Notez !
Aucun vote pour l'instant.

Devenir prof : toutes les voies pour y arriver

Devenir prof : toutes les voies pour y arriver
© Estudi M6 / Fotolia

Vous avez envie d’enseigner ? Cela tombe bien, l’Éducation nationale cherche de nouvelles recrues ! Pour les candidats aux concours de professeur 2016 a été une bonne année et 2017 le sera certainement aussi. Mais, attention, certaines matières sont plus recherchées et certaines académies sont plus en demande que d’autres. Ainsi, professeurs des écoles, enseignants du second degré en maths, anglais, lettres manquent à l’appel. Étudiants ou professionnels en reconversion, tout le monde peut tenter sa chance !

Pour devenir enseignant titulaire dans l’enseignement public ou privé, une seule obligation : obtenir le concours ! Avant de vous lancer, réfléchissez bien à votre projet. Prof, certes, mais de quelle matière ? Pour quel public ? Premier ou second degré ? Lycée général, technologique ou professionnel ? Et n'oubliez pas que l'Éducation nationale ne recrute pas que des enseignants. Le CPE, le conseiller d’éducation, le documentaliste, le psychologue scolaire sont également des postes clés au sein des établissements scolaires.

 

Première étape : obtenir une licence

Si vous entrez à l'université avec déjà une idée précise de la matière que vous souhaitez enseigner, le plus simple est d’opter pour la licence généraliste qui lui correspond : maths, lettres, histoire-géo, philo… Mais choisir une seule matière peut s’avérer restrictif, surtout si vous envisagez le concours de professeur des écoles qui se divise à parts égales entre maths et français.

Il est possible dès la L2, et le plus souvent en L3, de faire un parcours dit de préprofessionnalisation aux métiers de l’éducation et de la formation. Ce parcours propose des modules supplémentaires avec remise à niveau dans certaines matières (maths, français) et permet aux étudiants de réaliser des stages d’observation dans les écoles. Un bon moyen de tester sa motivation et de commencer à se frotter aux réalités du métier !

Master MEEF : la voie royale

Pour enseigner, un master est obligatoire. Celui qui mène aux métiers de l’enseignement est le master MEEF, doté de 4 mentions :
- mention 1er degré pour devenir professeur des écoles,
- mention 2nd degré pour enseigner en collège et lycée général et technologique,
- mention encadrement éducatif pour devenir CPE,
- mention pratiques et ingenierie de la formation pour ceux qui se tournent vers la formation pour adultes.
Ce master se prépare dans une Espé (École supérieure du professorat et de l’éducation) qui existe dans chaque académie.

"L’étudiant doit guetter sur le site Internet de son université les dates de préinscription. Il doit aussi s’assurer que l’Espé propose la discipline qui l’intéresse. Si ce n’est pas le cas, il peut s’inscrire dans une autre académie. On peut également s’inscrire en MEEF si on a une licence qui ne correspond pas à la discipline choisie. Il faudra néanmoins qu’elle reste dans le domaine correspondant. Par exemple, une licence scientifique est nécessaire si l’on veut intégrer un master MEEF maths. Dans ce cas, le dossier du candidat passe devant une commission pédagogique qui tranche", explique Isabelle Céleri, directrice adjointe de l’Espé de Rouen, en charge de la formation du 1er et du 2nd degré.

Le concours : passage obligé pour être titularisé

Après la licence, les étudiants qui entrent en 1re année de master MEEF dans l’Espé de leur choix préparent l'un de ces concours : Capes, Capet, Capeps, CAPLP, CPE, Cop, CRPE. Il a lieu en fin de M1. Les écrits sont en avril et les oraux en juin.

Cas 1 : vous êtes lauréat du concours et validez vos UE de M1. Vous passez en M2 comme fonctionnaire stagiaire. Durant cette année, suivi par un tuteur, vous travaillerez 9h dans une école où vous serez en charge d’une ou de plusieurs classes. Vous aurez aussi 9h d’enseignement théorique en Espé et serez rémunéré à plein temps.

Cas 2 : vous réussissez le concours mais ne validez pas la M1. Vous redoublez et gardez le bénéfice du concours pendant un an. Si vous ne validez ni la M1 ni le concours, vous redoublez.

Cas 3 : Vous ratez le concours en M1 mais obtenez le passage en M2. Vous ferez votre M2 dans un cursus adapté. Vous suivrez la formation à plein temps et repasserez le concours à la fin de la M2. Vous devrez néanmoins faire un stage pratique de 8 à 20 semaines non rémunéré dans une école. Si vous obtenez le concours et la M2, vous deviendrez enseignant stagiaire. Vous serez payé et affecté à mi-temps sur le terrain. Vous suivrez en parallèle un complément de formation dans un parcours adapté. A l’issue de cette année, vous serez titularisé.

Devenir prof sur le tard c’est possible !

Si, après une carrière dans le secteur privé, vous avez envie de vous reconvertir au professorat, l’Éducation nationale vous ouvre ses portes ! Une condition néanmoins est nécessaire pour passer le concours. Vous devez être titulaire d’un master 2 ou plus (agrégation, doctorat).

Lire le témoignage de Fanny


Si vous êtes déjà titulaire d’un master, vous pouvez vous présentez au concours en candidat libre. Pour vous préparer, le Cned propose une aide pour tous les concours de l’enseignement. Une fois lauréat du concours, vous deviendrez fonctionnaire-stagiaire et entrerez en M2 MEEF parcours adapté en alternance : mi-temps en classe,  mi-temps en formation.

Si vous n’êtes pas titulaire d’un master, vous pouvez faire un master dans le cadre de la formation continue ou entamer une procédure de validation des acquis d’expérience (VAE) ou de validation des acquis professionnels (VAP).

Si vous êtes père et mère de trois enfants ou sportif de haut niveau, vous pouvez passer le concours sans condition de diplôme.

Dans tous les cas, rapprochez-vous des services de scolarité des Espé qui vous guideront dans votre orientation. N’hésitez à vous rendre aux journées portes ouvertes organisées chaque année par les Espé.

Vous pouvez aussi enseigner en tant que contractuel (remplaçant) dans une académie pour vous confronter au métier. Rendez-vous sur le site de votre académie pour voir les conditions.






Le 3e concours

Si vous justifiez de 5 années d’expérience professionnelle dans le secteur privé et de 2 qualifications : une attestation certifiant un parcours d'au moins 50 mètres dans une piscine et le PSC1 (formation aux premiers secours niveau 1), vous pouvez aussi sans condition de diplôme tenter le 3e concours externe.10 % des postes du concours externe sont réservés au 3e concours. Le concours n’en est pas moins difficile. Une préparation intense est nécessaire.

Valérie François

Besoin de rencontrer un conseiller ?

Infos et conseils prés de chez vous dans tout le réseau Information Jeunesse...

Plus de 1 500 centres d'information Jeunesse vous accueillent à travers toute la France.