• Vos droits

Chômage : ce qui va changer en 2020

  • Recrutement
Espace pôle emploi pour les demandeurs d'emploi

La réforme de l’assurance chômage se met progressivement en place, les dernières mesures entreront en vigueur le 1er avril 2020. Ces nouvelles règles d’attribution, rendant plus difficiles les conditions d’accès et plus faible l’indemnisation des contrats courts ou saisonniers, impacteront directement les jeunes. Cidj.com fait le point sur ces nouvelles mesures et répond à vos questions sur l’allocation chômage d’aide au retour à l’emploi (ARE).

La réforme de l'assurance chômage s'inscrit dans le cadre de la loi "pour la liberté de choisir son avenir professionnel" votée en 2018 au parlement et qui porte à la fois sur l'apprentissage, la formation professionnelle, l'orientation des jeunes et l'assurance chômage. 

Combien de temps faut-il avoir travaillé pour percevoir le chômage ?

La réforme, qui devrait permettre au gouvernement de dégager 3,4 milliards d'euros d’économie d’ici fin 2021, rend les conditions d’accès à l’indemnisation chômage plus exigeantes puisque comme l'explique un communiqué du ministère du Travail "il faudra travailler plus longtemps pour ouvrir des droits à l’assurance chômage".

En effet, depuis le 1er novembre 2019, pour être indemnisé, il faut avoir travaillé 6 mois (soit 130 jours) sur les 24 derniers mois, contre 4 mois sur les 28 derniers mois auparavant (sauf pour les plus de 53 ans qui ne sont pas concernés). Cette condition peut être remplie avec un ou plusieurs contrats, chez différents employeurs.

Idem pour recharger ses droits. Avant la réforme, un allocataire qui travaillait au moins un mois (150 heures) pendant sa période d'indemnisation voyait sa durée d'indemnisation allongée d'autant. Aujourd'hui, il faudra travailler au moins six mois pour recharger ses droits.

combien de temps faut-il avoir travaillé pour percevoir des allocations chômage
Un malus pour les entreprises qui ont trop recours aux contrats précaires
Du nouveau aussi du côté des entreprises : la réforme prévoit, à partir du 1er mars 2021, un système de malus pour les entreprises de plus de 11 salariés qui abusent du nombre de CDD ou de missions d’intérim. 

Combien touche-t-on au chômage ?

Jusque-là, l'allocation mensuelle correspondait en moyenne à 70% de l'ancien salaire net. Le mode de calcul du salaire journalier de référence (SJR), sur lequel se base le montant de l'allocation chômage, change à partir du 1er avril 2020.

Seuls les salaires perçus au cours des jours travaillés rentraient dans l'équation. Au 1er avril 2020, l'ensemble des jours d'une période donnée, qu'ils aient été travaillés ou non, seront pris en compte dans le nouveau mode de calcul.

Si la mesure n’aura pas de conséquences pour les demandeurs d’emploi qui ont travaillé en continu les 24 derniers mois, elle aura des répercussions sur les indemnités de ceux qui cumulent des périodes de travail et de chômage, notamment les jeunes puiqu'ils sont souvent confrontés à la difficulté de trouver un emploi pérenne et aussi les plus nombreux à signer des contrats saisonniers dans des secteurs comme la restauration, l’hôtellerie ou les loisirs.

 

Mode de calcul salaire journalier de référence (SJR)/ Pôle emploi

 

Combien de temps peut-on toucher l'allocation chômage ?

La durée d’indemnisation varie en fonction de la durée de vos derniers emplois sur une période donnée (24 dernier mois pour les moins de 53 ans). 

Vous serez indemnisé pendant au moins 6 mois (contre 4 auparavant) et jusqu’à 2 ans maximum (toujours pour les moins de 53 ans). 

Réforme du chômage : Est-ce que je peux être indemnisé après avoir démissionné ?

Jusque-là, l’allocation chômage s’adressait uniquement aux actifs qui avait involontairement perdu leur emploi, que ce soit suite à un licenciement (quel que soit le motif), une rupture conventionnelle ou à la fin d’un CDD ou d’une mission intérim. Désormais les salariés qui démissionnent peuvent percevoir l’assurance chômage sous certaines conditions. 

Bien que très attendue, la mesure reste peu appliquée. Sur les 10 000 démissionnaires ayant déposé un dossier, seuls 30 seraient aujourd’hui indemnisés, selon les chiffres de France Info. La mesure est en effet très encadrée : il faut justifier d’au-moins 5 ans d’ancienneté dans l’entreprise et avoir un solide projet professionnel, qui peut être une reconversion nécessitant une formation, une reprise ou une création d’entreprise.

Dans ce dernier cas, pour que la demande soit recevable, il faudra par exemple bien motiver sa démarche, avoir anticipé les besoins financiers de sa future entreprise, avoir dressé une analyse globale du marché... En clair, le projet doit déjà avoir été bien réfléchi. 

Lire notre article sur la création d'entreprise.

Par ailleurs, avant même de démissionner, plusieurs mois de démarches attendent le salarié. La première étape est de bénéficier d’un conseil en évolution professionnelle (CEP) auprès d'un organisme adapté à votre profil (jeunes, cadres, travailleurs en situation de handicap…). 

Consultez la liste des organismes habilités à délivré un CEP près de chez vous.


Indemnités chômage pour les travailleurs indépendants.
Autre nouveauté prévue par la réforme : les travailleurs indépendants (agriculteurs, commerçants, micro-entrepreneurs) en liquidation ou redressement judiciaire peuvent percevoir une indemnisation mensuelle de 800 € pendant 6 mois. Plusieurs conditions, notamment : avoir exercé son activité non salariée pendant 2 ans en continu et justifier au minimum de 10 000 € de revenus perçus au titre de cette activité.  

CIDJ © CIDJ
Article mis à jour le 07-02-2020 / créé le 04-02-2020