, locations, auberges de jeunesse, de plus en plus de lieux se disent adaptés aux personnes handicapées. "Mais, pour éviter les mauvaises surprises, mieux vaut appeler avant et poser quelques questions. Les portes sont-elles assez larges ? Y a-t-il un ascenseur ? Y a-t-il des marches (une ou deux suffisent à vous compliquer la vie)  pour accéder au logement, la salle de bain est-elle assez spacieuse ?" , ajoute Nathalie Barbier.

Vérifiez aussi l’accès du logement en transport en commun. Si vous partez en France, appelez les mairies ou  même les compagnies de transport pour obtenir un maximum d’informations sur l’accessibilité dans la ville. "Il existe sur Internet de nombreuses associations qui ont des réseaux de voyageurs handicapés. Vous pourrez échanger avec eux via des forums ou leur page Facebook. C’est un bon moyen d’avoir des informations fiables et des bons plans sur vos lieux de vacance" , explique Nathalie Barbier. Vous pouvez aussi télécharger les appli mobiles très pratiques comme www.jaccede.com/fr/. Elle vous donne les adresses accessibles dans la ville où vous vous trouvez en France et à l'international.

Faites confiance aux bonnes volontés

Voyager dans les pays modernes dotés d’infrastructures adaptés peut être rassurant pour un premier voyage mais l’aventure est accessible dans tous les pays y compris les plus pauvres. "Mon cousin tétraplégique a beaucoup voyagé en routard au Burkina Faso. On aurait pu croire que tout est plus difficile dans ce pays. Mais en réalité, il y a une entraide formidable. Il a été accueilli avec beaucoup de spontanéité et grâce aux rencontres, il a toujours pu aller où il voulait", raconte  Nathalie Barbier.

Alors convaincu ? Il ne vous reste plus qu’à faire votre sac  !

De plus en plus de sites Internet proposent un répertoire des lieux accessibles :

www.jaccede.com/fr/ : un site et une appli mobile disponible sur Iphone et Androïd qui vous donne les adresses accessibles dans la ville où vous vous trouvez : 29 000 lieux référencés en France et à l’international.

Les plages accessibles labellisées Handiplage sont répertoriées sur le site d'handiplage.

Les lieux labellisés Tourisme et handicap

http://pantou.org répertorie les lieux accessibles en Europe.

Valérie François © CIDJ
Article mis à jour le 10/09/2018 / créé le 18-07-2014