Réforme de l’apprentissage : 10 mesures à destination des apprentis

  • Apprentissage
Réforme de l’apprentissage : 10 mesures à destination des apprentis

Aide au permis de conduire, coup de pouce à la rémunération, assouplissement de la rupture du contrat, plus d’échanges européens… le gouvernement dévoile des mesures pour réformer l’apprentissage

Vendredi 9 février le Premier ministre, Édouard Philippe et Muriel Pénicaud, ministre du Travail ont présenté 20 mesures du projet de réforme de l’apprentissage. Sur ces 20 mesures, 10 concernent les jeunes qui se destinent ou qui sont en apprentissage et 10 autres concernent les entreprises. Objectif : revaloriser les études et redonner l’envie de les suivre en apprentissage.

Des aides financières

Première mesure annoncée : « tous les jeunes de 16 à 20 ans en apprentissage verront leur rémunération augmenter de 30 € nets par mois ». Jusqu’à présent, un apprenti était rémunéré 25 à 78% du Smic en fonction de son âge et de sa progression dans la formation. Cette grille de rémunération devrait être revalorisée. Ainsi, si vous avez 18 ans et que vous préparez un bac pro en apprentissage, vous gagnerez 715 €, au lieu de 685 € aujourd’hui.

Si vous avez au moins 18 ans vous serez éligible à une aide de 500 € pour passer votre permis de conduire et vous pourrez bénéficier de prix réduits négociés avec les régions et les auto écoles pour faciliter l’accès au permis des apprentis.

Autre mesure : « l’apprentissage sera ouvert aux jeunes jusqu’à 30 ans, au lieu de 26 ans aujourd’hui ». Cette mesure est déjà mise en place dans 9 régions et devrait donc s’étendre à l’ensemble du territoire national et les apprentis de plus de 26 ans devraient percevoir une rémunération au moins égale au Smic.

Un assouplissement de certaines règles

Pour limiter les ruptures prématurées des contrats d’apprentissage, le gouvernement prévoit que tous les apprentis dont le contrat de travail est interrompu en cours d’année auront le droit de prolonger pendant 6 mois leur formation au sein du CFA (sauf en cas d’exclusion). En plus de ces mesures, les entreprises auront la possibilité d’embaucher un apprentis tout au long de l’année et non plus uniquement sur les quatre derniers mois de formation.

Vous ne le savez peut-être pas, mais en tant qu’apprenti, vous avez la possibilité de partir en stage dans un pays européen de 2 semaines à 12 mois grâce au programme Erasmus +. La réforme entend développer les échanges européens et permettre à 15 000 jeunes en apprentissage chaque année d’effectuer plusieurs mois de formation en Europe.

Retrouvez le témoignage de Kevin, jeune apprenti fleuriste parti vivre une expérience à Amsterdam.

Une meilleure information

Pour redonner l’envie de suivre ses études en apprentissage, la réforme propose de mettre en place des journées d’information sur les métiers et les filières accessibles en apprentissage dès les classes de 4e, 3e, 2nde et 1re. Ces journées seront l’occasion de rencontrer des professionnels, des salariés et des apprentis et découvrir les possibilités de carrières.

Et pour une information toujours plus transparente, les taux de réussite, d’insertion, de poursuite d’études, le montant des salaires, … seront rendus publics. Enfin, la création de prépa-apprentissage aura pour objectif de donner sa chance à tout le monde et rendre les études en apprentissage accessibles à tous ceux qui le souhaitent même s’ils ne possèdent pas de toutes les connaissances (savoir être et savoir-faire) requises.

Marine Ilario © CIDJ - 08/03/2018

Laisser un commentaire