Notez !
Votre notation : Aucun(e) Moyenne : 3 (2 votes)

Volontariat : bien choisir sa mission solidaire

Volontariat : bien choisir sa mission solidaire
© Fotolia

Avant de vous engager vous devez bien réfléchir à la mission que vous souhaitez réaliser. Quel type de volontariat ? Pour quelle cause ? De nombreux organismes peuvent vous aider à trouver la mission qui vous convient.

Les projets de volontariat sont ouverts à tous, filles et garçons, de tout âge et de toute origine, sans exigence de compétence (diplômes) ou d’expérience.

Quel type de volontariat ?

Il existe plusieurs types de volontariat. Vous devez vous demander lequel correspond le plus à votre envie.

Le service civique : il s'agit d'un engagement volontaire au service de l'intérêt général. Le service civique est ouvert à tous les jeunes de 16 à 25 ans, sans condition de diplômes. En service civique vous êtes indemnisé 573 euros net par mois et vous le réalisez auprès d’associations, de collectivités territoriales ou d’établissements publics, sur une période de 6 à 12 mois en France ou à l'étranger, pour une mission d'au moins 24h par semaine. Vous pouvez faire un service civique tout en poursuivant vos études ou dans le cadre d’un emploi à temps partiel. 9 domaines dans lesquels vous pouvez être volontaires : culture et loisirs, développement international et action humanitaire, éducation pour tous, environnement, intervention d'urgence en cas de crise, mémoire et citoyenneté, santé, solidarité, sport.

Le volontariat de service civique : ouvert à toute personne âgée de plus de 25 ans, le volontariat de service civique permet de mener à bien, sur des périodes de 6 à 24 mois, des missions d'intérêt général auprès d'associations ou de fondations reconnues d'utilité publique. En tant que volontaires, vous bénéficiez d'une indemnisation et d'une couverture sociale complète financées par l'organisme d'accueil.

Le service volontaire européen (SVE) : programme de l’Union Européenne, le SVE est destiné à encourager la mobilité des jeunes de 18 à 30 ans. Vous êtes au service d’un projet d’intérêt général à l’étranger durant 2 à 12 mois. Le SVE offre une expérience formatrice, développe la citoyenneté, permet de faire preuve de solidarité, de découvrir une autre culture et de pratiquer une autre langue. Vous bénéficiez d’une prise en charge totale sur place et d’une indemnité dont le montant varie selon les pays. L’expérience acquise lors du SVE est reconnue par un certificat de SVE.

Sapeurs-pompiers volontaires : vous pouvez devenir sapeur-pompier volontaire, si vous avez entre 16 et 55 ans, que vous êtes aptes physiquement et qui vous souhaitez venir en aide, sauver des vies, et vous investir dans des missions de protection. Vous vous engagez pour une période de 5 ans, avec la première année en période probatoire. Vous bénéficiez d’une formation initiale adaptée aux missions exercées dans un centre de secours, puis d’une formation continue et de perfectionnement tout au long de la carrière.

Volontaire de solidarité internationale (VSI) : vous accomplissez à temps plein une mission d'intérêt général dans les pays en voie de développement dans les domaines de la coopération au développement et de l'action humanitaire. Ce type de volontariat est ouvert à toute personne majeure sans activité professionnelle. Les missions s’effectuent auprès d'associations internationales agréées par le ministre des affaires étrangères. Une indemnité est versée, hors prise en charge du transport, du logement et de la nourriture, auquel s'ajoute le montant de l'indemnité supplémentaire liée à l'affectation à l'étranger (montant variable selon les pays).

Volontariat international en administration (VIA) : ambassades, alliances françaises, instituts de recherche, missions économiques… Le VIA permet de partir travailler à l’étranger pour des services de l’État français. Vous percevez des allocations équivalant à une indemnisation comprise entre 1200 € et 2800 € par mois, suivant le pays d'affectation. Les missions durent entre 6 et 24 mois.

Volontariat international en entreprise (VIE) : le VIE permet aux entreprises françaises de confier à un jeune de 18 à 28 ans, une mission professionnelle à l’étranger durant une période modulable de 6 à 24 mois. Vous êtes rémunéré, entre 1200 et 3000 € nets par mois, selon le pays. Tous les métiers sont concernés : finances, marketing, commerce international, contrôle de gestion, comptabilité, mécanique, électronique, télécommunications, informatique, BTP, agronomie, tourisme, droit, ressources humaines…

S’engager pour une cause

Posez-vous les bonnes questions avant de vous lancer. Pour quel type de cause je souhaiterais m’engager ? Demandez-vous aussi combien de temps vous êtes prêt à consacrer à une mission de volontariat ? Sachez que vous allez œuvrer pour des associations à but non lucratif (dont le but n’est pas de s’enrichir). Les domaines d’action de ces associations sont très variés : culture et loisirs ; sport ; action sociale, sanitaire et humanitaire ; défense des droits ; religion ; éducation ; mise en valeur du patrimoine ; environnement ; défense des animaux ; chantiers-nature, …

Maelys a 22 ans. Elle a déjà plusieurs missions de volontariat à son actif. "Je pense qu'il faut avoir le goût de l'aventure, être curieux et se lancer. C'est très formateur, moi ça m'a beaucoup apporté notamment en autonomie".

Trouver une mission de volontariat

Pour trouver une mission de volontaire vous pouvez prendre contact avec les organismes qui proposent les missions qui vous intéressent : Cotravaux, France volontaires, Jeunesse et reconstruction, Rempart ou encore Coordination sud.

Maelys a réalisé des missions à l'étranger en passant par le site de Jeunesse & Reconstruction. "J'ai commencé à 16 ans parce que j'aimais déjà beaucoup voyager et que je voulais le faire seule. Le site regroupe plusieurs missions que l'on peut sélectionner".

Gare aux arnaques !

Nos conseils pour éviter les pièges :

1/ Associations non agréées, soyez vigilant : si l’association qui vous intéresse n’est pas agréée, renseignez-vous sur ses objectifs, son mode de travail et ses conditions d’accueil. Entourez-vous du maximum de garanties avant de partir : couverture sociale, assurance rapatriement, contenu de la mission, …

A noter : les agréments des associations sont délivrés par les ministères correspondant à leur secteur d’activité. Pour savoir si une association est agréée vous pouvez vous rendre sur son site internet (présence du logo du ministère correspondant ou agrément spécifié dans la rubrique présentant l’organisme), ou contacter les espaces volontariat (des bureaux de France volontaires à l’étranger) où on pourra vous renseigner sur certaines associations.

2/ Frais d’inscription, n’envoyez pas d’argent : Vous ne devez jamais envoyer d'argent à une association avant votre départ. De nombreuses arnaques sont réalisées après l’envoi de frais d’inscription à des associations qui disparaissent une fois l’argent encaissé. Soyez prudent et surtout payez vos frais une fois sur place.

3/ Volontourisme à éviter : nous vous conseillons de ne pas associer tourisme et volontariat qui sont deux états d’esprit antinomiques. Une association de volontariat n’a pas de but lucratif. Or, dans les entreprises qui proposent ce genre de formules de voyage, la pauvreté devient une attraction touristique qui se paye ! Il n'est pas rare qu'un volontaire débourse de 700 à 2000 €, transport non-compris, pour 2 semaines de volontariat dans un pays en voie de développement alors que l'association d'accueil n'en percevra qu'une infime partie. Nous vous conseillons de faire un choix entre tourisme et volontariat.

Marine Ilario

Posez vos questions sur notre Forum

Besoin d'un conseil ?

Posez vos questions aux conseillers du CIDJ, échangez vos avis et expériences

Besoin de rencontrer un conseiller ?

Infos et conseils prés de chez vous dans tout le réseau Information Jeunesse...

Plus de 1 500 centres d'information Jeunesse vous accueillent à travers toute la France.

 

Posez vos questions sur notre Forum

Besoin d'un conseil ?

Posez vos questions aux conseillers du CIDJ, échangez vos avis et expériences

FAQ
Le bénévole est-il payé ?

Le bénévole ne touche pas de rémunération, ni en espèces ni en nature. En revanche, il est parfois dédommagé des frais induits par son activité (déplacements, hébergement, rencontre…).

Bénévolat - Volontariat
Un chômeur peut-il effectuer une mission bénévole ?

Un chômeur indemnisé par Pôle emploi peut exercer une activité bénévole sans perdre ses allocations à condition de rechercher un emploi. Son association ne doit pas être son ancien employeur et sa collaboration ne doit pas éviter l’embauche d’un salarié ici.

Bénévolat - Volontariat
Un mineur peut-il faire du bénévolat ?

Oui, sous certaines conditions. Le mineur qui adhère à une association doit avoir reçu l’accord verbal de ses parents ou tuteurs, une autorisation écrite de ceux-ci est recommandée au moment de l’adhésion. Un mineur âgé de 16 ans ou plus peut jouer un rôle dans le fonctionnement de l’association.

Bénévolat - Volontariat
Quelle est la différence entre bénévolat et volontariat ?

Le bénévole s’engage à temps partiel et n’est pas rémunéré, ses activités associatives sont temporaires. Le volontaire, lui, s’engage à plein temps dans une action de solidarité internationale. Il reçoit une indemnité et non un salaire.

Bénévolat - Volontariat
Qui sont les volontaires ?

Les volontaires ont en moyenne 18 à 35 ans et sont souvent diplômés, 73 % ont une formation bac + 3 ou plus. Les femmes sont plus nombreuses que les hommes.

Bénévolat - Volontariat