Notez !
Votre notation : Aucun(e) Moyenne : 5 (3 votes)

Bac professionnel technicien d'usinage

  Bac professionnel technicien d'usinage
© Autobus- Fotolia

Le Bac professionnel technicien d'usinage forme des techniciens d'ateliers capables de produire des pièces mécaniques. Il se prépare après la 3ème ou un CAP du domaine dans des établissements publics et privés. C'est un diplôme d'Etat délivré par le ministère de l'Education nationale qui permet de travailler immédiatement après son obtention ou de poursuivre des études supérieures.

Objectif Bac professionnel technicien d'usinage

Le titulaire du baccalauréat professionnel technicien d'usinage maîtrise la production industrielle des pièces mécaniques par enlèvement de matière et leur assemblage. A partir du dossier de fabrication, il dessine la pièce à réaliser à l'aide d'un logiciel de conception assistée par ordinateur  (CAO) puis à l'aide de logiciels de fabrication assistée par ordinateur (FAO) il effectue la simulation du programme. Il se charge ensuite de la production, installe et règle les machines pour effectuer le travail sur la pièce puis effectue les contrôles nécessaires. 

Conditions d'accès

Le Bac professionnel technicien d'usinage se prépare après la 3ème, après un CAP du domaine industriel (CAP outillages en moules métalliques, CAP outillages en outils à découper et à emboutir, CAP conducteur d'installation de production) ou encore après une 2de ou 1re générale ou technologique (notamment le bac STI2D) sur avis de l'équipe pédagogique. Dans ce dernier cas, possibilité de passer le bac sur un an. Selon les académies, un entretien PASSPRO pour s'assurer des motivations et de l'intérêt du jeune, peut être exigé en cours de 3ème. 

A noter, les titulaires de certains CAP ou BEP de même secteur  peuvent être admis en 2ème année directement (se renseigner auprès de l'établissement). 

Organisation et contenu de la formation

Le bac pro technicien d'usinage se prépare sur 3 ans  (2nd pro, 1ère pro, terminale pro). La formation totalise entre 33h30 et 34h30 de cours et TP hebdomadaires et articule pour moitié des enseignements généraux et professionnels.  

Le détail du cursus s'organise comme suit :  

  • des enseignements professionnels et des enseignements généraux liés à la spécialité : enseignements professionnels (13h45/S) : analyse et exploitation de données techniques, élaboration d'un processus d'usinage, réalisation et suivi d'une production en entreprise, lancement et suivi d'une production appliquée, réalisation et autonomie de tout ou partie de la production ; prévention-santé-environnement (1h/S) ; enseignements généraux de spécialité (1h45/S)
  • des enseignements généraux : français/histoire-géographie/éducation à la citoyenneté (4h30/S), mathématiques/sciences (4h/S), LV (2h/S), arts (1h/S), EPS (2h ou 3h/S)
  • des périodes de formation en milieu professionnel (PFMP) : 22 semaines de stage répartis sur 3 ans (6 semaines la 1ère année, 8 semaines, la 2ème année, 8 semaines la 3ème)
  • un accompagnement personnalisé : 2h30/S

Les élèves issus d'une 3ème passent en fin de 1ère bac pro les épreuves du BEP Production mécanique. Les élèves déjà titulaires d'un CAP et les apprentis ne sont pas obligés de passer cette certification intermédiaire.  

L'examen comprend 7 épreuves obligatoires (3 épreuves professionnelles qui ont les  coefficients les plus importants, 4 épreuves générales) et une épreuve facultative de langue (LV2) à l'oral. Les élèves sont évalués en contrôle en cours de formation (CCF) pour 6 d'entre elles. Seule l'épreuve de lettres/histoire-éducation civique est une épreuve écrite. Les PFMP font l'objet d'une épreuve pratique dont les modalités peuvent varier (dossier de synthèse, cas pratique, soutenance). 

En Alternance

Le Bac professionnel TU peut être préparé également par la voie de l'apprentissage dans les CFA (centres de formation d'apprentis)

Débouchés professionnels après Bac pro

Le titulaire du bac professionnel TU peut travailler dans tout type d'entreprises mécaniques  : entreprises de production de machines, entreprises de fabrication de matériels de précision, équipementiers. Les pièces ainsi usinées sont utilisées dans de très nombreux secteurs d'activités : ferroviaire, agricole, aéronautique, automobile, agro-alimentaire, cosmétologie

Au sein de ces dernières, il peut exercer ses fonctions tant au niveau du bureau d'études chargé de la conception des pièces que de la fabrication. Il occupe les fonctions d'ajusteur-monteur, d'opérateur sur marchine à commande numérique.  

Evolution de carrière
Après quelques années d'expérience, il peut gagner en responsabilité et devenir chef d'atelier,  responsable de production. 

Poursuite d'études

Avec un bon dossier et une mention à l'examen, il est possible d'envisager : 

  • un BTS dans le  domaine du génie mécanique : BTS Industrialisation des produits mécaniques (IPM),  BTS maintenance des systèmes (MS)  option systèmes de production, BTS conception de produits industriels (CPI), BTS Etude et réalisation d'outillages de mise en forme des matériaux  (ERO).
  • un DUT dans le domaine industriel : DUT génie industrielle et maintenance, DUT génie mécanique et productique, DUT génie électronique et informatique industrielle  

Possibilité pour les meilleurs dossiers d'intégrer une CPGE Classe préparatoire Technologie et sciences industrielles (TSI) pour une poursuite d'études en école d'ingénieur. 

© CIDJ, 10/2015