• actualité

Nouveau classement du Financial Times : les écoles de commerce françaises reculent

  • Examens
Test test

Un grand nombre d’écoles de commerce ont chuté dans le nouveau classement du Financial Times à la rentrée 2017. La raison ? Le quotidien britannique a modifié les critères pris en compte pour son palmarès des masters en management. Seule HEC a réussi à maintenir sa place, en deuxième position.

Il existe de nombreux classements des écoles de commerce. Le Financial time, le Figaro, le Parisien, l’Etudiant, … Chacun de ces classements prend en compte un certain nombre de critères : la place de l’international, les labels, le salaire des jeunes diplômés, … En septembre 2017, le Financial time a publié sa nouvelle édition du palmarès des masters en management. Palmarès pour lequel, il a modifié le poids de certains critères pris en compte. En l’occurrence, le poids de la dimension internationale des enseignements a été revu à la baisse, tandis que le poids de l’évolution des salaires des diplômés a pris de l’importance. Conséquence ? De nombreuses écoles françaises se sont effondrées dans le classement.

L’Essec passe ainsi de la 3e à la 5e place, l’ESCP de la 4e à la 6e, l’EDHEC de la 15e à la 16e, l’EM Lyon de la 26e à la 27e, Audencia Business School de la 24e à la 29e place et l’Iéseg school of management passe de la 17e à la 31e place.

Un coup dur pour la crédibilité des classements ?

De tels changements engendrent des questionnements sur la crédibilité de ces classements. Le palmarès du Financial Time donne davantage de place à un critère comme le salaire au détriment de celui de la qualité de l’enseignement. Les écoles françaises perdent du terrain cette année alors que l’enseignement qu’elles prodiguent, lui, n’a pas changé. Virginie de Barnier, directrice de l’IAE d’Aix en Provence explique que « l’IAE d’Aix a gagné 6 places dans le classement du Financial times en 2016. Jusque-là, nos étudiants donnaient leur salaire net annuel au lieu de donner le salaire brut. En 2016, ils ont donné leur salaire brut, ce qui nous a fait gagner 6 places dans le classement. Alors qu’au final la formation est la même ».

Les étudiants qui souhaitent intégrer une école de commerce doivent-ils se fier à ces classements ? D’après Léon Laulusa, directeur académique des programmes à l’ESCP Europe, « chaque classement est louable mais il faut faire attention aux critères de classification utilisés pour chacun d’eux ». Faire attention donc. Mais surtout savoir prendre du recul et déterminer les critères qui vous semblent important pour sélectionner l’école de commerce qui vous intéresse.

Pour en savoir plus, lisez notre article : « Ecole de commerce : visa, label, certification, reconnaissance, comment s’y retrouver ? »

CIDJ © CIDJ
Actu créée le 02-11-2017 / mise à jour le 06/12/2017