Notez !
Aucun vote pour l'instant.

Créer une entreprise en Normandie : le pari de Pierre, maraîcher bio, et Pithou, éleveur d'insectes

Créer une entreprise en Normandie : le pari de Pierre, maraîcher bio, et Pithou, éleveur d'insectes
© P. L.R.

Pierre est maraîcher bio, Pithou éleveur d'insectes comestibles. Leur point commun ? Ils ont décidé de créer une entreprise en Normandie. Pour mettre toutes les chances de leur côté, ils ont fait appel à des organismes, des chambres de commerce, des collectivités et des associations, dont les Défis ruraux.

Pierre et Pithou ont choisi la campagne normande pour créer leur entreprise. Ils espèrent évidemment  qu’elle leur permettra de gagner durablement leur vie, même si la concrétisation de leur projet demande actuellement une bonne résistance au stress et beaucoup d’énergie. Les deux jeunes entrepreneurs n’ont d’ailleurs pas hésité à demander de l'aide à différents acteurs régionaux. Aujourd’hui, ils témoignent pour permettre à d’autres jeunes de sauter le pas.

Ingénieur en agriculture, Pierre a choisi les paniers bio

« Je suis originaire de Rouen et j'ai décidé de créer mon exploitation maraîchère, la Ferme de la Hulotte, sur la Pointe du Havre. Je connais bien le coin car mes grands-parents y vivaient », raconte Pierre.

Après avoir décroché son diplôme d'ingénieur en agriculture en 2008, Pierre a trouvé un emploi dans le domaine des espaces verts avant de devenir commercial pour un négoce agricole. En 2011, il passe un certificat de spécialisation en maraîchage biologique et vente directe en alternance et travaille depuis dans l'exploitation maraîchère qui l'a accueilli durant sa formation.

« L'an dernier, j'ai demandé à mon employeur de réduire mes horaires : je travaille désormais 32h par semaine pour consacrer du temps en parallèle à la création et au développement de mon entreprise. » Son objectif est d'arrêter son activité salariée en 2015. « Fin 2013, je vendais 25 paniers bio par semaine via une AMAP et j'en suis aujourd'hui à 40. Je vais par ailleurs essayer de diversifier les réseaux de commercialisation : magasins coopératifs, marchés... J'augmente pour l'instant ma production pour fournir davantage d'AMAP. »

Pour lancer son exploitation, Pierre s'est adressé à divers acteurs. « J'ai récupéré une parcelle de terre via la Société d'aménagement foncier et d'établissement rural. L'association Les Défis Ruraux m'a renseigné sur les aides auxquelles je pouvais prétendre et aidé à monter les dossiers correspondants. J'ai adhéré au Groupement régional des agriculteurs bIO de Haute-Normandie pour les questions techniques comme l'analyse des sols..."

« Vivre à la campagne me plaît bien, d'autant que je ne suis qu'à 30 km du Havre, 1h de Rouen et 2h de Paris où mes amis de lycée travaillent pour la plupart. »

Zoom sur Les Défis Ruraux
L'association Les Défis Ruraux soutient les projet d'activité professionnelle en milieu rural qui reflètent ses valeurs sociales et solidaires. Elle accompagne notamment les entrepreneurs qui veulent s'installer à la campagne en Normandie via des formations courtes, un espace de test agricole pour des gens qui veulent s'essayer à une activité agricole, un soutien technique et méthodologique pour franchir plus sereinement le cap de l'installation...

Pithou est devenu éleveur d'insectes comestibles après avoir vu un reportage sur le sujet

« J'ai longtemps vécu à Rouen avant de m'installer, en 2002, avec ma femme à Saint-Arnoult, une commune de 1300 habitants entre Le Havre et Rouen. J'étais cadre commercial itinérant dans le bâtiment où je subissais beaucoup de pression. Il ya deux ans, j'ai eu un déclic en voyant un reportage sur l'élevage d'insectes, présenté comme l'une des solutions pour nourrir la population d'ici à quelques années », confie Pithou.

Il demande alors à son employeur une rupture conventionnelle de contrat et s'intéresse de près à cette activité. « J'ai contacté une fédération d'éleveurs d'insectes, j'ai rencontré un producteur à Bordeaux, je suis devenu consommateur alors que je n'y connaissais rien jusque-là... »

Lui aussi a sollicité les acteurs locaux pour créer sa société : Insectavenir. « J'ai suivi une formation sur la création d'entreprise à la CCI du Havre, une autre sur le plan de maîtrise sanitaire et les bonnes pratiques d'hygiène avec la chambre d'agriculture de Seine-Maritime, j'ai contacté Les Défis Ruraux pour de nombreuses questions administratives et pour monter mon dossier de demande de subvention auprès de la Région... » Cela a fonctionné : il a reçu 4 000 € pour son projet qui lui a coûté 7 000 € au total.

« Aujourd'hui, j’ai un laboratoire qui produit environ 6 kg de vers de farine par mois pour les magasins bio de Haute-Normandie. L'objectif est d'atteindre rapidement 22 à 25 kg pour en vivre pleinement car mes aides à la création d'entreprise s'arrêtent dans 7 mois. » En parallèle, Pithou a lancé son site de vente en ligne et diversifie les canaux de vente possibles en livrant notamment à Paris via La Ruche qui dit oui. Il commence aussi à vendre des prestations d'animation et de dégustation sur les salons.

« Être installé à la campagne me permet de disposer de l'espace nécessaire à mon activité à moindre frais... et, en bonus, des pommes du jardin pour nourrir mes vers ! », sourit-il.

Virginie Gruenenberger

Besoin de rencontrer un conseiller ?

Infos et conseils prés de chez vous dans tout le réseau Information Jeunesse...

Plus de 1 500 centres d'information Jeunesse vous accueillent à travers toute la France.