• actualité

Service national universel : une phase de test dès juin 2019

  • Vie civique
Service national universel : une phase de test dès juin 2019

Le service national universel va être testé dès le mois de juin prochain, sur la base du volontariat. Les premiers détails viennent d’être précisés par Gabriel Attal, secrétaire d’Etat à la jeunesse.

Les contours du service national universel (SNU), annoncé en début d’année par le président de la République Emmanuel Macron, se dessinent peu à peu.

Les jeunes consultés plutôt favorables au SNU

Une vague de consultations sur le terrain et en ligne a notamment permis de recueillir l’avis des principaux intéressés, les jeunes Français. Près de 46 000 jeunes en Journée défense et citoyenneté ont été notamment interrogés. Il ressort que 75% sont favorables aux objectifs du SNU. Une large majorité (90%) estime que le SNU leur permettrait de « rencontrer des jeunes de régions et de milieux sociaux différents ».

Mais il persiste des interrogations sur les modalités d’application. 25 % des sondés déclarent qu’ils "n’ont pas du tout envie de faire leur SNU". Le caractère obligatoire et la période de l’année imposée pour effectuer le SNU étant des raisons invoquées pour justifier ce rejet.

Le SNU est voulu comme un moment républicain mixte

77 % considèrent que le SNU "devrait renforcer la connaissance de leurs droits et devoirs en tant que citoyen de la République". Le service national universel va concerner aussi bien les filles que les garçons âgés de 16 ans, soit 800 000 jeunes par an en moyenne. Et, bien qu’il ne soit pas question d’un retour au service militaire dont l’abolition date de 1996, une partie d’entre eux sera accueilli en caserne avec des militaires pour les encadrer.

Interrogé dans Le Parisien en date du 19 novembre, Gabriel Attal, secrétaire d’Etat à la jeunesse, estime que la suppression du service militaire « a fait disparaître un moment de possible brassage social autour des valeurs de la République ». Mais il n’est pas question de nostalgie, le SNU, assure-t-il, est adapté à la jeunesse d’aujourd’hui.

Une certitude : la partie obligatoire du SNU va durer un mois

Une phase de test devrait être lancée dès juin 2019 avec « une cohorte constituée de plusieurs centaines, voire plusieurs milliers de personnes », précise le secrétaire d’Etat dans Le Parisien. Des volontaires, « lycéens, apprentis, jeunes actifs et décrocheurs », issus d’une dizaine de départements encore à définir, seront appelés pour effectuer leur service national universel.

La partie obligatoire du SNU, d’une durée d’un mois, est composée de deux phases. La première consiste en une période de 15 jours durant laquelle les jeunes seront logés dans des hébergements collectifs (internats, casernes militaires…) afin de faciliter les échanges dans un lieu différent de leur environnement familier. Elle aurait lieu durant les vacances scolaires.
Pour la deuxième partie, d’une durée de 15 jours également, les jeunes appelés devront choisir une mission d’intérêt général à effectuer au sein d'une association ou d'une collectivité par exemple, ceci en dehors des heures de cours ou durant les vacances.
A la fin de ce mois de SNU obligatoire, les jeunes qui le souhaitent pourront prolonger leur engagement de 3 mois minimum à 12 mois.

Odile Gnanapregassame © CIDJ
Actu créée le 21-11-2018 / mise à jour le 21-11-2018

Crédit photo : Pixabay