Notez !
Votre notation : Aucun(e) Moyenne : 5 (1 vote)

Diplôme de journalisme

Diplôme de journalisme
© Fotolia/Shanovrustam

Le diplôme de journalisme prend des formes diverses : DUT, licence pro, master professionnel, diplôme d’école. Les diplômes de journalisme se préparent en voie initiale, par alternance, en formation continue ou par la VAE (validation des acquis de l’expérience).

Objectif du Diplôme de journalisme

De nombreuses écoles, publiques et privées, reconnues ou non par la profession, forment au métier de journaliste.

Les formations au journalisme visent à l’acquisition de compétences propres à la transmission de l’information. Ainsi, le traitement des sources, la pratique du reportage, de l’enquête, de l’interview, le traitement des sources, l’étude de techniques rédactionnelles spécifiques, la maîtrise des nouvelles technologies, la conception et la réalisation de journaux, presse, radiophonique et télévisé, sans oublier la déontologie sont le fondement de l’apprentissage.

Après une formation polyvalente en première année, un parcours spécialisé est proposé en deuxième année : presse écrite, web, radio, télévision.

Conditions d'accès

Selon les établissements, l’admission s’effectue après bac avec entretien et tests écrits, après bac + 2 et le plus souvent après bac + 3 (licence, licence pro ou équivalent) sur concours.

Les licences de lettres, langues, histoire, sciences humaines, droit, économie forment l’origine des prétendants aux écoles de journalisme. Cependant, les diplômes scientifiques et technologiques ne sont pas des obstacles.

Dans tous les cas la sélection est sévère.

Organisation et contenu de la formation

Le master journalisme, formation de référence, est un diplôme universitaire qui se prépare en 2 ans (M1, M2) après une licence ou une licence professionnelle. Il correspond à 120 crédits (ECTS) organisés en 4 semestres (S) et composés de différentes unités d’enseignement (UE).

A titre d’exemple, un master professionnel journalisme peut offrir le schéma suivant :
- M1, S1 : sciences sociales et journalisme, 28 h ; médias et société 104 h ; techniques professionnelles (écrit, audiovisuel, web, mobile) 150 h ; atelier de réalisation 60 h…
- M1, S2 : analyse de supports 18 h ; connaissance du monde professionnel 48 h ; presse écrite 24 h ; audiovisuel 48 h, web et mobile 24 h ; écritures journalistiques 124 h…
- M2, S3 : analyses des discours médiatiques 16 h ; séminaires 30 h ; contenus parcours choisis (presse écrite et agence 95 h, TV 145 h)…
- M2, S4 : séminaires 60 h ; insertion professionnelle 25 h ; techniques journalistiques selon parcours, anglais 26 h…

Un stage de formation pratique de 8 semaines à temps plein en M1/M2 donne lieu à la rédaction d’un mémoire.

En Alternance

Le diplôme de journaliste peut se préparer par la voie de l’alternance. Cependant le candidat doit faire preuve d’une grande maturité et d’un sens certian de l’organisation.

Débouchés professionnels après ce Diplôme spécifique

Les étudiants diplômés en journalisme intègrent la presse écrite (papier/web) quotidienne nationale et régionale, les périodiques et les médias audiovisuels (radio et télé), les agences de presse.

Beaucoup de journalistes débutent par le statut de pigiste avant d’occuper des postes de rédacteur, secrétaire de rédaction, maquettiste, photographe de presse, éditeur en agence, présentateur radio, JRI, documentaristes à la télévision, journaliste d’entreprise, journaliste territorial, rédacteur web.

Evolution : avec de l’expérience et l’activation de leurs carnet d’adresses, ils prennent des responsabilités et deviennent chef de rubrique, grand reporter, rédacteur en chef-adjoint, rédacteur en chef.

D’autres encore se lancent dans la création d’auteur ou s’ouvrent la voie des carrières culturelle, politique ou de l’enseignement.

Poursuite d'études

Les titulaires du master journalisme s’insèrent dans la vie professionnelle selon leurs qualifications. Cependant, certains complètent leurs formations en fonction de leur projet professionnel : communication, sport, économie, gestion, musique… Une inscription en doctorat (bac+8) n’est pas interdite.

© CIDJ, 09/2015