Études de socio, philo, ethno : à quoi vous attendre ?

  • Sciences humaines

Vous êtes chaque année très nombreux à vous asseoir sur les bancs des amphis pour suivre des cours de philosophie, de sociologie ou d'histoire. Mais en quoi consistent réellement les études en sciences humaines et sociales et quels en sont les débouchés ?

Vous vous intéressez au monde qui vous entoure, mais il vous manque des clés pour mieux comprendre et expliquer la société dans laquelle vous vivez ? Les différences culturelles, l'histoire, l'humain vous passionnent ? Les études en sciences humaines et sociales sont peut-être faites pour vous…

Qu'appelle-t-on sciences humaines et sociales ?

Philosophie, psychologie, sociologie, histoire, histoire de l'art, géographie, archéologie, sciences de l'éducation... Ces différentes disciplines font partie de la filière sciences humaines et sociales (SHS) qui comprend des diplômes de licence, master et doctorat.

"Les études en sciences humaines et sociales exigent d'avoir une curiosité pour le monde, la politique, une sensibilité aux choses qui nous entourent. Il faut avoir envie de les expliquer, décrit Olivier Cousin, directeur du département de sociologie de l'Université de Bordeaux. Dès la licence, ces études vous permettent d'acquérir une culture générale, une capacité à synthétiser des documents et à les présenter à l'oral."

Des disciplines exigeantes

Les études à l'université déstabilisent souvent les étudiants. Les sciences humaines et sociales ne font pas exception. "Le temps libre doit servir à lire des articles ou des livres pour compléter ce qui est offert dans les enseignements. Les étudiants doivent être assez autonomes et s'investir. Ces études ne sont pas difficiles en termes techniques mais elles supposent un état d'esprit différent du lycée. On leur demande de réfléchir et non pas de répondre simplement à des questions", précise Olivier Cousin.  

"Quand on se lance dans les sciences humaines, on peut se demander à un moment à quoi serviront tous les auteurs ou les livres que l'on lit. On ne peut pas appliquer directement ce que l'on apprend et cela peut faire peur. Mais il faut savoir que ces études demandent du temps et de la maturation. Et il ne faut pas avoir peur de prendre ce temps", décrit Sophie, étudiante en master d'ethnologie.

Des licences très différentes selon les universités

Les licences en sciences humaines et sociales accueillent principalement des bacheliers L (et certains bacheliers S et ES).

Il est possible de se réorienter à la fin du premier semestre de licence 1. Certaines disciplines, comme sciences de l'éducation ou urbanisme, ne sont accessibles qu'à partir de la 3e année de licence.

Des universités ont fait le choix de proposer des parcours communs à plusieurs licences en 1re et/ou en 2e année de licence. C'est le cas, par exemple, en sociologie et psychologie, ou en histoire et géographie. Les étudiants sont inscrits en 1re année (socio ou psycho, par exemple) mais ils suivent les cours des deux disciplines. En 2e année, ils choisissent une discipline majeure et une autre mineure. C'est en 3e année qu'ils se spécialisent réellement.

Le master, et après ?

À la fin de la 3e année de licence, il est possible de continuer en master. Après ces deux autres années d'études, vous pouvez alors vous lancer sur le marché du travail, ou continuer vos études en doctorat si la recherche vous intéresse.

Des qualités utiles sur le marché du travail

"Les études en sciences humaines forment les étudiants à être autonomes, à organiser leur travail, leur donnent un esprit d'initiative et de synthèse, explique Grégory Delaplace, codirecteur du département d'anthropologie de l'Université Paris Ouest. Plus spécifiquement, les licences d'anthropologie forment à envisager l'altérité (c'est-à-dire l'autre) de manière pratique et donnent aux étudiants des compétences d'adaptation, de compréhension et d'analyse de systèmes complexes."

Toutes ces compétences sont utiles et recherchées dans le monde du travail.

CIDJ © CIDJ - 12/2017