Notez !
Aucun vote pour l'instant.

Trouver un emploi à l'étranger : adaptez votre candidature pour postuler

Trouver un emploi à l'étranger : adaptez votre candidature pour postuler
© Marzky Ragsac jr / Fotolia

Olivier Briard, consultant en matière d’emploi à l’étranger au ministère des Affaires étrangères et du Développement internationnal (MAEDI), vous conseille dans votre recherche d’emploi. Interview.

Faut-il se rendre dans le pays pour réussir sa recherche ?

Si vous souhaitez travailler dans l’Union européenne, mieux vaut effectuer votre recherche sur place : vous pourrez plus facilement vous renseigner sur le marché du travail et passer des entretiens d’embauche. Mais c’est impossible en dehors de l’Union européenne, puisque dans ce cas le visa de résident et le permis de travail ne sont accordés que si vous bénéficiez déjà d’une promesse d’embauche.

Est-il facile de chercher un emploi à distance hors UE ?

Bien que plus difficiles, les recherches de l’extérieur sont loin d’être impossibles, puisque entre 60 et 70 % d’entre elles aboutissent. L’essentiel est d’organiser votre démarche, de développer votre réseau (filiale étrangère de votre entreprise, réseau universitaire…) et de vous renseigner sur les habitudes, les méthodes d’embauche du pays (en Espagne, par exemple, évitez les candidatures spontanées) et sur son marché du travail (secteurs porteurs, profils recherchés…).

Vos conseils pour rédiger un CV destiné à un employeur anglo-saxon ?

Pour les États-Unis, le Canada et l’Australie, vous ne devez jamais joindre de photographie à votre CV, ni fournir votre statut civil et votre origine ethnique – à l’exception du Royaume-Uni, où ces informations peuvent vous être demandées. Vous devez présenter vos diplômes sans donner les équivalences, mais en expliquant votre niveau, votre domaine d’études et votre programme complet. Et n’oubliez pas de toujours indiquer le site de votre établissement.

Faut-il indiquer dans son CV tous les jobs et stages effectués ?

A priori, la réponse est oui pour les pays anglo-saxons car l’une des qualités les plus recherchées est l’adaptabilité. À la différence des recruteurs français, qui recherchent généralement des spécialistes et assimilent souvent la polyvalence à de l’instabilité, les recruteurs anglo-saxons privilégient les profils polyvalents et adaptables. Ils prévoient que le candidat évoluera dans l’entreprise et ne veulent donc se fermer aucune porte.

Dans une lettre de motivation, faut-il mettre en avant le fait qu’on est étranger ?

En effet, il est judicieux de rédiger un paragraphe consacré à votre motivation et à votre envie de travailler dans le pays en tant qu’étranger. Mais il faut présenter des arguments positifs (langue, culture, méthodes de travail…), et surtout pas synonymes d’une fuite en avant (chômage en France…). L’objectif est de créer un lien avec l’employeur étranger et de le rassurer, car beaucoup d’expatriés ne s’acclimatent pas et reviennent très vite en France.

Quels sont les pièges à éviter lors de l’entretien d’embauche ?

Évitez le doute, le manque de clarté, les informations abstraites… Par exemple, évitez de dire que vous “possédez de l’expérience” sans donner aucun chiffrage. Pour le reste, c’est au cas par cas, selon les pays et le secteur d’activité. Mais, d’une façon générale, n’utilisez jamais de verbes au conditionnel, employez plutôt le futur, et soyez concret et technique, surtout dans les pays anglo-saxons, où la culture professionnelle est celle du résultat et où les compétences priment sur le reste.

Propos recueillis en 2011.

Laura El Feky

Besoin de rencontrer un conseiller ?

Infos et conseils prés de chez vous dans tout le réseau Information Jeunesse...

Plus de 1 500 centres d'information Jeunesse vous accueillent à travers toute la France.

 

FAQ
Comment fonctionne l’assurance-maladie à l’étranger ?

Si vous partez dans l’UE, la carte européenne d’assurance-maladie permet la prise en charge de vos soins pendant 1 an. En dehors de l’UE, ou si vous partez pour plus d’1 an, soit vous êtes détaché et vous cotisez à la Sécurité sociale française, soit vous êtes expatrié et vous cotisez au régime de votre pays d’accueil.

Partir à l'étranger
Où et comment paye-t-on ses impôts quand on travaille à l’étranger ?

Dans la plupart des pays, vos impôts sont retenus directement sur votre salaire. L’endroit où vous payez vos impôts dépend de votre domiciliation fiscale. Si aucune convention n’a été signée entre la France et votre pays d’accueil, vous êtes imposé dans le pays de votre domiciliation fiscale. Si vous êtes non-résident fiscal en France, vous payez vos impôts à l’étranger.

Partir à l'étranger
Peut-on transférer ses allocations chômage à l’étranger ?

Si vous touchez le chômage avant votre départ, vous pouvez le transférer dans un autre pays de l’UE pour 3 mois maximum. Pour cela, faites remplir par Pôle emploi le formulaire U2 (1 mois d’attente) et remettez-le dans les 7 jours après votre arrivée aux services de l’emploi de votre pays d’accueil.

Partir à l'étranger
Lorsque l’on travaille à l’étranger, est-ce que l’on cotise pour sa retraite en France ?

Détaché à l’étranger, vous cotisez au régime français d’assurance vieillesse. Expatrié (résidence hors de France supérieure à 183 jours/an), vous êtes affilié au régime de votre pays d’accueil et vous devrez réclamer votre retraite à son administration.

Partir à l'étranger
Combien de temps faut-il partir à l’étranger pour progresser en langue ?

Le plus longtemps possible, mais tout contact avec le pays, même court, est bon à prendre, à condition de faire l’effort de parler.

Etudes supérieures