Etudier au Canada et au Québec

  • Canada
Etudier au Canada et au Québec

Tous les ans, les universités et les collèges communautaires canadiens attirent plus de 130 000 étudiants du monde entier.

Les frais de scolarité et le coût de la vie sont très avantageux. Les étudiants peuvent acquérir de l’expérience en travaillant pendant leurs études, sous certaines conditions. Pays multiculturel, le Canada offre, selon les Nations Unies, une des meilleures qualités de vie au monde.

Etudier au Canada : de la licence au doctorat

Au Canada l’éducation est gérée par les provinces. Les grades universitaires s’échelonnent sur 3 niveaux : le baccalauréat, la maîtrise et le doctorat. Les facs offrent aussi la possibiité d'obtenir un diplôme et un certificat. Leurs sites internet sont les meilleures sources d'information sur les programmes.
Consultez le répertoire officiel des établissements canadiens sur le site de l’AUCC, Association des universités et collèges du Canada.

Au Québec uniquement, après leurs études secondaires, les étudiants passent 2 ans dans un CEGEP pré-universitaire (collège d'enseignement général et professionnel) avant de décrocher un DEC (diplôme d'études collégiales) et de rejoindre l'université, ou 3 ans dans un CEGEP technique (l’équivalent de nos BTS) avant de décrocher un DEC professionnel et d’accéder au marché du travail. Plus d’informations sur le site officiel du Québec rubrique Étudier au Québec.

L'année universitaire canadienne

L’année universitaire se divise en 2 sessions : automne, de début septembre à décembre, et hiver, de janvier à avril. Vous pouvez suivre certains cours pendant la session d’été (mai à août). La plupart des programmes débutent à l’automne. Chaque université a sa propre date limite de demande d’admission. Pour les demandes d’admission à la session de septembre, les dates varient en général du 1er janvier au 1er mars selon l’université, mais il peut y avoir une seconde date en mai. Vérifiez bien sur les sites des universités.

Les avantages des études au Canada et au Québec

Les autorités canadiennes encouragent la mobilité des étudiants français vers le Canada, et l’enseignement supérieur y présente de solides avantages.

Des diplômes et des établissements reconnus à l’international : universités de Toronto, université McGill, HEC Montréal… Certaines disciplines sont réputées mondialement : informatique, télécommunications, médecine (admissions d’étudiants étrangers limitées), agriculture, sciences de l’environnement, transports ou aérospatiale.

Vous obtiendrez l'équivalent d'une licence ou d'un master. Beaucoup de licences et de masters quebeccois sont reconnus en France. "Si un étudiant Français vient faire un baccalauréat (licence) au Québec et  veut poursuivre ses études en France, il intégrera le master." affirme Julie Benoît de l'université de Montréal. Renseignez-vous bien ! Certaines professions comme avocat, expert-comptable, commissaire au compte, agent immobilier, vétérinaire sont réglementés. Vous ne pourrez exercer en France avec un diplôme québéccois.

Des formations linguistiques excellentes : l’enseignement du français et de l’anglais fait partie intégrante de l’éducation de ce pays bilingue. Vous serez étonné de vos progrès !

Une vie étudiante enthousiasmante : des bibliothèques en réseau aux complexes sportifs de qualité olympique, des salles de concert aux galeries d’art, les campus canadiens vous offrent la possibilité de combiner apprentissage et plaisir. Ils abritent aussi une vie associative riche et dynamique.

Une pédagogie à l’anglo-saxonne : "Le système québécois plait aux étudiants français pour plusieurs raisons. Nous avons de faibles effectifs par classe. Les cours en amphi de 500 élèves n'existent pas au Québec ! Il y a une grande interactivité avec les professeurs avec certains cours sous forme de débat,  une forte part des notes se font en contrôle continu..." explique Julie Benoît de l'université de Montréal. Il existe aussi de nombreux services d’aide aux étudiants (orientation, soutien, accueil des étrangers…), parmi lesquels la MICEFA, qui organise des échanges entre l’université de Waterloo et 15 établissements français, et la CREPUQ, Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec, qui associe 216 universités et écoles françaises à 18 universités québécoises.


Pourquoi partir étudier au Canada ?

[jmedia:49507]

CIDJ © CIDJ
Article mis à jour le 21/05/2018 / créé le 15-12-2011