• Reportage

Bénévolat lycéen : savoir valoriser les compétences acquises

  • Lycée
  • Bénévolat et volontariat
  • Engagement
Bénévolat lycéen : savoir valoriser les compétences acquises

Près d'un lycéen sur deux donne de son temps pour une cause qui lui tient à cœur. Vous en faites peut-être partie. Mais saviez-vous qu’une expérience de bénévolat peut aussi vous apporter beaucoup durant votre scolarité ? Rencontre avec des lycéens qui font de l’aide aux devoirs au sein de l’association Socrate.

Un vendredi en fin d’après-midi à l’école Victor Hugo de Saint-Ouen, en région parisienne. Dans la salle polyvalente, Julie Tartarin, directrice de l’association Socrate termine la séquence de formation destinée aux lycéens bénévoles qui vont aider les élèves de cette école primaire à faire leurs devoirs durant cette année scolaire. Certains d’entre eux acceptent de rester un peu plus pour parler de leur engagement bénévole.

Bénévolat lycéen :
S'engager pour apporter ses compétences aux autres

« L’association Socrate est venue présenter son activité dans mon lycée, et j’ai décidé de m’engager », commence Julia, 16 ans, en 1re littéraire au lycée Auguste Blanqui à Saint-Ouen. Dans son établissement, d’autres lycéens comme Sakina, également en 1re L et Zoulaïha, 17 ans, en terminale L, participent aussi à cette action solidaire. Victor, élève du lycée Racine à Paris, dans le 17e arrondissement voisin, est aussi bénévole « parce qu’il aurait aimé étant plus jeune bénéficier de ce type d’aide ». Alors, une fois par semaine, le vendredi de 16h à 17h, chacun va retrouver l’élève avec qui il a été placé en binôme pour de l’aide aux devoirs.

Victor, qui connaît l’association Socrate depuis qu’il est en 2nde, a attendu d’être « plus mature » selon ses propres mots, pour s’engager en terminale. Julia et Sakina ont déjà l’expérience de l’aide aux devoirs dans le cadre familial. « Quand j’expliquais leurs devoirs à mes frères et sœurs, ils comprenaient. Ça m’a encouragée à devenir bénévole », confirme Julia. Et Sakina d’ajouter : « même si j’ai des difficultés en maths, je me dis que ça va aller, je saurai faire pour un niveau primaire ». Ces deux lycéennes ont conscience des compétences qu’elles possèdent pour réussir leur mission de bénévolat : bonne communication avec les enfants, capacité à expliquer des notions par exemple.

Bénévolat lycéen :
S'engager pour développer des compétences nouvelles

Des jeunes en service civique chez Socrate sont présents chaque semaine pour observer les bénévoles. « Si un lycéen est passif face à l'élève qui fait ses devoirs, on lui suggère des méthodes ludo-éducatives pour que cette heure de soutien scolaire soit un véritable échange entre le bénévole et l'aidé », déclare la directrice de Socrate.

« C'était important pour moi d'intervenir dans mon ancienne école », explique Zoulaïha. C’est sa 3e année en tant que bénévole. Devenue ambassadrice Socrate, elle agit pour faire connaître l’association auprès d’autres lycéens. Elle révèle avoir spontanément partagé sur les réseaux sociaux un visuel de l’association. « J’ai reçu plein de messages de personnes qui me demandaient des informations sur Socrate », dit-elle, sans vraiment se rendre compte de l’impact de son action. En réalité, elle a fait du community management, une des compétences marketing les plus recherchées par les entreprises aujourd’hui. Et avec succès. Julie Tartarin, agréablement surprise de cette initiative, la félicite et s’exclame « c’est pour ça que le nombre de bénévoles du lycée Blanqui a augmenté, je comprends mieux ! ».

En s’engageant au sein de l’association Socrate et auprès de ces élèves de primaire, ces jeunes lycéens font preuve de fiabilité, d’écoute, de patience, de pédagogie. Mais ils n’ont pas l’air de réaliser que ces qualités leur seront profitables pour leur orientation, leur recherche de stage ou de premier job.

Comment mettre à profit cette expérience de bénévolat lycéen ?

« Tous les lycéens engagés ne réfléchissent pas en se disant " je fais du bénévolat, voilà ce que ça m’apporte ", confirme la directrice de Socrate. Parfois, certains lycéens se sentent reconnaissants de faire partie du projet. C’est plutôt nous qui devrions les remercier de prendre sur leur temps personnel. » Pour aider ces jeunes à prendre conscience de leur potentiel, l’association fait remplir un questionnaire aux lycéens en fin d’année. Une sorte d'auto évaluation qui leur permet avec le recul de poser un regard sur les actions menées et sur l'impact que cet engagement a pu avoir sur eux. L’année dernière, à la question « que m’a apporté mon engagement ? », 73 % ont répondu un acte de citoyenneté, 52 % la capacité à m’investir. Seule la moitié (46 %) estime que c'est l’occasion de valoriser cette expérience pour mon futur. « Nous leur demandons de choisir parmi les réponses proposées, mais c’est tout de même une première étape dans cette réflexion, explique Julie Tartarin. Nous allons mettre en place une formation pour qu'ils apprennent à mettre en valeur les compétences acquises. »

Par ailleurs, Socrate informe systématiquement l'équipe éducative des lycéens de leur engagement associatif, car cela peut être valorisé lors du conseil de classe par exemple. « Sur le logiciel Pronote, utilisé par les lycées pour gérer les dossiers scolaires de chaque élève, il est possible de créer un bloc destiné à l’engagement. On le dit aux établissements, certains le font, d’autres pas ».

Chaque bénévole ayant participé de manière régulière reçoit une attestation en fin d’année, « une attestation de mi-parcours est même éditée pour les lycéens de terminale en vue de leurs vœux sur Parcoursup », précise Julie Tartarin. En effet, la fiche Avenir comporte une partie "Engagement/esprit d'initiative" que chaque professeur principal va remplir pour le conseil de classe du 2e trimestre. Cette fiche Avenir est intégrée par la suite à la plateforme Parcoursup. Les établissements d'enseignement supérieur (université, école de commerce, d'ingénieur, prépa, BTS, DUT etc.) y auront accès lorsqu'ils étudieront les vœux formulés par les lycéens. Ces derniers peuvent aussi intégrer dans le projet de formation motivé à joindre à leur candidature, quelques lignes sur les qualités humaines et techniques acquises durant cette expérience de bénévolat.

 

Odile Gnanapregassame © CIDJ
Article créé le 03-12-2018 / mis à jour le 04-12-2018