Notez !
Votre notation : Aucun(e) Moyenne : 3.8 (4 votes)

Volontaire dans l’humanitaire : quand partir ?

Volontaire dans l’humanitaire : quand partir ?
© Robert Paul van Beets / Fotolia

Le volontariat permet de vous engager à court ou long terme dans une mission au service de la collectivité en France, en Europe ou dans le monde. Les programmes sont assez variés pour que vous partiez au moment le plus approprié et pour la durée qui vous convient le mieux.

Vous êtes étudiant ? Profitez de vos vacances d’été pour partir en mission humanitaire ou sur un chantier. Vous pouvez aussi partir en mission plus longue à la fin de vos études ou entre deux cycles, pour faire une pause et vivre une expérience de travail solidaire. Si vous êtes déjà salarié, vous avez droit à un congé solidaire afin d’effectuer votre volontariat.

De combien de temps faut-il disposer ?

Volontaire, vous êtes engagé à plein temps, pour une durée définie et sur une mission précise. Les organismes proposent des volontariats sur des actions courtes (de 1 semaine à 1 mois) ou à plus long terme (de 2 mois à 1 an ou plus). Jeunesse et Reconstruction vous propose, par exemple, de partir 15 jours dans un village du Burkina Faso afin d’aider à la construction d’une ferme et de donner des cours d’alphabétisation à des enfants ; ou de rejoindre pour 2 à 6 mois une organisation locale œuvrant pour l’accueil d’enfants des rues en Inde du Sud.

Pour trouver une mission humanitaire, plusieurs organismes peuvent vous aider. Coordination SUD est la coordination nationale des ONG françaises de solidarité internationale. Leur site relaie les offres d’emplois des ONG membres et des acteurs français et internationaux de la solidarité internationale. Le site Portail Humanitaire propose de nombreuses ressources dont un annuaire qui recense près de 900 ONG et une rubrique « Emploi ». Il est également possible de s’adresser directement aux ONG via leurs sites internet. Pour plus d’informations, lire notre article « Volontariat : bien choisir sa mission solidaire ».

Partir pendant les vacances

Si vous n’avez pas le cœur à tout abandonner pour faire de l’humanitaire, partir pendant vos vacances est un bon compromis. Les chantiers se déroulent souvent au mois de juillet et août ou pendant les vacances scolaires et sont donc bien adaptés à un engagement temporaire. Vous pouvez aussi facilement trouver une mission à court terme, afin de découvrir une autre culture en aidant à son développement ou sa sauvegarde.

« Les contacts étaient toujours très chaleureux et vrais. Nous n’étions pas considérés comme des touristes. La population locale savait que nous étions des volontaires. J’ai adoré » raconte Julie, volontaire court terme en Inde, sur le site de l’association Jeunesse et Reconstruction

Partir après les études

Vous avez fini vos études ou souhaitez faire une pause ? Au lieu de prendre une année sabbatique ou de vous lancer sur le marché du travail, pourquoi ne pas partir en mission volontaire ? Cela vous permettra de découvrir une région ou une culture, d’améliorer vos langues ou de faire une première expérience de travail tout en participant à une action d’aide humanitaire.

À savoir : si vous êtes bachelier et que vous avez raté le concours de Sciences-Po, vous pouvez demander une dérogation afin de le repasser une fois, à condition d’avoir entre-temps mené à bien une action humanitaire à l’étranger, et de pouvoir en justifier.

Partir pendant une période de chômage

Vous êtes chômeur indemnisé par Pôle emploi ? Vous pouvez partir en mission volontaire sans perdre vos allocations, à condition de chercher un emploi. L’association qui vous emploie ne doit pas être votre ancien employeur et votre collaboration ne doit pas éviter l’embauche d’un salarié.

À noter : le VSI (volontariat de solidarité internationale) est un motif de démission légitime. Si vous quittez votre travail (pour un an minimum), vous pourrez, à votre retour, toucher des indemnités chômage.

Prendre un congé de solidarité internationale

À partir d'un an d'ancienneté dans une entreprise, vous pouvez demander un congé de solidarité internationale (de 2 semaines à 6 mois) pendant lequel vous n’êtes pas rémunéré, afin de vous engager auprès d’une organisation humanitaire à l’étranger.

Voir le site du ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative.

Où trouver une mission de volontariat ?

Cotravaux : collectif d'associations agréées qui propose des chantiers.
CLONG-Volontariat : comité de liason des ONG de volontariat.
Jeunesse et reconstruction : association d'échanges internationaux de jeunes volontaires.

Marine Ilario

Besoin de rencontrer un conseiller ?

Infos et conseils prés de chez vous dans tout le réseau Information Jeunesse...

Plus de 1 500 centres d'information Jeunesse vous accueillent à travers toute la France.