Notez !
Votre notation : Aucun(e) Moyenne : 3 (4 votes)

Sage-femme, un métier qui attire peu les hommes

Sage-femme, un métier qui attire peu les hommes
© Paul-Augustin Frecon

Un homme qui exerce le métier de sage-femme est-il un sage-homme ? Non, le mot n'existe pas ! En France, le métier ne s'est ouvert aux hommes qu'en 1982. Et la situation a peu évolué en trente ans, puisque la profession compte seulement 1 % d'hommes. Jean-Daniel est l’un d'eux. Témoignage.

“Pour beaucoup de gens, la sage-femme se contente de donner le bain aux bébés à la clinique, mais en réalité les sages-femmes ont de grandes responsabilités. D'ailleurs, ce n'est pas pour rien que nous faisons 5 ans d’études !

Nous suivons les grossesses normales dès 3 mois, jusqu’à la naissance et même après. Et le rôle des sages-femmes ne s’arrête pas à l’aspect médical : il faut aussi être psychologue ! Nous prenons du temps avec nos patientes pour répondre à leurs interrogations, une relation de confiance doit s’instaurer. L’humain est au cœur de notre métier.”

À l’école de sages-femmes, il n'y avait que deux hommes

“Quand j’ai décidé de me diriger vers ces études, mes copains et ma famille ont un peu rigolé, mais ils ont fini par s’y habituer. À l’école, nous n’étions que deux hommes. Nous avons été très bien intégrés, même si on ne passait pas inaperçus ! J’avais quand même le sentiment que, en tant qu'homme, mieux valait avoir une longueur d’avance sur les filles…”

Pourquoi un homme sage-femme ne s'appelle-t-il pas un “sage-homme” ?
“Sage-femme” signifie “qui a la connaissance de la femme”. Dans “sage-femme”, “femme” désigne donc la femme enceinte, et non la personne qui pratique le métier.
Un autre terme est parfois utilisé pour les hommes : maïeuticien, dérivé de “maïeutique”, qui signifie “l'art d'accoucher”. Mais ce nom n'a pas été reconnu par l'ordre des médecins car il est jugé trop restrictif. En effet, le ou la sage-femme fait bien plus qu'aider les femmes à accoucher !

Mon premier accouchement ? Un moment magique !

“J’ai travaillé dans un service de maternité dès ma première année d’études, et j’ai fait mon premier accouchement cette année-là. C’était magique ! Un moment intense, avec une grosse montée d’adrénaline. À tout moment, le bébé ou la maman peuvent montrer des signes de faiblesse. Il faut être très attentif. Être à cette place, voir la tête progresser, aider les couples à donner la vie, c’est génial !”

Un homme sage-femme apporte autre chose

“Je crois vraiment que le fait d’être un homme me permet d’apporter autre chose à mes patientes. Comme nous ne vivrons jamais une grossesse, nous sommes très à l'écoute.

J'aide aussi beaucoup les hommes à trouver leur place de père, notamment grâce à des cours de préparation à l’accouchement élaborés uniquement pour eux. Au début, ils ne veulent pas venir, mais, poussés par leurs femmes, ils se retrouvent vite dans mon cabinet et les langues finissent par se délier. Quand c'est parti, on pourrait y passer la nuit !”

 


Pas encore assez d'hommes dans ce métier

“Si ce métier attire peu les hommes, c'est simplement qu'il est peu connu. Il faut dire aussi que ce n’est pas non plus un métier très bien rémunéré par rapport aux études et aux responsabilités. Mais c'est malheureusement le propre d’un métier de femme…

D'ailleurs, les hommes sages-femmes restent peu à la maternité. Ils passent souvent des diplômes d’échographie, font des formations, intègrent un laboratoire ou se mettent en libéral. Pourtant, la maternité présente des avantages : congés payés, arrêts enfant malade, sécurité de l’emploi… En tout cas, il n’y a pas encore assez d’hommes dans ce métier !”

Renseignez-vous bien avant de vous lancer

“Si vous voulez devenir sage-femme, un conseil : renseignez-vous bien ! Assistez à un accouchement, parlez avec des sages-femmes, passez une journée dans une maternité… Et surtout, ne vous orientez pas dans cette carrière pas défaut. Nous avons besoin de sages-femmes, mais la relation humaine doit rester au cœur de notre métier.”
BIO EXPRESS
2000 : bac S
2000-2001 : prépa privée de sages-femmes
2002 : obtention du concours de sage-femme
2002-2006 : école de sages-femmes
2006 : hôpital Antoine-Béclère (Clamart)
2006 : centre hospitalier intercommunal de Créteil
2008 : monte son propre cabinet

Valérie François

Besoin de rencontrer un conseiller ?

Infos et conseils prés de chez vous dans tout le réseau Information Jeunesse...

Plus de 1 500 centres d'information Jeunesse vous accueillent à travers toute la France.

 

FAQ
Les femmes travaillent-elles dans tous les secteurs ?

Pas vraiment, puisque 50,6 % des emplois occupés par des femmes en France sont concentrés dans 12 familles de métiers (essentiellement les métiers de service), alors qu'il en existe 87 au total !

Etudes supérieures
Les filles sont-elles moins diplômées que les garçons ?

Non : 51 % des femmes sortent diplômées du supérieur, contre 31 % des garçons.

Etudes supérieures
Les filles sont-elles moins douées en sciences que les garçons ?

Non, c’est un cliché qui a la vie dure ! En réalité, les filles ont d’aussi bons résultats en maths que les garçons.

Etudes supérieures
Existe-t-il officiellement des métiers d’homme et des métiers de femme ?

Non ! Selon la loi, hommes et femmes peuvent accéder à tous les métiers.

Etudes supérieures