Notez !
Aucun vote pour l'instant.

Professeur en ZEP, le témoignage de Manon

Professeur en ZEP, le témoignage de Manon
© Contrastwerkstatt / Fotolia

Manon vient de faire sa première rentrée en tant que prof de SVT dans un collège en zone d'éducation prioritaire de Seine-Saint-Denis. Si elle a entamé cette première année scolaire avec une certaine angoisse et beaucoup d'a priori, elle a su, après trois mois, s'imposer et capter l'attention de ses élèves. Et elle se dit prête à renouveler pour une seconde année. Elle nous livre ici cette expérience riche d'enseignements.

Pourquoi avoir choisi le métier d'enseignant ?

J’ai toujours voulu enseigner. J’aimais particulièrement les sciences et mon idée première était d’enseigner la micro-biologie dans un lycée technologique. C’est dans ce but que j’ai commencé par un DUT génie biologique puis une L3 biocellulaire et physiologie. Mais les débouchés étant assez restreints, je me suis tournée vers l’enseignement général.

Comment avez-vous été préparée ?

Dès la licence 3, j’ai effectué des stages dans des écoles : pour commencer stages d’observation, 1 à 2h par semaine pendant un mois, puis stages plus longs.

Nous devons passer une quarantaine d’heures en cours pendant 3 ou 4 semaines avec la possibilité de faire quelques interventions en classe. En master 1, on m’a proposé un stage mais je n’ai pas pu le faire car il était loin de chez moi et les horaires ne collaient pas avec mes cours à la fac.

Enfin, après le Capes, nous devons faire un stage d’un an à plein temps en situation réelle. Des classes nous sont affectées et nous sommes suivis par un tuteur. Il valide nos préparations de cours, vient nous observer en classe, répond à nos questions. Il est là pour nous aider.

Un inspecteur valide notre année de stage. Si tout va bien, nous sommes titularisés. Sinon, on doit refaire une année de stage.

Comment s’est passée votre affectation ?

En tant que jeune prof, le choix est restreint. Les affectations fonctionnent avec un système de points. En début de carrière, on part avec 21 points. Le nombre de points exigé varie selon les besoins des académies. Les académies de Versailles, Créteil et Amiens sont celles qui en demandent le moins. Tous les jeunes enseignants célibataires et sans enfant se retrouvent donc dans ces régions. En ce qui me concerne, j’ai été affectée à Romainville (93) dans un collège classé ZEP.

Comment s’est passée votre première rentrée ?

Je partais avec de gros a priori négatifs sur la Seine-Sain-Denis. Je m’attendais à des classes horribles. On diabolise tellement ces élèves. Le premier jour, j’avais peur. Faire face à 30 paires d’yeux qui vous observent, ne pas trembler, ne surtout pas montrer son stress... La première impression est importante.

J’ai essayé de mettre les élèves à l’aise tout en restant stricte. Mais le jour de la rentrée, ça va toujours. C’est souvent ensuite que ça se complique ! Ils vous testent. Si vous êtes trop cool, c’en est fini pour le reste de l’année.

On cerne aussi très vite les élèves difficiles, les classes insupportables. Je connaissais déjà le prénom de certains élèves dès le premier jour.

Après 3 mois de cours, comment vivez-vous votre affectation ?

Aujourd’hui, je suis contente de mon affectation. Le challenge est de taille car les enfants viennent de milieux compliqués. Mais, humainement, j’apprends énormément. Bien plus que si j’étais restée dans mon collège alsacien.

J’ai d’abord dû revoir tous mes cours pour les adapter à leurs besoins et capter leur attention. Ils ne peuvent pas se taire pendant une heure. Il faut être prêt à tout et savoir s’adapter à chaque nouvelle situation. Rentrer en conflit avec eux ne sert à rien. Une fois la confiance instaurée, ils sont contents d’apprendre, posent des questions, comprennent. C’est très satisfaisant.

Quelle a été votre plus grande satisfaction ?

J’aime le lien que l’on peut créer avec les enfants. Cette année, deux élèves en grande difficulté ont demandé que je sois leur tutrice pour les aider à mieux se comporter en classe. J’en suis très fière car cela signifie qu'ils ont confiance en moi.

Et une déception ?

Nous avons fait une sortie scolaire avec 36 élèves. La journée a été un cauchemar. On ne les tenait pas. Ils partaient dans tous les sens. Ils se sont battus. Pendant la conférence, ils ont été odieux. Ils ont failli casser la porte du bus. Ils manquaient de respect aux adultes. Nous avons passé notre temps à faire de la discipline. Nous étions très déçus par leur comportement et nous avons dû sévir en les privant de voyage de fin d’année.

Comment voyez-vous l’avenir ?

J’aimerais refaire encore une année dans ce collège pour suivre mes élèves et voir leur évolution. Mais, à moyen terme, je souhaite quitter la région parisienne. C’est difficile d'y vivre avec un salaire de jeune prof, même dans le 93 ! J’attends donc de cumuler suffisamment de points pour obtenir un poste en Alsace ou dans une autre région.



Bio express

2008 : bac S option SVT
2008-2010 : DUT en génie biologique
2010-2011 : licence 3 biocellulaire et physiologie
2011-2012 : licence 3 SVT
2012-2013 : master 1 MEEF. Passe les écrits du Capes
2013-2014 : master. Passe les oraux et obtention du Capes
2014-2015 : stagiaire dans un collège de Strasbourg
2014-2015 : néotitulaire (1re année d’enseignement) au collège de Romainville (93)

Valérie François

Besoin de rencontrer un conseiller ?

Infos et conseils prés de chez vous dans tout le réseau Information Jeunesse...

Plus de 1 500 centres d'information Jeunesse vous accueillent à travers toute la France.