• Interview

Quand un volontariat en Europe ouvre de nouveaux horizons

  • Volontariat
  • CES
  • Volontariat à l'étranger
"Le SVE ouvre de nouveaux horizons"

Rita Auskalnyte a 23 ans. Lituanienne, elle a fait son Service volontaire européen au CIDJ, à Paris. Témoignage.

Mise à jour 2019 : le Corps européen de solidarité (CES) remplace désormais le service volontaire européen (SVE). Les modalités restent globalement similaires. Pour en savoir plus, lisez notre article sur le CES.

Pourquoi t’es-tu engagée dans le SVE ?

J’ai obtenu ma licence l’année dernière, et je ne voulais ni continuer mes études, ni travailler tout de suite. J’ai cherché d’autres possibilités, et des amies m’ont parlé du SVE. Entre ma recherche de projet et aujourd’hui, ma motivation et mes attentes ont beaucoup changé. Cette expérience m’apporte beaucoup en termes de savoir-être et de savoir-faire. Elle devrait faire partie du programme universitaire !

Tes études avaient-elles un rapport avec ton SVE ?

Oui, j’ai fait une licence en gestion des activités culturelles, et je participe maintenant à l’organisation et à la préparation des événements qui se déroulent au CIDJ. C’est donc pour moi une vraie expérience professionnelle.

Que fais-tu au CIDJ ?

Mon SVE couvre quatre activités : organisation et participation à des manifestations du CIDJ et d’autres structures Information Jeunesse (IJ) en Ile-de-France ; préparation de documents (par exemple, “Rédiger un CV et une lettre de motivation en anglais pour un projet SVE”) ; ateliers et permanences dans le hall du CIDJ ; participation à des événements dédiés à l’Année du bénévolat et du volontariat. Je participe aussi à un projet vidéo avec six autres volontaires des structures IJ. Nous venons d’Allemagne, de Slovaquie, de Macédoine, du Royaume-Uni et de Lituanie.

Cela demande-t-il des compétences particulières ?

Oui, le montage vidéo, le travail en équipe avec des étrangers qui parlent français ou anglais, la présentation d’un sujet en public en français, tout cela demande des compétences, que j’acquiers grâce à la pratique. Mais je crois que le plus important, c’est d’être motivé !

Que t’apporte ton SVE ?

La vie à l’étranger apporte chaque jour de nouvelles expériences. Je pourrais faire une liste d’une page de toutes les choses que j’ai apprises ici, et que j’apprends encore ! C’est vrai qu’il n’est pas toujours facile de sortir de sa bulle, d’oser changer son quotidien… Mais le SVE ouvre de nouveaux horizons et permet de découvrir des chemins auxquels on ne pensait pas.

Barbara Muntaner © CIDJ
Article mis à jour le 22-01-2019 / créé le 17-11-2011