Notez !
Aucun vote pour l'instant.

Les consultations obligatoires avant une IVG

Les consultations obligatoires avant une IVG
© Wavebreak Mediamicro / Fotolia

Le recours à l’IVG (interruption volontaire de grossesse) impose de respecter deux consultations médicales préalables. Avec, en plus, pour les jeunes filles mineures, l’obligation de se soumettre à un entretien psychosocial.

Toute femme qui désire recourir à une IVG doit respecter un ensemble de démarches qui prennent un certain temps. Il est donc important de prendre les rendez-vous médicaux sans tarder.

Bon à savoir. Si vous pensez être enceinte sans le souhaiter, des permanences téléphoniques peuvent vous renseigner sur les démarches à accomplir sans tarder, et vous expliquer à quels services vous adresser. En particulier le N° vert (gratuit et anonyme, invisible sur les factures de téléphone) 0 800 08 11 11.

Première consultation médicale, obligatoire pour toutes

Pour cette première consultation, vous pouvez vous adresser au médecin ou à la sage-femme de votre choix, par exemple votre médecin traitant. C’est auprès de lui que vous formulerez votre demande d’IVG.

Bon à savoir. Si le médecin ou la sage-femme consultée ne pratique pas lui/elle-même l’IVG, il/elle doit immédiatement vous en informer, et vous communiquer le nom des praticiens qui réalisent cet acte. Il est à noter que la sage-femme ne peut réaliser qu'un avortement par voix médicamenteuse.

Le médecin ou la sage-femme doit vous informer oralement des méthodes médicales et chirurgicales d’interruption de grossesse afin que vous puissiez en choisir une librement (art. L.2212-1 du Code de la santé publique). Il ou elle doit également vous informer des risques et des effets secondaires potentiels (art. L.2212-3 du Code de la santé publique). Il ou elle doit aussi vous remettre un guide qui comprend :

- un rappel de la réglementation,
- la liste des établissements autorisés à pratiquer l’IVG et leurs adresses,
- la liste des établissements d’information, de consultation et de conseil familial, des centres de planification et d’éducation familiale (CPEF), des services sociaux et d’autres organismes agréés.

Guide disponible sur le site du ministère de la Santé (PDF à télécharger).

Lors de la première consultation, si vous êtes majeure, le médecin doit aussi vous proposer de bénéficier d’un examen psychosocial. Si vous êtes mineure, cet examen est obligatoire (art. L.2212-4 du Code de la santé publique).

Enfin, le médecin ou la sage-femme doit vous remettre une attestation de première consultation médicale qui prouve que vous avez respecté cette démarche.

Entretien psychosocial, obligatoire pour les mineures

Cet entretien est obligatoire pour les jeunes filles mineures, à qui l’on remet à cette occasion une attestation d’entretien, indispensable pour procéder à l’IVG (elle devra être remise au médecin qui pratiquera l’IVG).

L’entretien psychosocial permet d’apporter une assistance et des conseils appropriés à la situation de la femme enceinte. Il a lieu entre les deux consultations médicales obligatoires, avec une personne ayant satisfait à une formation qualifiante en conseil conjugal ou toute autre personne qualifiée dans un établissement d'information, de consultation ou de conseil familial, un centre de planification ou d'éducation familiale, un service social ou un autre organisme agréé. Chaque fois que cela est possible, le couple participe à la consultation et à la décision à prendre (art. R.2212-4 du Code de la santé publique).

Bon à savoir. Dans les hôpitaux publics, les centres d’IVG doivent proposer des permanences pour ce type d’entretien, afin de permettre à la femme enceinte d’accomplir l’ensemble des démarches.

Au cours de cette consultation, vous pouvez exprimer le souhait de garder le secret vis-à-vis de vos parents ou de votre représentant légal. La personne qui mène l’entretien vous conseillera souvent d’en informer au moins l’un de vos parents. Si vous déclarez que ce n’est pas votre souhait, la personne vous conseillera sur le choix de l’adulte qui devra vous accompagner dans votre démarche.

Bon à savoir. Si les parents ont été consultés mais s’opposent à l’avortement, la jeune fille mineure peut passer outre leur autorisation, mais elle devra désigner un adulte de son choix qui l’accompagnera. Cela peut être une personne du planning familial.

Seconde consultation médicale, obligatoire pour toutes

Cette seconde consultation a pour but de confirmer votre désir de recourir à l’IVG. Elle doit avoir lieu au moins une semaine après la première consultation, sauf si le délai légal pour l’IVG risque d’être dépassé. Dans ce cas d’urgence, les deux consultations peuvent être espacées de 2 jours seulement.

Lors de cette consultation, le médecin vous demandera votre attestation de première consultation médicale. Puis vous devrez confirmer par écrit votre demande d’IVG.

Si vous êtes mineure, le médecin exige également l’attestation d’entretien psychosocial et le consentement écrit de votre père, de votre mère ou de votre représentant légal. Si vous désirez garder le secret (ou si vous persistez dans votre choix d’avorter malgré leur opposition), vous devrez produire l’attestation de réalisation du choix de l’adulte qui vous accompagnera, établie lors de l’entretien psychosocial.

Attention ! Si vous n’êtes pas en possession de cette attestation, le médecin essaiera d’obtenir votre consentement pour que l’un de vos parents soit consulté. Mais c’est votre droit de persister dans votre refus ! Dans ce cas, le médecin doit vous conseiller sur l’adulte à désigner pour vous accompagner.

Enfin, si ce médecin est habilité à pratiquer l’IVG, il peut la réaliser lui-même. Mais, si vous préférez la faire pratiquer par un autre praticien, il doit vous délivrer un certificat attestant que vous vous êtes soumise à toutes les démarches obligatoires.

Anaïs Coignac

Besoin de rencontrer un conseiller ?

Infos et conseils prés de chez vous dans tout le réseau Information Jeunesse...

Plus de 1 500 centres d'information Jeunesse vous accueillent à travers toute la France.