Notez !
Aucun vote pour l'instant.

Le wwoofing : un bon plan pour découvrir l'écotourisme

Le wwoofing : un bon plan pour découvrir l'écotourisme
© Nathalie Jouat Bonniot

Vous avez envie de voyager autour du monde ? D'être actif et de partager le quotidien d'habitants ? De découvrir l'écotourisme et ses enseignements ? Choisissez le wwoofing !
Le principe est simple : vous aidez une famille en vous investissant dans des activités liées à l'écologie (jardin, potager, animaux...), en contrepartie elle vous loge et vous nourrit.

Pourquoi s'engager dans cette aventure ?
Cette question vous sera très certainement posée par votre future famille d'accueil.  "C'est très important de se demander ce qu'on attend de son séjour et d'en parler avec les gens qui vont vous recevoir au moment de la prise de contact", souligne Cécile, de l'équipe Wwoof France.

Voyagez à moindre coût

Évidemment, ce type de séjour permet de découvrir des régions ou des pays sans trop dépenser. "C'est une combinaison agréable pour voyager à moindre coût", assure Cécile. Au-delà de vos heures quotidiennes d'aide, libre à vous d'utiliser votre temps pour explorer les alentours.

"À part la cotisation de 15 à 30 euros pour obtenir les coordonnées des hôtes dans le pays où vous souhaitez wwoofer, vous ne paierez que vos transports et vos loisirs personnels", ajoute Nathalie.

Dico du wwoofer

Wwoof :
World Wide Opportunities on Organic Farm.
Wwoofing :
Vous êtes nourri et logé par des familles vivant à la campagne en échange de votre participation à différentes tâches 4 à 6h par jour, jusqu'à 6 jours par semaine. Si vous êtes attiré par l'écotourisme, en voici une forme originale !
Hôtes : Ce sont ceux qui vous accueillent (tandis que le wwoofer est celui qui est reçu par la famille).

Votre motivation ne doit pas être qu'économique !

Attention tout de même : si le wwoofing a l'avantage d'allier un cadre rural dépaysant et une formule très économique de séjour, "ces critères ne doivent pas être vos seules motivations pour participer à cette forme de séjour !", prévient Cécile.
"L'objectif est d'agir ensemble, même à une petite échelle, pour prendre soin de la planète. Les hôtes recherchent donc des gens avec cet état d'esprit ou un intérêt naissant pour l'écologie et l'écotourisme, même s'ils ne sont pas des spécialistes."

Quelles activités vous sont demandées ?

Les activités que vous exercerez dans les familles qui vous accueillent sont très variées. "Le jardinage est courant", explique Nathalie. "Mais vous pouvez aussi vous occuper des animaux, faire de l'éco-construction... D'autres tâches, moins liées à l'écologie, peuvent parfois vous être demandées, comme du bricolage ou de la cuisine."

Vous devenez un pro du bio et de l'écologie !

La transmission de savoir-faire est au cœur du wwoofing. "Nous aimons montrer aux gens que nous recevons des techniques qu'ils ne maîtrisent pas, par exemple dans le domaine de l'éco-construction", confie Bruno, agriculteur qui accueille de jeunes wwoofers dans le Gard.

"Parfois, les hôtes apprécieront que vous ayez des compétences liées à leur projet, mais il peut arriver qu'ils acceptent des débutants et les forment. Plus vous restez chez eux, plus vous devenez autonomes : c'est d'ailleurs ce qui explique les durées minimales imposées par les personnes qui vous reçoivent", précise Nathalie Jouat-Bonniot, auteur du guide Wwoofing pour des vacances solidaires, économiques et écologiques paru aux éditions Democratic Books.

Comment débuter ?

Tout simplement en adhérant à l'association Wwoof du pays dans lequel vous voulez tenter l'expérience. Pour plus d'infos : "Wwoofers, préparez votre séjour écolo chez l'habitant".
Bien que le wwoofing soit souvent associé à des pays très actifs dans ce domaine comme le Canada et la Nouvelle-Zélande, vous pouvez aussi être accueilli dans des familles françaises. Wwoof France compte environ 750 hôtes !
Pour plus d'infos : "Devenir famille d'accueil, c'est  transmettre ses connaissances aux wwoofers".

Nathalie et Nicolas sont partis 18 mois au Canada, en Nouvelle-Zélande et au Japon en tant que wwoofers.
Chez leurs hôtes Helen et Rick en Colombie-Britannique, Nathalie et son mari ont aidé à la construction d'une maison.
Pendant deux semaines, ils ont travaillé sur les panneaux de bois du dernier étage.

Virginie Gruenenberger

Besoin de rencontrer un conseiller ?

Infos et conseils prés de chez vous dans tout le réseau Information Jeunesse...

Plus de 1 500 centres d'information Jeunesse vous accueillent à travers toute la France.

 

FAQ
Comment dois-je me présenter aux hôtes chez qui j'aimerais wwoofer?

Le mieux est de personnaliser vos échanges par mail. Présentez-vous de façon détaillée et expliquez les raisons de votre intérêt pour leur annonce. Certains préfèrent même un contact plus direct par téléphone. Dans tous les cas, cela doit vous permettre de vous faire une idée de ce qui vous attend :  posez vos questions avant de vous engager !

Vie pratique
Dois-je m'intéresser à l'écologie pour wwoofer?

Oui. Même si vous n'êtes pas obligé d'être un expert en la matière, puisque l'objectif est d'apprendre. Le wwoofing ne consiste pas seulement à passer des vacances à la ferme : il permet de s'investir dans des activités variées, généralement liées aux problématiques écologiques et environnementales (écoconstruction, permaculture...).

Vie pratique
Dois-je payer pour devenir wwoofer?

Oui. Vous devrez verser une cotisation à l'association Wwoof du pays dans lequel vous voulez faire du wwoofing (environ 15 à 30 €) pour obtenir les coordonnées des hôtes susceptibles de vous recevoir. Tapez "Wwoof" et le nom du pays dans Google pour trouver le site sur lequel faire votre demande.

Vie pratique
Dois-je m'y prendre à l'avance pour programmer mes wwoofs?

C'est mieux, surtout si vous avez des activités spécifiques en tête ou si un hôte vous a été particulièrement recommandé. Si vous êtes plusieurs, les places peuvent être aussi plus difficiles à obtenir chez une même famille. Mais si vous voyagez seul et que vous êtes ouvert à tous types d'activités, vos demandes peuvent être plus tardives.

Vie pratique
Ai-je besoin d'un visa vacances travail pour faire du wwoofing?

A ce jour, non. En effet, le wwoofing n'est pas considéré comme un job puisque vous n'êtes pas payé. Il vous faut cependant adhérer à l'association Wwoof du pays dans lequel vous voulez en faire (15 à 30 €) pour avoir accès aux coordonnées des hôtes locaux.

Vie pratique