Notez !
Aucun vote pour l'instant.

BTSA STA - sciences et technologies des aliments

BTSA STA - sciences et technologies des aliments
© Zebrik - Fotolia

Le BTSA sciences et technologies des aliments s’effectue en deux ans après un bac S, un bac STI2D,  STL, STAV ou un bac pro du domaine. Il propose 4 spécialités : aliments et processus technologiques, produits céréaliers, produits laitiers, viandes et produits de la pêche. C’est un diplôme de niveau bac + 2 qui se prépare en formation initiale mais aussi en alternance dans des établissements publics et privés. C’est un diplôme d’Etat de niveau III délivré par le ministère de l’Agriculture

Objectif du BTSA STA - sciences et technologies des aliments

Le titulaire du BTSA assure la responsabilité d’un atelier de production et/ou de conditionnement de produits alimentaires. 

Conditions d'accès

Le BTSA STA est accessible aux bacheliers S, STI2D (spécialité innovation technologique et éco-conception), STL  (spécialités : biotechnologie, SPCL) et STAV.  Les bacheliers issus de la voie professionnelle (bac pro bio-industrie de transformation, bac pro boulanger pâtissier, bac pro conduite et gestion de l’entreprise vitivinicole, bac pro laboratoire contrôle qualité) peuvent également candidater sous condition d’avoir un bon dossier scolaire. 

Organisation et contenu de la formation

La formation comprend des enseignements généraux (communs à tous les BTSA) et des enseignements professionnels. Le volume horaire globale est d’environ 1 800 heures réparties sur 2 ans. 

Organisation de la formation :

  • Enseignements généraux

- français : 1h
- documentation : 0h30
- langue vivante :  2h
- éducation socioculturelle : 1h30
- EPS : 1h30
- maths : 1h30
- informatique : 45 mn

  • Enseignements professionnels :
- Sciences économiques, sociales et de gestion : 3h15
- Génie des procédés des industries agroalimentaires, génie alimentaire (propriété des produits, maîtrise des processus technologiques, analyse, réalisation et organisation des processus de fabrication, sécurité alimentaire, management de la qualité et de l’environnement) : 5h
- Génie des procédés des industries agroalimentaires, génie industriels (analyse et gestion d’un atelier de transformation, cadre réglementaire et contractuel d’un produit, les étapes de la fabrication d’un produit, fonctionnement d’une ligne de production) : 2h45
- Chimie-biochimie-microbiologie-biotechnologie (composition et propriétés physico-chimiques des constituants des aliments, systèmes microbiens et processus de transformation, approche nutritionnelle des aliments, techniques d’analyse et de contrôle) : 4h

A noter certains thèmes sont abordés dans le cadre de cours pluridisciplinaires. 

La formation comprend aussi un accompagnement du projet personnel et professionnel (APPP) et un module d’initiative locale. 

Elle est complétée par un ou plusieurs stages (12 à 16 semaines). Le stage principal est de 8 semaines minimum. 

Cette formation est proposée dans une cinquantaine d'établissements. 

Le diplôme est obtenu pour 50% par contrôle en cours de formation et pour 50% en épreuves terminales. 

En Alternance

Ce BTSA se prépare également par alternance, un bon moyen d’insertion professionnelle. L’organisation de la formation est alors différente. 

Débouchés professionnels après ce BTS

Le titulaire du BTSA STA travaille au sein d’une unité de fabrication dans l’agroalimentaire. C’est dans le domaine de la production que les emplois sont le plus nombreux. Il occupe les fonctions de conducteur de ligne de production. Il peut également intervenir dans d’autres secteurs comme le contrôle qualité, la R&D, la logistique, la commercialisation, l’entretien-maintenance..

Evolution de carrière
Avec de l’expérience et de la technicité, le titulaire du BTSA STA se voit confier des responsabilités d’encadrement (responsable production, responsable qualité, etc… ) 

Poursuite d'études

L’objectif premier de cette formation est l’insertion professionnelle. 

Possibilité de poursuivre vers une licence pro industrie agroalimentaire (nombreuses spécialités proposées) ou commercialisation voire d’intégrer une école d’ingénieur en agronomie après une prépa ATS biologie

© CIDJ, 06/2017