Notez !
Votre notation : Aucun(e) Moyenne : 3.7 (3 votes)

Rollers et skate : les règles à respecter

Rollers et skate : les règles à respecter
© Yuri Arcurs / Fotolia

Vous comptez utiliser des rollers, un skate-board ou une trottinette comme mode de déplacement ? Avant de vous lancer, faites le point sur vos obligations.

Les utilisateurs d’engins à roulettes sont considérés comme des “piétons à roulettes” (art. R.412-34 du code de la route). À ce titre, ils doivent respecter les mêmes règles de circulation que les piétons.

Même en rollers, vous restez un piéton !

Les piétons à roulettes n’ont pas le droit de rouler sur la chaussée, ni d’utiliser les pistes cyclables ou les voies de bus. Il leur reste les trottoirs et les aires piétonnes, à condition de ne pas rouler trop vite et de respecter les autres piétons.

Attention ! Il n'existe pas de réglementation nationale spécifique concernant les trottinettes à moteur. A défaut, la législation pour les piétons s'applique, comme pour les trottinettes sans moteur.

Sachez que, pour éviter des collisions avec les piétons, certaines villes interdisent leur usage à certains endroits très passants (sorties d’école, par exemple). Renseignez-vous auprès de votre mairie et soyez vigilant aux panneaux signalant leur interdiction.

Bon à savoir. Se déplacer en rollers, sur une trottinette ou sur un skate est interdit par le règlement de la plupart des transports en commun, notamment dans les enceintes du métro parisien et dans les voitures du métro, quel que soit le moyen de transport utilisé (métro, mais aussi RER, bus…).

Quelle est votre responsabilité en cas d’accident ?

Alors qu’un piéton se déplace entre 3 et 5 km/h, vous pouvez atteindre en rollers ou en trottinette une vitesse de 15 à 25 km/h. La cohabitation sur le trottoir peut donc s’avérer difficile et être source d’accidents.

Si vous heurtez violemment un piéton au point de le blesser ou de lui causer un préjudice matériel (par exemple, s’il casse ses lunettes en tombant), votre responsabilité civile est engagée. En général, votre contrat d’assurance multirisques habitation vous couvre et prendra en charge les dommages causés. Mais, par prudence, vérifiez tout de même dans votre contrat qu’il n’existe pas d’exclusion de garantie pour les “sports à roulettes”. Si c’est le cas, demandez une extension de garantie pour que vous soyez couvert.

Attention ! Si vous étiez en faute lors de l’accident (vitesse excessive, par exemple), vous risquez une amende. Si les dommages sont importants (blessures, voire décès), c’est votre responsabilité pénale qui est mise en jeu.

Bon à savoir. Si vous êtes renversé par un automobiliste, vous serez indemnisé par l’assureur du véhicule. Les indemnités dues au titre d’une assurance individuelle que vous auriez souscrite peuvent s’y ajouter.

L’assurance de vos propres dommages

Votre assurance en responsabilité civile ne couvre que les dommages causés à autrui, pas les vôtres. Les chutes en rollers et en skate étant fréquentes, vérifiez bien que vous êtes couvert par une assurance (assurance extrascolaire, individuelle accident, garantie des accidents de la vie…) qui pourra vous verser des indemnités complémentaires aux prestations de la Sécurité sociale et de votre mutuelle pour les préjudices subis.

Pour se protéger, il faut s’équiper !
Dans près de 7 accidents sur 10 impliquant des engins à roulettes, ce sont les membres supérieurs qui sont touchés, surtout les avant-bras, les poignets et les coudes. D’où la nécessité de porter des protections : casque, coudières, genouillères et protège-poignets. Et, pour être bien visible, portez des vêtements de couleur claire ou, mieux encore, un gilet rétroréfléchissant.

En savoir plus

Anaïs coignac - Anne-Marie Le Gall

Besoin de rencontrer un conseiller ?

Infos et conseils prés de chez vous dans tout le réseau Information Jeunesse...

Plus de 1 500 centres d'information Jeunesse vous accueillent à travers toute la France.